CosmeticOBS - L'Observatoire des cosmétiques

Press review : September 2019

Our press review service automatically collects all current topics related to the cosmetics sector recently published on the Internet, all media combined.


09/18/2019 Le départ de Coty va créer un trou de plusieurs dizaines de millions de francs pour Genève

Le départ de Coty, entreprise spécialisée dans les cosmétiques basée à Genève, devient concret. Les 600 employés de HFC Prestige International Operations Switzerland Sàrl, l’entité juridique qui regroupe les activités genevoises, ont reçu lundi les premières informations concernant la procédure de consultation en vue des licenciements. Les documents officiels mentionnent le transfert “et/ou la suppression d’environ 350 emplois”.

La multinationale a entamé un plan d’économies qui implique le déménagement de son siège fiscal de Genève vers Amsterdam. Des salariés travaillant actuellement à Londres, New York, Paris et Genève verront l’unité à laquelle ils sont rattachés être délocalisée en Hollande.

Lire aussi: Coty se recentre à Amsterdam au détriment de Genève

Dans le détail, la migration de la Suisse vers les Pays-Bas concerne les équipes qui travaillent dans les départements suivants: Supply Chain, Consumer Beauty, Export Europe, Travel Retail ainsi que les personnes qui œuvrent dans les fonctions de support et dans le Corporate, énumère un document officiel. La division Coty Professional Beauty (la marque Wella) ainsi que les équipes de recherche et développement sont maintenues à Genève.

HFC Prestige International Operations Switzerland Sàrl est également l’entité fiscale qui regroupe les revenus de la multinationale à l’étranger et qui est au bénéfice d’un forfait fiscal à Genève. Or, depuis le 1er juillet, le siège fiscal a lui aussi migré vers Amsterdam.

Un connaisseur du dossier souligne que l’activité Travel Retail, soit le Duty Free, est la plus rentable de Coty. Genève concentre un nombre élevé de dirigeants, continue cette source, des dizaines de cadres dont les salaires atteignent aisément les 400 000 francs par an. En prenant une moyenne basse de salaire de 150 000 francs par année pour les 350 personnes concernées, on peut évaluer le manque à gagner pour le canton à plus de 10 millions de francs, rien que pour l’imposition des personnes physiques.

L’impact pour le canton de Genève est donc important. Concernant Coty, “nous avons été effectivement informés que cette entreprise a ouvert une procédure de consultation avec son personnel”, confirme le Département de la sécurité, de l’emploi de la santé par la voix de son porte-parole. “Etant à ce stade dans une phase d’évaluation et de consultation, il est prématuré d’articuler des chiffres précis, communique pour sa part la directrice des corporate affairs de Coty, Bree Bovay. Mettre en place tous les changements proposés reviendrait à relocaliser ou supprimer jusqu’à 350 rôles à Genève. Si une suppression de rôles se confirme, un plan social sera mis en place et nous accompagnerons les salariés concernés avec toute une série de mesures.”

Ces restructurations interviennent alors que Japan Tobacco International (JTI) a annoncé vouloir sabrer un quart de ses effectifs genevois. Ces mauvaises nouvelles animeront le débat autour du budget cantonal, qui sera présenté jeudi aux députés puis à la presse. Selon des indiscrétions, le trou prévu suite à la votation de la réforme de la fiscalité des entreprises se monte à un demi-milliard de francs.

++ Read more ++ -- See less --

09/18/2019 Eastman focuses on sustainability in cosmetics sector

× Expand

Global specialty plastics provider Eastman unveils the sustainable transformation of its cosmetics portfolio at LUXE PACK MONACO at the Grimaldi Forum Sept. 30 through Oct. 2.

Eastman will showcase next-generation Eastman Trēva™ engineering bioplastic and introduce Eastman Cristal Revēl™ copolyesters, a new line of proprietary post-consumer recycled content (PCR) compounded polyesters. These new sustainable materials will participate alongside The Glass Polymer™ family of cosmetic materials in the circular economy via Eastman’s recently announced unique recycling technology loops: mechanical recycling stream technologies, carbon renewal technology and advanced circular recycling.

