CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques

Agrégateur de news

L'agrégateur de news est un service qui réunit de façon automatique tous les sujets d'actualité en rapport avec le secteur cosmétique publiés dernièrement sur Internet, tous médias confondus.


10 avr. 2019 Gradually, nervously, courts are granting rights to animals

H one of seven Asian elephant calves captured, probably from the same herd, in Thailand in the early 1970s. Named after Disney’s seven dwarves, they were shipped to America and sold to circuses and zoos. Happy and Grumpy ended up in the Bronx zoo, where they lived in an enclosure for 25 years. In 2002 they were transferred to a larger enclosure with a second pair of pachyderms, Patty and Maxine. Their new environment was a little closer to the wild one, in which elephants form large families. But Patty and Maxine charged at Grumpy, injuring her. Unable to walk and with suppurating wounds, Grumpy was euthanised.

Happy was then paired with a younger female elephant, Sammy. She died of kidney failure in 2006. But meanwhile Happy had become a scientific celebrity. In 2005 she became the first elephant to pass the “mirror self-recognition test”, an indicator of self-consciousness. Scientists painted a white cross over her left eye, and led her to a large mirror. Happy repeatedly touched the marking with her trunk, showing that she recognised herself. Most animals (and human infants) cannot do this.

Now Happy is stretching the limits of people’s understanding of animals once again. On December 14th a court in New York state heard a request to grant her a writ of habeas corpus. Steven Wise, a lawyer, argued that, as an intelligent, self-aware being, Happy is entitled to the full protection of the law. Habeas corpus, an ancient common-law principle, guards against arbitrary imprisonment.

So far, all applications for habeas corpus relief for animals have been turned down in American and European courts. However, in a case in May 2018 involving Tommy, a chimpanzee, one of the judges said he thought the main argument for denying habeas corpus to chimps was wrong. This is that they lack the capacity to carry out legal duties or be held accountable for their actions. As the judge pointed out, “the same is true for human infants and comatose human adults, yet no one would suppose it is improper to seek a writ of habeas corpus on behalf of one’s infant child.” Happy’s case is likely to drag on for a while. When it is resolved, it could fundamentally alter the way some animals – especially great apes – are treated in law.

Over the past few decades, the science of animal cognition has changed people’s understanding of other species. In several, researchers have discovered emotions, intelligence and behaviour once thought to belong exclusively to humans. But the law has changed slowly, and in one respect barely at all. Most legal systems treat the subjects of law as either people or property. There is no third category. Legal persons possess rights – guaranteed protections. Property does not. Because domesticated animals are economic assets, the law has always regarded animals as property.

Some lawyers and animal-rights advocates say the time has come to change that, arguing that it is justified both by science and by rising concerns about animal welfare. Opponents reply that to give animals rights would not only be unprecedented but, by erasing distinctions between them and people, would undermine something fundamental to being human.

For years, people seeking to improve the lives of animals have sponsored animal-welfare laws. In November, voters in California passed a ballot initiative (a referendum) that requires larger minimum spaces for caged farm animals. In the past decade the European Union, India, Colombia, Taiwan, seven Brazilian states and California have all banned the testing of cosmetics on animals. New York and Illinois banned circus elephants, while voters in Florida banned greyhound racing.

Recently, animal advocates have tried to push existing welfare laws into new areas. In Iowa, the Animal Legal Defence Fund sued a private zoo for infringing the Endangered Species Act, which protects wild animals. It won, and the Department of Agriculture revoked the zoo’s licence. The same organisation, arguing that Oregon law permits victims of violence to sue for redress, filed suit for damages on behalf of an eight-year-old racehorse, Justice, who had been found severely frostbitten and malnourished and whose owner had been convicted of neglect. The suit was denied but is the subject of an appeal.

At least eight jurisdictions have written into law that animals are sentient beings, including the (in one of its foundational documents, the Lisbon treaty) and New Zealand. These “sentience laws” have had surprisingly little impact. No cases have been brought in New Zealand, for example, which amended its animal-welfare act to say animals are sentient in 2017. But three American states have passed pet custody laws which give the idea of sentience practical meaning. These laws say that if a couple divorces and cannot agree on the terms of separation, the interests and feelings of any animals in the household must be taken into account. Animals are thus treated more like children than furniture.

To some animal advocates, expanding existing welfare laws or writing new ones does not go far enough. They argue that such laws fail to protect animals from captivity and that some highly intelligent species, such as great apes and elephants, should not be treated as property at all, but as beings with rights.

Animals have appeared in court before. At Clermont in France, a pig was tried and convicted of killing and eating the baby of Jehan and Gillon Lenfant on Easter Day, 1494. It was executed by strangulation. At Autun, in the early 16th century, Bartholomew Chassenée defended rats against a charge of destroying the barley harvest. He persuaded an ecclesiastical court that, since it would be dangerous for the rats to travel to court, they could legally ignore the summons. What has changed is that animals are plaintiffs, not the accused, and lawyers are demanding they be granted the status of legal persons.

That idea is not quite as far-fetched as it might sound. A legal person does not have to be human. Companies have long been legal persons, able to act in court in their own right. In 2017 New Zealand granted legal personhood to the Whanganui river, in order to boost the power of local Maoris to protect it. In the same year, the High Court of the Indian state of Uttarakhand gave legal personhood to the Ganges and Yamuna rivers in its territory, though this ruling was reversed by India’s Supreme Court.

Activists have tried to give animals protection under ordinary laws, not just animal-welfare rules. People for the Ethical Treatment of Animals (), an activist group, sued a photographer, David Slater, who had been taking pictures of wild macaques. One day, the macaques used his camera to take selfies (see picture) which Mr Slater published. sued in America’s federal courts, saying Mr Slater had infringed the monkeys’ copyright. The suit was kicked out, with the judge opining: “I am not the person to weigh in on this. This is an issue for Congress and the president.”

Other cases have got further. India’s environment ministry said in 2013 that cetaceans (a group that includes dolphins and whales) were “non-human persons” with “their own specific rights”. The ministry told state governments to reject any request to keep cetaceans for entertainment.

