mardi 11 mai 2021Actualités

Précarité hygiénique : Dons Solidaires tire la sonnette d'alarme

Précarité hygiénique : Dons Solidaires tire la sonnette d'alarme

Pour la deuxième année consécutive, l’association Dons Solidaires a commandé à l’IFOP une étude sur la précarité hygiénique ressentie par les Français. Une partie de la population, faute de moyens, est obligée de se passer de certains de produits cosmétiques essentiels à l’hygiène primaire. Conséquences ? Un impact sur l’estime de soi et des difficultés à l’insertion sociale.

Temps de lecture
~ 2 minutes

Ce baromètre a été réalisé sur deux panels. Un échantillon grand public de 1807 répondants, représentatif de la population française, interrogé du 16 au 20 novembre 2020. Un échantillon de 760 personnes bénéficiaires d’associations du réseau Dons Solidaires. Les interviews ont eu lieu du 5 janvier au 12 février 2021.

L’image corporelle est déterminante dans le jugement que l’on porte sur les autres.
Sur ce point, l’ensemble du panel s’accorde à dire que les trois critères qui peuvent donner une impression négative sont :
• une mauvaise odeur (69 %),
• des vêtements sales et usagés (40 %),
• des ongles négligés (33 %).La gêne liée à l’apparence physique conduit près d’un Français sur cinq à renoncer à sortir ou éviter des personnes de sa connaissance.

Manque d’argent, manque de soin

Le panel interrogé a indiqué que, par manque de finances, il lui était souvent arrivé de renoncer à l’achat de :
• maquillage (28 %),
• soins hydratants (19 %),
• capillaires (16 %),
• produits d’épilation (13 %),
• déodorant (10 %),
• dentifrice (6 %),
• gel douche ou savon (6 %).

En ce qui concerne les lieux d’achats, le grand public va majoritairement en grandes surfaces …

Ce contenu n'est disponible que pour les abonnésPREMIUM, PRO, STARTUP et TPE

Vous êtes déjà abonné(e) ?Identifiez-vous

Découvrir nos abonnements

ActualitésAutres articles

9résultats