Every year, the LUXE PACK in green Awards recognize the best sustainable packaging innovations in the world and the best responsible initiative. Eastman is pleased to be among this year’s nominees for their transformative circular solutions. Winners will be announced Tuesday, Oct. 1.

“At Eastman, sustainability is at the core of who we are as a company. Investment in these new technologies underscores our unwavering commitment to ensure full participation in the circular economy,” said Glenn Goldman, marketing director, Eastman Specialty Plastics. “The products we are introducing today provide real solutions to sustainability challenges and represent a brighter future for our company and our partners.”

++ Read more ++ -- See less --

09/17/2019 Estee Lauder Call Options Have Huge Potential

High-end cosmetics name Estee Lauder hit a record high of $207.50 back on Sept. 6. However, it’s been a sharp pivot lower since then, with EL closing in the red in six of the last seven trading days. The silver lining is that this pullback has brought the stock to a trendline with historically bullish implications, if history is any guide.

More specifically, EL slipped right down to support at its 60-day moving average, after a lengthy stretch above it. There have been six similar encounters with this moving average in the last three years, after which Estee Lauder stock was higher 21 days later by 8.3%, on average, per data from Schaeffer’s Senior Quantitative Analyst Rocky White, with all six of the returns positive.

What’s more, implied volatilities on the equity are at low levels. The equity’s Schaeffer’s Volatility Index (SVI) of 25% registers in the 29th percentile of its annual range, a few notches above its two-year average SVI of 23.5%. With the stock resting on a historically bearish trendline, and short-term options unusually cheap at the moment, White’s modeling shows that an at-the-money EL call option could potentially return 200% over the next 21 days. In other words, prospective call buyers could triple their money on an expected 8.3% rally.

From EL’s current perch at $193.18, a similar 8.3% pop in the next 21 days would put the stock right back at the record-high $207 level. It also helps that the 60-day trendline coincides with the $190 mark, an area that served as resistance in late July but could now act as support.

++ Read more ++ -- See less --

09/17/2019 The Minimalist Beauty Company Tackling The Industry's Waste Problem

The beauty industry is far from pretty when it comes to its impact on the environment.

According to Zero Waste Week, more than 120 billion units of packaging are produced globally every year by the cosmetics industry, contributing to loss of 18 million acres of forest annually.

The personal care industry is worth $500 billion per year. Recent research revealed half of UK customers are willing to pay more for products to avoid plastic packaging. And that’s why Charlotte Libby decided to launch XO Balm, to tackle waste in the cosmetics industry by offering beauty for minimalists.

“Like the fashion industry, cosmetics is a very fast moving industry creating noticeable waste,” she explains. "XO Balm is working against the current trend for 11-step skincare routines, single-use sheet masks and makeup shade ‘wardrobes’, by offering a minimal but beautiful beauty routine with one multipurpose product.

“XO Balm is made with minimal ingredients, minimizes product repertoires, and creates minimal waste.”

Libby’s company has a simple premise; one product, for multiple uses. The balm can be used all over: hair, nails, skin, lips, and is made from just four ingredients: chia seed oil, beeswax, coconut oil and olive oil.

Libby started working towards launching XO Balm in 2016, and officially launched in 2017.

“11 step skincare routines and huge product wardrobes stress skin and create waste,” Libby says. "I had a desire to strip back my skincare routine to focus only on what was essential for healthy skin; fewer ingredients, fewer products and ultimately less waste.

“Design and sustainability were two interests of mine, and ultimately what led to the creation of the brand and the combined focus on minimalism. I chose metal and wood over plastic for XO Balm packaging and the tin is designed be reused when empty, which is why the branding is subtle and unisex colors.”

Libby sees Dr Paw Paw, Egyptian Magic and Pommade Divine as her main competitors, due to the multipurpose products they offer.

“We’re different from a lot of products in the market. We’re not designed to offer convenience or luxury, and instead the product was designed backwards, placing focus on trying to limit waste, rather than aesthetic purposes.”