The following year, India’s Supreme Court ruled that all animals have an inherent right to life under the constitution, though they can still be property. The case concerned a custom called jallikattu in which men tame young bulls, often by mutilating them. The court ruled that “every species has a right to life and security [and] that, in our view,”life" means something more than mere survival…or instrumental value for human beings." Still, the court said it was up to parliament to write laws safeguarding those rights and it did not change animals’ status as property.

The boldest legal challenge has come from attempts to give animals habeas corpus rights. In 2005 animal-rights organisations in Brazil applied for habeas corpus protection for Suiça, a chimpanzee in a zoo. She was found dead in her cage before the court could rule. In 2007 Austrian activists applied to make one of their number the legal guardian of Hiasl, a chimpanzee who had been released from a pharmaceutical laboratory. The case ended in the European Court of Human Rights, which rejected the application.

Reversals have been frequent. In 2015 a court in New York issued a writ of habeas corpus on behalf of two chimpanzees, Hercules and Leo, but the judge changed her mind the next day, deleting the reference to habeas corpus. Another New York court threw out similar applications for Tommy and Kiko, two more chimps.

In the past few years, however, animal-rights lawyers have started to win cases. In 2014 the criminal appeals court of Argentina said Sandra, an orangutan in the Buenos Aires zoo, was a non-human person – though the court has jurisdiction only over animal-cruelty cases, so this was a ruling on welfare, not habeas corpus. The biggest victory came in 2016, when a judge in Mendoza, also in Argentina, ruled that Cecilia, a chimpanzee, was a non-human person who had been arbitrarily deprived of her freedom by being placed in the city’s zoo. He ordered her to be taken to a sanctuary in Brazil, where she remains. It was the first ruling of its kind. It was followed in 2017 when Colombia’s Supreme Court ruled that Chucho, a spectacled bear, was a non-human person and ordered him to be taken from Barranquilla zoo to a wildlife reserve.

But so far, except in South America, objections to animal legal rights have carried the day. These are: that it is unclear which species should get protection and which rights they should get; that giving great apes rights could hamper medical research; that giving some animals limited rights might open the door to giving farm animals a right not to be eaten; and that, if consciousness and cognition give rise to rights, they would apply to artificially intelligent machines, too.

The upshot is that “the law is a patchwork,” says Kristen Stilt, who teaches animal law at Harvard Law School. Animals still lack rights, but the bright line separating them from people has been dulled by sentience laws and rulings in India, Argentina and Colombia. As the judge in Tommy’s case said, “the question will have to be addressed eventually…Should such a being be treated as a person or as property, in essence a thing?” Meanwhile, Happy awaits the result of her day in court in solitary confinement, an unnatural state for an elephant. She is, when all is said and done, just somebody’s property.

++ Lire plus ++ -- Refermer --

10 avr. 2019 Botox bars are coming to a city near you

“Y change someone’s life with a bit of lip,” says Dr Alexander Blinski, the co-founder and chief medical officer of Plump Cosmetics and Injectables, a beauty salon in New York. His practice, which feels more like a cross between a cupcake shop and a SoulCycle studio than a place where people willingly go to let needles full of neurotoxins gently paralyse the muscles in their faces, is one of a growing number of establishments in America aimed at making injectable cosmetic treatments seem less clinical.

“West Coast Lips” are a favourite. With 20% more volume than “East Coast Lips”, they are fuller and appear more enhanced than the subtle, work-with-what-you’ve-got plump of their east-coast cousin, which is more rosebud than rhododendron. “Instaready Cheeks” are another popular treatment among those who want a more influencer-worthy contour to their jowls. They are achieved with a dose of an injectable filler and cost just over $1,000. More modestly priced treatments include the “Goodbye Gummy Smile”, which restrains the muscles in the upper lip, and is for those who want to flash more white in their posts. A $2,000 treatment helps those who wish to minimise their underarm sweat production in ways that the humble antiperspirant has yet to master.

Celebrities like the Kardashians, Bella Hadid and the Real Housewives are credited with the mainstreaming of injectables, which are the most common minimally invasive cosmetic procedure performed, according to data from the American Society of Plastic Surgeons. Clients are mostly millennials in search of a plumper pout, but also include daughters who bring their mothers, wives who bring their husbands, Wall Street bankers keen to banish an angry-looking furrowed brow or drag queens in search of more dramatic cheeks.

“I liked that the filler was natural-looking – I didn’t want to look like a balloon or like I lived in Los Angeles,” says Richelle Oslinker, a patient of Dr Blinski’s. Nate Storey, a magazine editor, decided to get a few shots around his 30th birthday. He did so because his preferred hairstyle – a man bun – gave him no place to hide the wrinkles creeping across his forehead.

Although nearly 10m of these procedures were performed in America in 2017, there is reason to approach them with prudence. The main ingredient in Botox, which is generally used in the upper third of the face, is derived from the substance that causes botulism. The two most common injectables are Botulinum Toxin Type (commonly marketed as Botox) and soft-tissue fillers.

Botox is often referred to as the “gateway drug” to soft-tissue fillers, which are generally used in the lower two-thirds of the face. Many are made from naturally occurring substances like hyaluronic acid – which is found in the human body, especially in the fluid around the eyes and joints – but they can have serious side-effects. If accidentally injected into a blood vessel, for instance, they can cause tissue death, permanent blindness or a stroke.

Botox generated $3.2bn in worldwide sales in 2017, which were buoyed by a multimillion-dollar marketing campaign starring a retired American football player, Deion Sanders. This was an attempt to increase its use among men, who are estimated to make up 15% of the cosmetic injectable market. Revenue from the neurotoxin is expected to reach $4.5bn by 2024. Plump, one of the biggest users of Botox in America by volume, has recently opened its second injectables bar in New York City, with plans to expand to Miami.

++ Lire plus ++ -- Refermer --

10 avr. 2019 Les " nouvelles routes de la soie "… ou de la contrefaçon ?

Tribune. La Chine s’est donc lancée à la conquête du monde par la construction d’un réseau d’infrastructures terrestres, ferroviaires et maritimes visant à la rattacher à l’Europe et à l’Afrique par de nouvelles routes commerciales. Un projet titanesque, lancé en 2013 et estimé à plus de 1 000 milliards de dollars.