XO Balm’s packaging is metal, which Libby says she chose due to its durability and lightweight properties, meaning limited padding is needed for shipping. The wooden scoops included are biodegradable, and no secondary outer box is used. The balm is shipped using shredded waste paper rather than packaging materials, and transactions are tracked online, rather than with paper receipts.

And, after the balm is finished, the tin can be kept for other uses.

“The luxury beauty market especially is still a culprit of using unnecessary secondary packaging and single-use plastic wrapping,” Libby continues. “I don’t think the future of product packaging in the beauty industry can include anything which is only there for aesthetic purposes; to look better on the shelf or to connote luxury.”

Beauty company Lush has championed the environmentally-friendly cosmetics industry for years, but the emphasis is on bath care rather than make-up products.

"Sustainability has become a more talked about topic in the beauty industry in the past two years.

“There has been a lot of beauty brands switching to recycled and recyclable packaging, which is fantastic, however reduce and reuse come before recycle in the sustainability hierarchy, and it is rare to see brands focusing on that.”

Libby’s main challenge lies in being a single product brand, saying her company has had to work “even harder” to convert customers to just one item.

“From a logistical standpoint, being a single product brand can also be a sticking point for working with retailers, who require brands to fill a certain amount of shelf space, or are reluctant to complete sign up and on boarding for a supplier with only one product. A multipurpose product can also be simply difficult to categorize.”

As for the future of Libby’s business, she says she has no plans to launch another product “just for the sake of it”.

"My ultimate goal is to encourage people to think about a considerate beauty footprint. In the same way food waste (from packaging as well as leftovers) has become something people fight to avoid, I would love for beauty waste to be considered in the same way, and reduce the number of unused or incompatible products, and unnecessary boxes and wrapping being thrown away.

“The goal is to get more beauty buyers to choose one XO Balm over several other over packaged, synthetic products.”

++ Read more ++ -- See less --

09/17/2019 Emballage : la revanche du verre sur le plastique ?

Chaînes de formage de l’usine O-I à Gironcourt (Vosges)

Anaël Barrière/OI

Introduction en Bourse imminente du groupe Verallia, leader européen du verre d’emballage. Nouvel actionnaire majoritaire chez Verescence, leader mondial du flaconnage. Investissements record en France depuis vingt ans pour le premier groupe mondial, l’américain O-I. Il se passe quelque chose dans l’industrie du verre d’emballage, réputée " archaïque “, ne craint pas de dire le directeur verre de Siemens, Pascal Huguet. Les suspicions sur les substances nocives issues des emballages plastique et la pollution des océans ont remis le vieux verre, une invention de l’Antiquité, au goût du jour.” C’est un matériau 100 % recyclable et parfaitement neutre, et produit localement ", résume Jacques Bordat, président de la Fédération des industries du verre.

La France reste un grand pays verrier, troisième acteur européen derrière l’Allemagne et l’Italie, parce qu’elle est un grand pays de vin et de spiritueux. Avec la bière , les alcools représentent les trois quarts du marché du verre creux. Le paysage tricolore est dominé par O-I France et Verallia pour l’alimentaire, avec le challenger Saverglass pour le haut de gamme, Verescence et Pochet du Courval pour la beauté et SGD Pharma pour la santé. Tous plus ou moins issus de BSN ou Saint-Gobain … Pas étonnant que Glassman, Salon européen, se tienne à Lyon un an sur deux, capitale verrière par héritage de BSN, né à Rive-de-Gier.

En valeur, le marché dépasse le 1,6 milliard d’euros. Le pays compte 26 usines, 48 fours et 14 centres de traitement pour nettoyer le verre recyclé. Le taux de recyclage atteint le joli score de 78 % (sur le podium européen) et l’industrie réemploie 65 % de ce verre pilé, le calcin. Il doit être d’abord débarrassé de débris divers (porcelaine, céramique, métal, bouchons) réduits de 3 à 5 kilos par tonne à seulement 20 grammes.