Il peut toutefois être pertinent de mettre en parallèle l’impact qu’aura inévitablement cette initiative sur les entreprises françaises avec les chiffres de la contrefaçon publiés le 18 mars dans un rapport conjoint de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et de l’Office de l’Union européenne pour la propriété intellectuelle (EUIPO), " Trends in Trade in Counterfeit and Pirated Goods “.

Le commerce de produits contrefaits représentait, en 2016, près de 450 milliards d’euros dans le monde, soit 3,3 % des échanges mondiaux. Des chiffres particulièrement alarmants car ils ne prennent en considération ni les contrefaçons produites et consommées à l’intérieur d’un pays, ni celles distribués via Internet.

La France figure parmi les principales victimes de la contrefaçon, juste derrière les Etats-Unis, puisqu’en 2016, 17 % des produits de contrefaçon saisis usurpaient des marques ou des brevets français.

Les auteurs du rapport ont analysé les données provenant de près d’un demi-million de saisies douanières réalisées dans le monde entre 2014 et 2016, afin d’établir l’estimation la plus rigoureuse à ce jour de l’ampleur du commerce de faux produits à l’échelle mondiale.

Il en ressort que la contrefaçon concerne tous types de produits, que cela soit des chaussures, des sacs à main, des cosmétiques, des parfums, ou encore des pièces de machine et des produits chimiques.

Or, la majorité des produits " contrefaisants " saisis lors de contrôles douaniers proviennent de Chine - les Emirats arabes unis, la Turquie, Singapour, la Thaïlande et l’Inde étant les autres principaux lieux de provenance.

Les nouvelles routes de la soie ouvrent la voie à des atteintes potentiellement localisées, non plus dans un seul pays, mais dans plusieurs pays dans lesquels les produits contrefaits peuvent transiter, être stockés, commercialisés.

Le rempart le plus évident est bien sûr l’information des consommateurs, car les produits issus de la contrefaçon, outre leur impact économique, présentent des risques pour la santé et la sécurité des consommateurs.

Maureen Theillet - Le Monde.fr
++ Lire plus ++ -- Refermer --

10 avr. 2019 ASOS affiche son optimisme et bondit

(AOF) - Asos bondit de 14,79% à 3670 pence après avoir maintenu ses prévisions pour l’ensemble de l’exercice 2019, malgré une baisse de son bénéfice avant impôts au premier semestre. Celui-ci a chuté de 87% à 4 millions de livre sterlings. Quant au chiffre d’affaires de l’entreprise britannique de commerce en ligne de vêtements et cosmétiques, il a progressé de 14% et atteint 1,31 milliard de livres sterling. “Asos est capable de bien plus”, a commenté Neck Beighton, CEO du groupe, optimiste en l’avenir.

“Nous approchons de la fin d’un important programme d’investissements. Bien que cela ait inévitablement entraîné d’importantes perturbations et des coûts de transition, la capacité mondiale qu’elle nous procure aujourd’hui nous donne une confiance accrue dans notre capacité à continuer à gagner des parts de marché tout en restaurant notre rentabilité et en accélérant la génération de cash flow libre”, a ajouté Neck Beighton.

Alors que le marché mondial de la mode en ligne est en pleine croissance, Asos dispose désormais d’une plate-forme technique, d’une infrastructure, d’une “discussion constante” avec sa clientèle.

" Nous pensons qu’en fin de compte, il n’y aura qu’une poignée d’entreprises d’envergure véritablement mondiale sur ce marché. Nous sommes déterminés à ce que ASOS soit l’une d’entre-elles“, a-t-il conclu.

Le succès du commerce en ligne ne se dément pas en France, porté par le développement du nombre d’acheteurs et de sites marchands. En 2018, le chiffre d’affaires devrait atteindre 93 milliards d’euros (contre 81,7 milliards en 2017), selon la fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad). Le digital est d’ailleurs la priorité de deux distributeurs de jouets, Toys “R” Us France, racheté par Jellej Jouets et Ludendo (La Grande Récré), repris par son PDG avec la Financière Immobilière Bordelaise. Une refonte globale du modèle économique de ces enseignes est nécessaire. Elles sont concurrencées à la fois par les chaînes d’hypermarchés et les géants de l’e-commerce. Il est nécessaire de créer du trafic dans les magasins et de désaisonnaliser l’activité. Créer des espaces de jeu est une des solutions envisagées.

++ Lire plus ++ -- Refermer --

10 avr. 2019 " Brexit ", une marque qui fait vendre?

Fromage Brexit, bière Brexit, biscuits Brexit… Dès 2016, plusieurs entreprises britanniques ont déposé la marque “Brexit”. Même en France, une poignée d’entreprises ont fait preuve du même opportunisme. Mais toutes n’exploitent pas réellement la marque.

Couronné “Mot de l’année 2016” par le dictionnaire anglais Collins, le terme “Brexit” s’est progressivement fait une place dans le langage courant. Contraction de “British” et de “Exit”, ce néologisme a été employé dès 2013 outre-Manche pour désigner la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne avant de gagner en popularité en Europe à l’approche du référendum de 2016.

A tel point que certaines entreprises ont vite vu dans ce mot-valise une opportunité pour développer leur activité. Dès après le scrutin, les organes régissant les droits de propriété intellectuelle ont reçu de nombreuses demandes d’entreprises désireuses d’exploiter le potentiel commercial de cette marque.

Un premier refus de l’EUIPO

Mais leur demande fut loin d’être aussi aisée qu’elles l’avaient imaginé. En juillet 2016, deux entrepreneurs polonais installés à Manchester se tournent vers l’Office de l’Union européenne pour la propriété intellectuelle (EUIPO). Eux veulent carrément baptiser leur entreprise “Brexit Drinks Ltd”. Leur but: produire une boisson énergisante sous la même appellation. L’examinateur de l’agence européenne se prononce d’abord contre l’enregistrement d’une telle marque, estimant que le terme “Brexit” était à la fois “descriptif et offensant”. Comme le rappelle Mondaq, site spécialisé dans le conseil aux entreprises, l’agence européenne estime que cela “pourrait être perçu comme un slogan en faveur de la sortie des Britanniques de l’UE et non comme une indication d’origine relative aux produits faisant l’objet de la demande”. L’examinateur juge même que la marque pourrait paraître offensante, en particulier aux yeux des 48% de Britanniques qui ont voté contre le Brexit.