La mauvaise réputation du plastique rouvre des marchés perdus pour le verre : " Les eaux minérales, toutes les boissons non alcoolisées et les produits d’épicerie “, énumère Robert Gachot, patron de la zone France-Espagne pour O-I.” Le verre est porteur d’image pour l’agroalimentaire, dit-il, sans pouvoir mesurer encore cette tendance. " Même dans les alcools, il profite de " la croissance du cognac, des vins rosés, du champagne et de l’explosion des brasseries artisanales ", dit Jacques Bordat, qui n’oublie pas la cosmétique , et voit des perspectives dans la restauration rapide et la vente de plats à emporter (consignés !).

La production remonte, à 3,1 millions de tonnes, pour 4,1 de capacité installée. Le hic : " 50 % du coût de fabrication du verre, c’est la consommation énergétique ", dit Pascal Huguet. Il y a beaucoup de progrès à faire du côté des fours, ces monstres allumés pour quinze ans, chauffés à 1.600 degrés nuit et jour, déversant en continu leur lave incandescente dans les chaînes de formage.

O-I a annoncé l’introduction en Allemagne de son petit four révolutionnaire Magma, en métal et non en briques, éteignable à la demande. " On améliore aussi la conception des fours traditionnels, de leurs réfractaires et isolants, et on augmente le taux de verre recyclé, qui par son plus bas point de fusion permet une réduction de la consommation énergétique “, explique Jean-Pierre François, directeur industriel pour le géant américain.” L’amélioration du contrôle qualité ainsi que allègement des récipients de près de 30 % ont permis de gagner en compétitivité ", affirme aussi Jean-Luc Logel, fondateur d’Iris Inspection Machines.

++ Read more ++ -- See less --

09/17/2019 En Syrie, les commerçants frappés de plein fouet par la dégringolade de la livre

Dans son échoppe du vieux Damas, Mohammad Zarqawi remplit des sachets d’épices colorées et d’herbes odorantes. Mais les clients se font rares sur ce marché autrefois très fréquenté, aujourd’hui frappé de plein fouet par la dégringolade de la livre syrienne.

La monnaie locale a atteint en septembre son plus bas historique par rapport au dollar sur le marché noir, dans un pays ravagé depuis 2011 par une guerre meurtrière qui a mis l’économie à plat.

Aussi bien dans les territoires sous contrôle du gouvernement que dans les régions qui échappent à Damas –les secteurs tenus par les forces kurdes par exemple– les commerces souffrent des fluctuations du taux de change.

M. Zarqawi, 39 ans, déplore des fluctuations “folles” avec des prix qui changent du jour au lendemain: “Nous dormons avec un prix et nous nous réveillons avec un autre”.

“Chaque fois que vous voulez acheter quelque chose, vous constatez une grande différence de prix”, ajoute le commerçant. “Les gens hésitent avant d’acheter quoi que ce soit”.

Dans son échoppe, les étagères en bois croulent sous les bocaux et les sacs de thym, d’anis, de sauge et autres fleurs médicinales et tisanes.

Il y a environ dix jours, le taux sur le marché noir était de 691 livres contre un dollar - un plus bas historique - avant de remonter à 610 livres lundi.

La livre a déjà connu plusieurs dévaluations depuis le début de la guerre en Syrie. Fin 2018, un dollar valait 500 livres, contre seulement 48 livres au cours officiel avant le conflit.

  • Spéculation -

La guerre a porté un coup dur aux finances de l’Etat qui a vu s’épuiser ses réserves en devises étrangères et chuter ses revenus.

La situation a été aggravée par les sanctions des Etats-Unis et de l’Union européenne contre les autorités, mais aussi des hommes d’affaires proches du pouvoir.

Pour enrayer la dégringolade, le gouvernement a approuvé la semaine dernière des mesures pour lutter contre la spéculation et le commerce illégal de devises étrangères, a rapporté le quotidien pro-étatique al-Watan.

Assis sur un tabouret près de son échoppe de produits cosmétiques, Haytham Ghanmeh est à l’affût des clients.

La dévaluation a notamment pénalisé les commerçants de produits importés, achetés en dollars, dit-il.

“L’appréciation du dollar pousse les prix à la hausse et la plupart de nos produits sont importés”, déplore ce damascène âgé de 58 ans.

“Beaucoup de produits sont désormais introuvables sur le marché, car nous hésitons à les acheter à cause des nouveaux prix”, dit-il devant un étal où s’alignent des flacons de vernis à ongles brillants.

The Syria Report a récemment souligné que la balance commerciale était “dans le rouge”.

“Les capacités de production locale ayant été largement détruites, les importations sont désormais nécessaires pour répondre à la demande locale”, explique ce site d’information économique.

Avant la guerre, les hydrocarbures représentaient l’une des principales sources de revenus des autorités.

Mais le pouvoir central a aujourd’hui perdu le contrôle des principaux champs pétroliers, et avec les combats, les infrastructures ont été lourdement endommagées.

  • “Comment vivre?” -

A 600 kilomètres de là, dans la ville à majorité kurde de Qamichli (le nord-est), la situation est tout aussi accablante.

“Nous achetons nos marchandises en dollar (…) et le client est surpris de voir les prix varier d’une heure à l’autre”, déplore dans son épicerie Hussein Hammou.

“L’activité sur les marchés est très faible”, ajoute le jeune commerçant de 24 ans, entouré de boîtes de conserves et de sacs de riz.

Pour compenser la hausse des prix, dit-il, les consommateurs se contentent de courses limitées et les invendus s’accumulent.

Dans cette ville tenue par l’administration semi-autonome kurde, il achète sa marchandise en dollar mais la revend en livres syriennes.

“Tous les soirs ont va convertir nos livres syriennes en dollars, on perd énormément en raison de la différence de change”, déplore-t-il.

Sur le marché de Qamichli, Ronahi Hassan (33 ans) achète des fournitures scolaires pour ses enfants.

“Nous ne pouvons plus vivre avec cette hausse vertigineuse des prix”, affirme cette employée de l’administration locale. “Avec chaque hausse du dollar, le fardeau s’alourdit un peu plus”.

“Comment vivre (…) alors que nos salaires ne nous suffisent plus que pour quelques jours?”

++ Read more ++ -- See less --

09/16/2019 Les mains sales de l'huile de palme

A Sabah, une province malaise sur l’île de Bornéo, 85% des surfaces agricoles sont consacrées à l’huile de palme. Les plantations, en général détenues par des grands groupes comme Felda Global Ventures ou Sime Darby, couvrent 1,5 million d’hectares. Environ 9% de l’huile de palme consommée sur le plan mondial provient de ce petit territoire. Et une bonne partie finit dans les confiseries, cosmétiques et produits de nettoyage vendus en Suisse, notamment dans les biens fabriqués par Nestlé, a démontré une enquête de l’ONG Solidar Suisse.

Celle-ci s’est penchée sur le sort des travailleurs œuvrant pour deux plantations, Mojokuto et Suluk*. “L’immense majorité proviennent d’Indonésie et sont dans le pays illégalement, relate Rizal Assalam, un chercheur indonésien qui s’est rendu sur place pour l’ONG helvétique. Certains arrivent avec un visa de touriste; d’autres passent la frontière en douce.” Sabah compte 1,2 million de résidents étrangers, soit près d’un tiers de sa population. Et 840 000 d’entre eux sont des migrants clandestins, selon le Département de l’immigration de Sabah.

Certains se font recruter par l’entremise d’agences, qui leur font payer des frais élevés pour ce rôle d’intermédiaire. Comme ils n’ont pas les moyens de s’acquitter de ces sommes en amont, elles sont prélevées sur leurs salaires, ce qui les maintient dans une situation d’endettement. A leur arrivée, ils se font souvent confisquer leurs passeports par la direction de la plantation.

Lire également: La palme de l’huile la plus consommée

Dépourvus de droits en raison de leur statut clandestin, ils sont rémunérés en dessous du minimum légal, qui atteint 220 francs par mois. Leur salaire dépend des quantités de fruits de palmier récoltés. Une tonne vaut 6,60 francs et une équipe de 7 à 14 travailleurs peut en récolter 5 à 12 tonnes par jour. Cela leur rapporte entre 87 et 324 francs par mois, selon les données de Solidar Suisse.