Cet argument sera rejeté quelques mois plus tard par la commission d’appel de l’EUIPO qui valide le dépôt de la marque pour les classes 5, 32 et 34, lesquelles regroupent notamment les boissons énergisantes, les compléments alimentaires, les bières et les cigarettes. “Certes, c’est un sujet litigieux et polémique. Cependant, lorsqu’il est décliné sous forme de marque désignant des cigarettes électroniques, de la bière ou des jus de fruits, l’humour prend le pas sur le message politique et fortement controversé du terme ‘BREXIT’”, finit par admettre l’EUIPO.

Peu de temps après, la boisson énergisante du Brexit est lancée. “Les gens nous demandent si c’est une déclaration politique […]. Non, nous pensons simplement que c’est un bon nom pour un produit”, arguait l’un des fondateurs de la marque.

Thé, fromage, alcool…

Cette décision de l’EUIPO ouvre la voie à d’autres entreprises qui, à leur tour, se hâtent de déposer la marque “Brexit” dans leur secteur d’activité. Et on voit très vite apparaître outre-Manche, des produits -notamment alimentaires- sous cette dénomination.

Une vingtaine de dépôts ont ainsi été enregistrées auprès de l’Office de la propriété intellectuelle (IPO) outre-Manche, sans compter celles qui ont été refusées. Toujours dans les boissons, la “Brexit Beverages Company” a vendu sur Amazon la “Brexit Premium Lager”, une bière blonde à déguster pour “célébrer l’Article 50”.

Les entreprises déterminées à tirer profit de l’événement ont également lancé l’“English Brexit Tea”, les biscuits “Brexit”, le fromage “Brexit blue”, la “Brexitovka” (vodka du Brexit) ou encore la “Brexit Box”, pour survivre 30 jours après la sortie de l’UE… La marque “Brexit the Musical” a quant à elle été déposée pour le titre d’une comédie musicale.

Opportunités

Les États-Unis n’ont pas été épargnés. Une société basée au Colorado a déposé la marque “Brexit” dans le but de l’attribuer à des compléments alimentaires. La Boston Beer Company a elle aussi déposé ce nom au lendemain du référendum. Elle comptait l’utiliser pour mettre en avant son cidre mais le produit n’a pas encore été commercialisé.

Il faut dire que de nombreuses entreprises déposent la marque par anticipation plus que pour respecter une quelconque stratégie marketing. Certaines n’ont d’ailleurs pas de projet clair au moment de l’enregistrement mais préfèrent assurer leurs arrières, au cas où l’opportunité se présenterait… Parfois il s’agit simplement d’empêcher un concurrent d’utiliser la marque à son compte. Au final, il n’est pas rare de voir des sociétés déposer des marques sans jamais les exploiter.

Brexit made in France

En France, moins de dix entreprises ou personnes physiques ont fait la démarche d’enregistrer la marque “Brexit” auprès de l’Institut national de la propriété intellectuelle (INPI). Et parmi elles, une minorité ont tenté le coup. Depuis l’an dernier, Thibaut sillonne les routes de Bordeaux et ses alentours avec son “Brexit bus”, un bus rouge à étage typiquement anglais faisant office de food truck.

“On a choisi ce nom pour le parallèle évident avec le bus anglais et c’était clairement une volonté de faire un clin d’œil à cet événement”, précise Thibaut qui réfute cependant toute connotation politique: “Je suis très européen […] et je suis triste de les (les Britanniques, ndlr) voir partir. C’est plus de la dérision, de la taquinerie”.

“Immature, écologique et responsable”, le “Brexit bus” de l’entrepreneur bordelais joue la carte de l’humour et “neuf clients et demi sur dix” comprennent qu’il s’agit du second degré, assure-t-il. Même si “une fois de temps en temps, on tombe sur un Anglais qui ne trouve pas ça très drôle”.

Il reconnaît néanmoins avoir hésité sur l’utilisation du terme “Brexit” et l’image politique qu’il renvoie: “C’était une grosse question au début”, se rappelle-t-il. Et d’ajouter: “Aujourd’hui même, quelqu’un est venu me poser la question. Il m’a demandé si c’était une manifestation en faveur du Brexit, si on militait pour…”. Le temps d’expliquer rapidement le concept du food truck, basé sur une énergie propre et un système “zéro déchets” et les clients les plus dubitatifs comprennent que le nom de l’entreprise n’est qu’une façade teintée d’ironie.

Le prestigieux groupe français de cosmétique Sothys a lui aussi déposé la marque “Brexit” en 2017. Contactée, l’entreprise indique que l’initiative a été prise par l’ancien PDG Bernard Mas, père de l’actuel patron Christian Mas. Mais la marque n’ finalement jamais été exploitée.

Paul Louis - BFMTV
++ Lire plus ++ -- Refermer --

9 avr. 2019 Alaena, les crèmes protectrices venues de Biarritz

Alertée par la recrudescence de cancers, une dermatologue basque a lancé une marque de soins 100 % naturels, devenue une référence de la beauté “clean” en France.

À l’heure où les Français achètent leurs premières crèmes solaires, une question revient: ces formules sont-elles nocives pour les océans? L’an dernier, l’État d’Hawaï décidait d’interdire dans ses lagons les produits bronzants à base d’oxybenzone ou d’octinoxate, mais une batterie d’études a tenté récemment de relativiser l’impact des cosmétiques sur l’écosystème marin au regard du réchauffement des eaux et des ravages de la pêche électrique.

À Biarritz, peu importe, on reste concernés. Quand elle crée un soin protecteur, Sylvie Peres, fondatrice de la petite marque à succès Alaena, la débarrasse de toutes nanoparticules. Depuis quinze ans, elle milite à la fois contre les pollutions des mers issues de la mauvaise gestion des eaux usées et de la surconsommation des détergents (qu’elle dénonce fréquemment auprès des mairies du littoral atlantique) et pour une cosmétique “clean”. “En déchiffrant les ingrédients des listes INCI contenus dans les crèmes que je prescrivais, j’avais noté la présence de CRM (cancérogène, mutagène et reprotoxique, toxique à la reproduction), raconte la dermatologue basque. À l’époque, je n’achetais que des aliments bio mais je conseillais à mes patients des onguents contenant des perturbateurs endocriniens et des cancérigènes, ce qui n’avait pas de sens.” Nous sommes en mai 2004, un groupe de scientifiques et d’écologistes de haute volée vient de se réunir à l’Unesco pour le colloque “Cancer, environnement et société”, concluant que le développement de nombreuses maladies est consécutif à la dégradation de l’environnement.