Terrifiés à l’idée d’être déportés, “ils vivent reclus dans les plantations, se regroupant par origine ethnique dans des villages improvisés loin des routes et des infrastructures publiques”, rapporte l’ONG. La consommation de méthamphétamine et les grossesses de mineures sont répandues. Entre 50 000 et 200 000 enfants sans papiers vivent aussi sur ces plantations. “Ils n’ont pas accès aux services de base tels que l’école publique ou la santé”, rappelle Solidar Suisse.

Le travail est pénible et dangereux. “Pour récolter les fruits, les ouvriers utilisent une faucille attachée à une tige, détaille Rizal Assalam. Ils se blessent régulièrement et risquent à tout moment de se prendre l’un de ces fruits - qui pèse entre 20 et 40 kilos - sur la tête, ce qui peut tuer.”

Lire aussi, en 2018: La Malaisie veut redorer l’image de l’huile de palme

Les femmes sont chargées de l’épandage de pesticides et de fertilisants, parmi lesquels figurent des substances hautement toxiques comme le glyphosate et le paraquat. “Or on ne leur donne ni gants ni masques respiratoires, déplore le chercheur. Elles se couvrent la bouche avec un simple morceau de tissu.” Pour être sûrs d’atteindre leur quota journalier, les parents font souvent travailler leurs enfants sur les plantations. Certains sont âgés de 6 ans à peine.

Une fois les fruits récoltés, ils sont livrés dans les 24 heures à un moulin qui les transforme en huile de palme. Celle-ci est ensuite raffinée, puis vendue à des grands groupes alimentaires. Solidar Suisse est parvenue à identifier deux des moulins qui absorbent la production de Mojokuto. Appelés Konsep Muktamad et UMAS, ils appartiennent - respectivement - aux conglomérats malais Teck Guan Group et Felda Global Ventures. Ces derniers font partie des fournisseurs de Nestlé. Suluk est pour sa part détenue par une firme qui livre directement le groupe veveysan.

En 2016, celui-ci a utilisé 420 000 tonnes d’huile de palme. Cette matière visqueuse entre dans la composition de produits comme les Kit-Kat, les nouilles instantanées Maggi ou les crèmes à café Coffee-Mate. Il se fournit auprès de 15 000 moulins, dont l’écrasante majorité se trouvent en Malaisie et en Indonésie, selon une liste publiée sur son site internet.

“Les abus de droits de l’homme et le travail des enfants n’ont pas leur place dans notre chaîne d’approvisionnement”, répond Nestlé. L’entreprise dit avoir mené en 2017 une évaluation des conditions de travail auprès de ses fournisseurs directs et adopté un plan d’action qui exige que ces derniers s’assurent que leurs propres sous-traitants respectent les droits des travailleurs. A Sabah, elle a dressé une liste répertoriant les services sociaux à la disposition des ouvriers et mis sur pied une hotline qui leur permet de rapporter les abus.

Mais Nestlé n’est pas le seul groupe suisse à s’approvisionner auprès des plantations malaises. Un tiers de l’huile de palme importée en Suisse ces trois dernières années provient de ce pays, selon la statistique fédérale des douanes. Cette part pourrait encore croître: les pays de l’AELE - dont la Confédération fait partie - négocient actuellement un accord de libre-échange avec Kuala Lumpur, qui prévoit notamment des concessions douanières sur l’importation d’huile de palme.

  • Les noms des plantations ont été modifiés pour préserver l’anonymat des ouvriers.
++ Read more ++ -- See less --

09/13/2019 Le français Anjac s'implante aux Etats-Unis avec l'acquisition de Cosmetix West - Cosmétique

Après l’acquisition en février du laboratoire pharmaceutique Feltor en Espagne, Anjac Health & Beauty signe la deuxième acquisition internationale de son histoire. Cette fois, le sous-traitant français spécialiste de la pharmacie, des cosmétiques et des compléments alimentaires a mis la main sur l’américain Cosmetix West. Ce sous-traitant californien doit permettre au groupe français de renforcer son positionnement sur les marchés de cosmétique et de la dermo-cosmétique. Et lui offre au passage un premier site industriel outre-Atlantique.