Sylvie Peres se tourne vers les bonnes recettes d’antan et fait réaliser en pharmacie des préparations magistrales dont elle contrôle entièrement la traçabilité. Ces formules sont très efficaces sur les pathologies des patientes, mais elles manquent de glamour dans le packaging et les textures. L’idée de concevoir une marque de cosméceutiques germe en 2015 quand Anne, sa fille aînée ingénieure, ouvre le spa Alaena à Biarritz avec son père, chirurgien esthétique. Dans l’offre proposée, il manque une ligne bio aux formules concentrées en actifs, approuvées par le milieu médical. “J’ai commencé par éliminer tous les ingrédients de”remplissage“, peu coûteux mais qui ne servent pas à grand-chose, et sans lesquels on peut quand même obtenir des textures agréables”, dit-elle. Dans sa liste noire de suspects: les acrylates, des épaississants supposés être cancérigènes, neurotoxiques et reprotoxiques ; le phénoxyéthanol, un conservateur ayant remplacé les parabens ; le sodium laureth sulfate, un détergent jugé irritant pour la peau.

Lancées fin 2017, fabriquées dans un laboratoire du Sud-Ouest, ses 14 références pour le visage et le corps promettent plus de 50 % de principes actifs (contre environ 20 % habituellement) issus de la biotechnologie, d’huiles végétales biologiques, de conservateurs naturels et d’un actif breveté élaboré à partir de graines germées. La germination permet en effet d’augmenter le taux de vitamines et des acides aminés favorisant la production de collagène. Dernière-née de la gamme, la Crème Réparatrice offre des résultats spectaculaires sur les eczémas et calme les peaux les plus sensibles après une exposition au soleil. Les packagings sont recyclables et les produits certifiés Ecocert Cosmos, le label bio européen. Vendues dans les spas, dont le George-V à Paris, elles font la fierté des Biarrots comme le bonheur des Français férus de minimalisme cosmétique.

Astrid Cazenave - Le Figaro.fr
++ Lire plus ++ -- Refermer --

9 avr. 2019 Le spécialiste du vrac Day by day passe la vitesse supérieure

web-vrac.jpgL’enseigne compte aujourd’hui 48 magasins, contre 34 à la même époque l’an dernier.

Chez Day by day, les demandes de franchise se bousculent. Plus d’une centaine arrive chaque mois. Le créneau du vrac est porteur et l’enseigne, qui s’est lancée dès 2013, s’est dotée d’une forte identité. Les candidatures sont soigneusement triées sur le volet. Mais le nombre de magasins grossit vite. Il en existe aujourd’hui 48, contre 34 à la même époque l’an dernier. De quinze à vingt supplémentaires sont prévus d’ici à la fin de l’année.

L’enseigne a de fortes ambitions. Les 7 millions d’euros levés en février par sa maison mère My Retail Box auprès d’Amundi, via son fonds d’épargne à impact social et solidaire, devraient l’aider à monter en puissance. " Le vrac a connu un premier coup d’accélérateur en France au moment de la Cop21. Depuis six à huit mois, nous en constatons un second “, relève le président de My Retail Box, Didier Onraita. Avec une forte implication des moins de 35 ans. Ils sont deux fois plus représentés parmi les clients que dans la population globale.

L’offre s’élargit avec l’arrivée de pâtes à tartiner ou de spiritueux ce qui permet, par exemple, de n’acheter que la quantité de rhum nécessaire pour faire des crêpes. Parmi les derniers produits arrivés dans certaines boutiques figurent les crèmes cosmétiques, dont on dose la quantité, avec la start-up CoZie . " A travers des développements technologiques, on peut explorer de nouveaux segments “, se félicite le dirigeant.

Le distributeur a fait de la traçabilité et de l’information des consommateurs l’un de ses piliers. En magasin, il met l’accent sur l’étiquetage en allant plus loin que la réglementation, donnant le pays précis d’origine, détaillant la composition. Des informations que le consommateur retrouve à la maison sur Internet à défaut de pouvoir le lire sur un emballage. Il commence aussi à y trouver des vidéos présentant les fournisseurs.

Si Day by day vise les centres-villes de plus de 50.000 habitants, My Retail Box, qui table sur un chiffre d’affaires consolidé en 2019 de 33 à 35 millions d’euros, soit une croissance de plus de 65 % par rapport à 2018, déploie des solutions pour des communes plus petites. A La Pesée repose ainsi sur une quinzaine de familles de produits pour des supérettes familiales dans des villes de moins de 10.000 habitants. Poids et Mesure, un " shop-in-shop " pour les zones urbaines entre les deux, est déjà installé en Vendée dans des magasins de primeurs.

Déjà leader européen du vrac dans un univers éclaté, le groupe n’est pour l’instant présent, hors de France, qu’en Belgique et au Luxembourg. Mais il compte aller assez vite aux Pays-Bas puis, dans deux ans, en Allemagne avant de s’attaquer un peu plus tard au Canada.

Clotilde Briard - LesEchos.fr
++ Lire plus ++ -- Refermer --

8 avr. 2019 Details Count For Successful On-Target Branding

Think about the many products you buy and the brands that market to you as a consumer. From aspirin to automobiles, bath soap to beer, candy bars to cosmetics, each of us has a least a few favorite brands that are go-to choices in a particular category we purchase. But how and why did those brands become our favorites?

The answer is not only that they deliver benefits we care about. It’s also that they’ve found ways to communicate those benefits effectively and to reinforce them in our actual experience.

For example, as a friend in consumer packaged goods has shared with me, if the speckles in a box of detergent are made with (inert) blue paint, more consumers believe the wash comes out whiter. Change the colored specks to green, and more believe the wash smells fresher. Those little specks are signals to reinforce a brand’s core promise.

First, of course, my friend’s company had to decide which segment of the market they were pursuing. Imagine a pie chart that depicts the primary interest of various consumers in the detergent business: What product attributes does each group most care about? The answer is more complex than just whiteness versus brightness. Some consumers love to see high-suds detergents in action, for example. When they peek into the wash and see lots of bubbles, they enjoy feeling that their clothes are being cleaned with diligence. Other consumers prefer low-suds products, believing that they’re better and safer for the planet’s ecology.

On-target branding must start with defining the target market and the primary benefits most prized by that particular segment. Every aspect of the brand should reinforce the fulfillment of its core promise, helping the product hit a communications bullseye that is relevant and meaningful to the intended purchaser.

Obviously, then, the name of a product that promises brightness should feel quite different from one that pledges freshness. The design of the packaging must support that choice, from the wording and look of text to the appearance of a sales brochure, advertising to prospects and so on. The more each detail is aligned, the more you’ll have a little army of product elements that all march together for maximum impact on your desired buyer.

Even after purchase when the product is being used, those built-in signals (like the specks) reinforce the delivery of whatever has been promised. The more congruent these elements are, the more you’ll avoid what psychologists call “cognitive dissonance” – the kind of inconsistency that would occur, for example, if the colors and font of your logo didn’t support a single overall message.

It’s easy to note the impact of color. One of the most famously successful examples of branding in the world is Coca-Cola. You won’t find its specific red on any standard Pantone color chart that designers and manufacturers use in creating the looks of their products and messaging. But since 1948, Coca-Cola red has been the globally known symbol of what’s still the No. 1 best-selling soft drink in the world.

Branding signals like logo colors for individual brands can even become communicators for entire categories. Have you noticed how widely shades of red and yellow are used across the fast food industry? McDonald’s, Burger King, Johnny Rockets, Wendy’s and Pizza Hut all use red and yellow. Some say red and yellow represent ketchup and mustard. Others point to those colors as being happy and celebratory. Makes for a pretty good mood to be in for lunch or dinner, wouldn’t you say?

None of these choices are haphazard. The color blue is perceived as a symbol of security and trust. Fully a third of the world’s top 100 brands use the blue in their logos. Think Volkswagen, IBM, Walmart and GE. All are brands with an active stake in consumer trust.

Other research has shown the importance of not just choosing your branding colors carefully, but sticking with them over time for the sake of brand recognition. Next, consider the ways the shape of a logo or an element within it can affect our perception of a brand. Some symbols are universal. The symbolic heart, for example, is documented as representing love and caring for centuries. The five-pointed star goes back even further. These are icons which retain branding relevance today, from hearts for Valentine’s Day merchandise to five-star reviews for movies and restaurants.

The point is, nothing, no element of a design, is too small to be carefully considered. And again, consistency matters. One global brand I admire in this regard is Heineken. No matter where in the world you see this brand and no matter how its design has evolved since 1864, you’ll always see a five-pointed star worked into the brand’s design. According to Heineken, brewers have used this symbol since the Middle Ages to symbolize the water, barley, hops and yeast used to make beer, along with a fifth element that represents “the magic of brewing.”

The bottom line is this: when it comes to branding your product or service, no choice should be arbitrary. Don’t jump into the water with immediate decisions on the color, shape and font of your logo, or the marketing tagline you might use to define your brand in a pithy, memorable way.

Instead, begin with the marketing pie chart I mentioned. What segment are you pursuing? Only after that crucial definition of your brand’s targeted market – and assuming you can deliver on what you promise – should you choose the expressions of branding (text, color, imagery, sounds, etc.) that support and reinforce the core identity you’ve decided to stand for.

John McDonnell - Forbes
++ Lire plus ++ -- Refermer --

7 avr. 2019 Yuka décrypte désormais les étiquettes suisses

Diététicien de poche. C’est avec ce concept que l’application mobile Yuka a débarqué le lundi 1er avril en Suisse. Le principe est gratuit, il suffit de scanner le code-barres d’un produit avec son téléphone pour obtenir immédiatement une note sur la qualité nutritionnelle, de 0 à 100, pondérée en fonction des vertus nutritionnelles et de la présence éventuelle d’additifs alimentaires.

En France, elle s’est déjà imposée sur le marché depuis 2017 avec 9,4 millions de téléchargements. Sont déjà référencés 450 000 produits alimentaires et 150 000 produits cosmétiques. Les créateurs tirent des revenus de cette application gratuite en vendant sur leur site des conseils payants prodigués par un nutritionniste, ainsi que grâce à la version payante de Yuka. Celle-ci propose des fonctions supplémentaires et est déjà disponible pour les utilisateurs Android en Suisse, et d’ici au mois de mai pour les utilisateurs iOS.

Mais est-il possible de faire ses courses avec Yuka en Suisse? C’est ce que nous avons voulu tester.

Lire aussi: Yuka, l’application qui analyse les produits alimentaires, arrive en Suisse

Au rayon beurre de la Coop, beaucoup de choix. Le beurre bio de Romandie obtient 47/100. Sans surprise, il est jugé trop calorique et… trop gras. Du beurre, trop gras? Surprise!

Un peu plus loin, le beurre Latta est quant à lui classé mauvais avec 12/100, une note médiocre qui s’explique par la présence de cinq additifs, dont un à “risque modéré”: le sorbate de potassium pur, irritant pour la peau, les yeux et les voies respiratoires. On n’hésite pas très longtemps entre les deux beurres…

Des produits suisses arrivent tout de même à se distinguer. Le yaourt de la marque Milco est peu sucré, peu salé, peu calorique, peu gras, sans additif. Et obtient de fait l’excellente note de 78/100.

On se prend vite au jeu de chercher les produits les plus sains pour remplir son panier. Mais attention aux erreurs possibles. Les galettes de maïs de la Coop obtiennent 45/100 et sont jugées médiocres en raison de la présence d’amarante. Mais Yuka se trompe visiblement en prenant l’amarante (une céréale américaine) contenue dans la galette pour l’amarante E123, un colorant alimentaire rouge certes autorisé en Suisse, mais banni depuis 1976 aux Etats-Unis car suspecté d’être cancérigène. Nous avons trouvé ces informations sur internet. C’est là l’un des défauts de Yuka, qui se contente de relever les additifs sans donner d’information supplémentaire, ni page internet ou lien explicatif.