++ Read more ++ -- See less --

09/11/2019 Instagram Captures Most Beauty Ad Dollars (But YouTube Gets 93% Of The Largest Cosmetics Company's Ad Dollars)

It’s probably not shocking that Instagram captures the lion’s share of the beauty industry’s ad dollars. It is, after all, the quintessential platform of the selfie. But according to a new report from BrandTotal, YouTube gets a massive 93% of the biggest cosmetics company’s ad dollars.

It makes you wonder what L’Oreal executives know that the others don’t.

Maybelline spends 60% of its social media ad dollars on Instagram. Sephora spends 43% there, with another 36% on Facebook. Estee Lauder? 46%. And Instagram-influencers-turned-business-moguls Kylie Kardashian and Huda Kattan spend 82% and 78%, respectively, of their ad dollars on Instagram for their cosmetics empires: Kylie Cosmetics, and Huda Beauty.

“Instagram reigns supreme for paid campaigns among these four digital channels for top cosmetic brands,” Alon Leibovich, co-founder and CEO of BrandTotal, said in a statement. “Given the younger demographics associated with these brands and the nature of Instagram as an inherently visual medium, it’s a no-brainer that makeup brands make Instagram their platform of choice when it comes to their social marketing strategies.”

But L’Oreal must know something the others don’t.

The world’s largest cosmetics company owns multiple success beauty brands, including Redken, Lancome, and Essie, and has annual revenue of close to $30 billion. It only spends 5% of its ad dollars on Instagram, and another 1% on each of Facebook and Twitter.

YouTube is an interesting channel for marketers, since it prioritizes longer viewing periods and deeper engagement than more ephemeral channels such as Twitter and Instagram, or even Facebook.

Social media advertising is a tough gig, however, compared to being a hugely successful influencer. In spite of spending the least of any of the studied companies, Kylie Cosmetics and Huda Beauty achieved more social media engagement than any of the established brands.

Together, they had over 35 million likes, retweets, and thumbs-ups between them, with Huda Beauty getting almost twice as many as Kylie Cosmetics.

“We’ve seen a similar ad strategy before with Tesla and the theory still holds true – strong brand names and associations with individuals who have a legacy of high organic reach, such as Kylie Jenner and Huda Kattan in this case, have the luxury of reaching an already built in user base without needing to spend,” says Leibovitch. “They know who their audiences are and how to convert engagement with them into sales.”

They’ll just have to keep paying for their ads, whether on Instagram or YouTube, Facebook or Twitter.

++ Read more ++ -- See less --

09/09/2019 L'Oréal Vichy, l'usine qui coule de source - L'Usine Santé

Des locaux rutilants, des extérieurs joliment entretenus, des employés visiblement heureux, des chaînes 4.0… Bienvenue dans le monde enchanté de l’usine L’Oréal Vichy (Allier), la branche Cosmétique Active Production (CAP) d’un groupe mondial qui, en 2018, affichait, 25 milliards d’euros de chiffre d’affaires ! Le bâtiment a beau avoir un demi-siècle d’existence, il ne semble pas avoir pris une ride. “Nous avons presque tout refait”, lance tout sourire Jean-Yves Larraufie, sémillant directeur général du site depuis 2017. Un homme pressé qui gère en parallèle l’usine de la Roche-Posay (Vienne) - autre marque cosmétique du groupe rachetée en 1989 - située à trois heures de route. “J’aime mon usine ! Il faut être cohérent. On est là pour vendre du rêve, alors c’est normal que notre bâtiment soit beau et accueillant. Et puis je veux que mes employés s’y sentent bien.”

“Nous avons presque tout refait”, lance Jean-Yves Larraufie directeur général du site de Vichy © L’Oréal

Doubler la capacité d’ici 20 ans

L’usine L’Oréal Vichy, basée en réalité à Creuzier-le-Vieux dans la banlieue de la “reine des villes d’eau”, ne s’est en fait jamais aussi bien portée. Le site réparti sur 40 000 m² compte quarante lignes de production, quatorze cuves de fabrication réparties sur deux unités de production. La première est plutôt dédiée aux gros volumes, la seconde spécialisée dans les formats verre et petits pots. Au total, 3 000 références sont recensées de 160 formats différents : flacons, tubes, sachets pots… Des soins de peau, brumisateurs d’eau thermale, fond de teint, crème solaire ou encore soin anti-âge, vendus à 80 % à l’export.