Lorsqu’un produit suspect est scanné, l’application est censée proposer une alternative plus saine. Fonction encore balbutiante pour le marché suisse, ce qui devrait être corrigé d’ici un mois, nous a confirmé la communication de Yuka. Les recommandations de produits sont faites de façon objective, sans sponsoring des marques ou influence des fabricants, assure l’application.

Si vous êtes client régulier d’Aldi, mieux vaut ne pas trop compter sur l’application. Sur une soixantaine de codes-barres scannés, seuls vingt-cinq ont été reconnus, peut-être parce qu’il s’agit de marques allemandes ou italiennes. Au rayon chocolat, aucun résultat n’est disponible pour les marques premier prix. Pour Cailler, le verdict tombe: trop calorique, trop gras et trop sucré pour ce chocolat au lait. Les amandes croquantes n’y changeront rien. Même résultat pour la version au chocolat noir.

Autre difficulté pratique: la connexion au réseau mobile. Sans connexion, l’utilisation de l’application devient impossible avant l’achat. Il faut attendre d’être plus près des portes d’entrée pour pouvoir scanner. Et s’apercevoir que le baume acheté n’était finalement pas si bon que ça.

Yuka analyse aussi les flacons de votre salle de bains. Des shampoings antipelliculaires obtiennent une mauvaise note à cause d’un fort potentiel allergisant. Quant à la marque Nivea, ses déodorants sont épinglés car ils contiennent des perturbateurs endocriniens, alors que les crèmes de douche obtiennent un bon résultat. Deux dentifrices récoltent 42/100. Ils contiennent du laurylsulfate de sodium, un ingrédient qui peut provoquer des inflammations sur la peau en favorisant le passage de molécules nocives pour l’organisme. On les repose rapidement sur l’étalage.

Yuka change-t-elle le contenu des frigos et des placards? Difficile à dire. Code-barres après code-barres, les courses risquent de devenir fastidieuses et déprimantes. Et, surtout, encore plus chronophages. Mais à l’heure où les industriels font tout pour rendre les étiquettes incompréhensibles, Yuka permet de les décrypter rapidement, et donc de consommer plus sain.

Océane Lavoustet - Le Temps
++ Lire plus ++ -- Refermer --

6 avr. 2019 Tata Harper: "La cosmétique naturelle a désormais sa place dans le segment du luxe"

Des teints frais, comme après une balade dans la campagne anglaise au petit matin. C’est ce qui se dégageait des visages en backstage du défilé Stella McCartney, à l’Opéra Garnier de Paris, le 4 mars dernier. Une brume Floral Essence dans la main, l’Américaine Tata Harper vaporisait les mines repulpées des mannequins pour un dernier coup d’éclat avant les projecteurs. “Stella aime que le maquillage soit le plus naturel possible. La qualité de la peau joue donc un rôle”, lâchait la fondatrice de la marque du même nom basée dans le Vermont, chargée des soins de beauté pour le défilé automne-hiver 2019. Comme la designer de mode britannique, Tata Harper compte parmi les figures de proue d’une approche écoresponsable du luxe. Sa marque de cosmétiques, en vente entre autres au Melrose de Genève, à l’hôtel The Chedi à Andermatt et sur le site de Globus, a séduit en une décennie les adeptes de produits anti-âge efficaces, 100% naturels et non toxiques.

Née à Barranquilla en Colombie, dans une famille d’entrepreneurs, cette ingénieure en génie civil de formation a connu le boom de l’immobilier, notamment à Miami, avant de se retirer dans la campagne bucolique du Vermont, en quête de slow living avant l’heure. En 2007, le cancer du mari de sa mère la pousse à s’intéresser à tous les ingrédients controversés qu’elle consomme au quotidien. Elle réalise que même les produits les plus luxueux regorgent de produits chimiques synthétiques potentiellement toxiques. Faute de trouver des alternatives saines à ses soins anti-âge haut de gamme, elle décide d’en développer elle-même, avec l’aide de son mari, Henry Harper.

Lire aussi: Cosmétique: l’envol des produits de niche bio

Cinq ans seront nécessaires pour comprendre l’industrie cosmétique et chercher des botanistes et des chimistes qui partagent ses valeurs. Le domaine familial de 500 hectares devient un pilier du projet, avec la culture de certaines des plantes phares de la gamme - camomille, calendula, bourrache, arnica, reine-des-prés et luzerne, qu’elle intègre dans la majorité des produits qu’elle fabrique - et la création d’un laboratoire de production. En 2008, une première formule est finalisée: le sérum Elixir Vitae, composé de 38 ingrédients de haute performance conçus pour être la solution naturelle au Botox. La gamme compte aujourd’hui une cinquantaine de références. Autant de crèmes, sérums, masques qui ont en commun la richesse olfactive et bienfaitrice des dizaines d’actifs naturels qu’ils contiennent.

Comment évolue le rapport à la cosmétique aux Etats-Unis?

Si on exclut San Francisco ou New York, il reste très conventionnel, par rapport à ce qui se passe dans les pays scandinaves et en Australie. Les consommatrices commencent à s’éveiller au mouvement bien-être qui se diffuse autour du monde. Cela n’a pas encore eu de grandes répercussions, en particulier sur la législation liée aux ingrédients, qui reste nettement moins sévère qu’en Europe. Les marques dites propres émergent depuis deux ans. Pour certaines, c’est sans souffrance animale, pour d’autres sans paraben. Les concepts marketing portent souvent à confusion. Une marque végane peut laisser penser qu’elle est issue du potager, alors que cela signifie qu’elle ne contient pas de dérivés animaux, mais peut-être des ingrédients synthétiques controversés.

Vous êtes en pleine expansion européenne. Quels sont les territoires où votre marque a le plus d’écho?

En France, où les labels comme Ecocert rassurent des consommatrices qui cherchent le bio, le naturel, et ont perdu la confiance envers certaines grandes marques. Les Françaises sont très éduquées et exigeantes par rapport aux Américaines, qui cherchent juste des concepts rassurants sans approfondir. C’est sidérant de voir le nombre d’ingrédients synthétiques encore utilisés en cosmétique qui le sont aussi dans les voitures, comme les huiles minérales dérivées du pétrole ou les PEG (polyéthylène glycol), ces agents émulsifiants ou tensioactifs, parmi les plus polluants de la cosmétique pour l’environnement.

Quelles ont été les plus grandes difficultés pour se démarquer des marques conventionnelles?

Les laboratoires, les dermatologues et les prescripteurs que j’ai sollicités il y a dix ans ont tous tenté de me décourager. Ils étaient convaincus que les alternatives naturelles en matière d’additifs ne fonctionneraient pas et que in fine personne n’achèterait une marque naturelle haut de gamme.

Lire également: Asphyxiée, la peau se soigne entre minuit et 3h du matin

D’où le choix d’assumer toute la chaîne de fabrication vous-même?

Oui. A la même période où mon mari et moi avons eu nos deux premiers enfants, nous avons énormément investigué sur les dernières avancées de la chimie verte dans le monde. Au niveau des conservateurs, nous avons eu recours à des technologies allemandes très en avance pour remplacer les parabens et autres perturbateurs endocriniens. Pour remplacer les agents d’émulsion, nous avons essayé des cires d’arbres ou d’olives. Cela a été très long, mais payant. Seul bémol: nos produits se conservent moins longtemps: dix-huit mois, alors que la cosmétique conventionnelle peut les tirer jusqu’à cinq ans.

Votre approche maximaliste a aussi d’emblée positionné votre marque différemment.

D’une part, je ne voulais pas créer des crèmes bios baba cool, car je n’ai jamais été cliente de ces types de produits. Je cherchais à obtenir autant d’efficacité anti-âge que les marques conventionnelles haut de gamme que j’utilisais avant. D’autre part, j’étais d’emblée convaincue par l’idée de formules hyper-riches. La cosmétique a tendance à se concentrer sur un seul ou sur quelques ingrédients “héros”, un moyen simpliste de raconter une histoire et de vendre un produit. Pour nous, la complexité est synonyme d’efficacité. Je crois qu’un soin doit être multitâche. Ainsi, dans chaque bouteille, nous concentrons plus de 40 ingrédients de haute performance qui ont chacun leurs spécificités.

La distribution à grande échelle est-elle une contrainte pour une marque 100% naturelle et non toxique?

Non, à partir du moment où nos formules sont mises au point, il suffit de gérer l’approvisionnement en actifs et matières premières au gré des commandes. Assumer en interne la totalité des étapes, des formulations à la mise en pot, du sourcing au packaging, permet de maîtriser la qualité autant que les flux logistiques. Nous avons agrandi notre siège de production trois fois ces dix dernières années et employons 170 personnes dans le Vermont. Les seules difficultés résident dans le fait de trouver de bons partenaires et des points de vente qui collent à notre philosophie dans le monde. Nous en comptons 565 actuellement, auxquels s’ajoutent 80 spas d’hôtels.

Quelles sont les pistes d’amélioration que vous aimeriez suivre?

Notre politique en matière de développement durable. A commencer par l’emballage. Le verre de nos contenants est recyclable, mais ce n’est pas le cas des pompes et des couvercles en plastique. Nous planchons sur l’idée de pouvoir recharger les bouteilles et les pots directement sur les points de vente. Je rêve aussi d’emballages en carton, à base de fibres de champignons ou de racines, qui soient compostables. Même si le marché du luxe n’est pas encore familier avec ce genre de gestes écologiques, j’espère montrer l’exemple.

En près de dix ans, vos formulations ont-elles évolué en phase avec les progrès de la science?

Autant que possible. Cet automne, on présentera par exemple la nouvelle génération de notre collection des SuperNatural, la plus concentrée et la plus chère de la gamme. On a fait un grand lifting des formulations qui dataient de 2010, avec une toute nouvelle technologie. On finalise aussi une déclinaison de nos produits exempts d’allergènes reconnus, type huiles essentielles, gluten, miel ou rétinol, dont le lancement est prévu fin 2020. Par contre, je n’ai toujours pas trouvé de solution satisfaisante pour une crème solaire. Cela fait quatre ans que je cherche un filtre minéral qui évite l’effet masque blanc sur le visage. La science de la chimie naturelle est parfois plus compliquée que la synthétique.

A lire aussi Tata Harper, la plus glamour des cosmétiques naturels débarque à Genève

Quelles sont les technologies les plus prometteuses?

Un neurotransmetteur présent dans plusieurs plantes, notamment une lavande d’Espagne, a la faculté incroyable d’imiter l’effet du Botox. Il ne paralyse pas, mais bloque les nerfs dans leur neurotransmission pendant vingt-quatre heures. Les résultats cliniques basés sur un usage quotidien confirment une réduction de la profondeur des rides. C’est révolutionnaire. Un cadeau de la nature. On suit aussi de près une technologie allemande basée sur une sorte d’amidon qui agit sur les cellules graisseuses de l’hypoderme en les redensifiant, ce qui favorise le volume et redessine l’ovale du visage. Travailler avec les meilleurs laboratoires du monde, être parmi les premiers à utiliser ces nouvelles technologies et multiplier les actifs aux effets avérés, cela justifie le prix élevé de notre marque. On ne prend pas de raccourci au niveau de l’efficacité.

Au-delà de l’efficacité des soins, vous cultivez une approche globale de la beauté…

J’ai dans mes gènes la rigueur des femmes latinos culturellement très portées sur le fait de prendre soin de leur féminité, dans toutes les couches sociales. Je crois que pour être belle il faut être disciplinée: bien dormir, bien manger, faire du sport, gérer le stress avec la méditation. Je pense que le plus important tient à une qualité de présence, ici et maintenant, surtout quand on gère une entreprise sans cesse projetée dans le futur. Je vis avec mes trois enfants de 6, 9 et 10 ans dans le Connecticut. Je passe deux semaines précieuses par mois avec eux, le reste du temps est partagé entre le siège de production dans le Vermont et la promotion autour du monde.

Emilie Veillon - Le Temps
++ Lire plus ++ -- Refermer --

Flux RSS

Les actualités en bref sont aussi disponibles via un flux RSS, à utiliser avec votre lecteur de flux préféré

Lien vers le flux RSS public :
cosmeticobs.com/fr/feeds/briefs/rss.xml


Archives