Le site L’Oréal de Vichy s’étend sur 40 000 m². © L’Oréal

En 2018, les deux usines de Vichy ont produit 340 millions d’unités, soit près d’un million chaque jour, le tout dans une ambiance d’euphorie générale. “Nous espérons doubler notre capacité d’ici 20 ans”, lance le directeur qui voit la croissance de son usine augmenter un peu plus chaque année. “Depuis deux ans, nos commandes montent en flèche grâce au marché chinois, très porteur dans le secteur des cosmétiques”, précise-t-il.

L’eau thermale, matière première des produits Vichy

Bâtie au nord de la ville sur les pistes de l’ancien aéroport, l’usine L’Oréal jouit d’un ancrage stratégique à proximité des sources thermales de la ville, matière première essentielle utilisée dans tous les cosmétiques. Chaque matin, deux à cinq tonnes de cet “or bleu” sont ainsi conditionnées en cuves stériles et acheminées vers l’usine par camions, depuis la source Lucas ou la source de l’Hôpital, dont les vertus dermatologiques sont reconnues par l’Académie de médecine. “Cette eau peut représenter 50 % de la composition de nos produits, voire 89 % pour notre produit phare Mineral 89”, insiste le directeur.

Chaque matin, deux à cinq tonnes d’eau des sources thermales sont conditionnées en cuves stériles. © L’Oréal

Tout le process de production est ensuite millimétré pour préserver les qualités intrinsèques de l’eau. Très minéralisée, l’eau de Vichy est instable et doit être conservée sous dioxyde de carbone avant d’être mélangée avec les autres ingrédients.

Cuves sur le site L’Oréal de Vichy il y a 50 ans © L’Oréal

Chez L’Oréal Vichy, l’hygiène tourne à l’obsession. “Nos usines deviennent des usines”blanches“, avec un niveau d’exigence en termes d’hygiène selon les normes les plus strictes”, confirme le directeur. Blouse, charlotte et depuis peu cache-barbe sont de rigueur. Aucune personne postée (ni aucun visiteur) n’a le droit de porter de bijoux. Sans oublier le contrôle qualité poussé à l’extrême. “Au total, un produit L’Oréal passe environ 100 contrôles avant sa mise sur le marché”, assure la direction. De même, papiers, stylos et autres classeurs ont totalement disparu du quotidien des opérateurs au profit des écrans d’ordinateurs, tablettes connectées et autres masques de réalité virtuelle.

Le site L’Oréal de Vichy il y a 50 ans © L’Oréal

L’usine emploie désormais 400 personnes, dont 374 CDI, sans compter tous les emplois induits. “Une centaine de personnes a été recrutée au cours de ces cinq dernières années”, glisse fièrement Jean-Yves Larraufie. D’ici deux ans, une nouvelle extension est prévue. Elle devrait permettre d’agrandir la surface actuelle de 10 % et d’embaucher cinquante personnes supplémentaires. Après un demi-siècle d’existence, L’Oréal Vichy a prévu de vieillir en beauté.

Les dates marquantes de l’usine de Vichy

1931 : création de la marque Vichy. Le docteur Haller, dermatologue vichyssois, met au point les premières crèmes pour curistes appelées “les secrets de Vichy”.

1969 : l’usine de Vichy ouvre ses portes le 1er juillet.

2003 : ouverture de la nouvelle centrale internationale (centre de stockage) sur le site de Creuzier-le-Neuf.

2006 : création de CAP (Cosmétique Active Production), regroupant les sites industriels de Vichy et La Roche-Posay.

2017 : rachat de la marque Cerave.

En 2018, les deux usines de Vichy ont produit 340 millions d’unités, soit près d’un million chaque jour. © L’Oréal

++ Read more ++ -- See less --

RSS Feed

News briefs are also available as RSS feed, to be consumed in your favorite feed reader

Public RSS feed link :
cosmeticobs.com/en/feeds/briefs/rss.xml


Archives