mercredi 6 juillet 2011ANSM

Du bon usage des produits solaires par l'Afssaps

© Dave Broberg/Thinkstock ? L?Observatoire des Cosmétiques

On entend ça et là le bruit de quelques polémiques à propos de l’efficacité réelle des produits de protection solaire, de la pertinence des indices SPF affichés sur les étiquettes, de la toxicité potentielle des filtres et écrans mis en œuvre dans leurs formules… Reste que choisir le meilleur produit ne suffit pas, encore faut-il l’utiliser correctement pour qu’il puisse remplir son office de façon satisfaisante. C’est ce que rappelle l’Afssaps dans des “Recommandations” rendues publiques en ce début juillet. Rien de bien nouveau, mais des conseils qu’il n’est pas inutile de rappeler.

Temps de lecture
~ 6 minutes

D’emblée, le texte que vient de publier l’Afssaps situe l’enjeu : “Le rayonnement du soleil peut représenter un danger pour la santé en cas d’expositions intenses, prolongées, fréquentes, ou trop précoces dans la vie. En effet, à plus ou moins long terme, le rayonnement du soleil est responsable de nombreux effets nocifs, notamment aux niveaux cutané (vieillissement prématuré de la peau, cancers cutanés, photosensibilisations…) et oculaire (cataracte, dégénérescences de la rétine…). La recherche semble également indiquer qu’une exposition excessive aux rayonnements UVB et UVA agit sur le système immunitaire de l’organisme. Il est donc primordial de modifier le comportement des utilisateurs vis-à-vis de l’exposition solaire et de les responsabiliser afin d’avoir un réel impact à long terme sur la santé publique”.

On ne saurait qu’être d’accord, et L’Observatoire des Cosmétiques avait déjà publié en juin 2009 un article qui indiquait les bons réflexes à observer pour se protéger des méfaits du soleil.
L’Afssaps reprend cette année la totalité des conseils à suivre en cas d’exposition, et de manière très exhaustive.

Double protection

Rappelant les différents types de rayonnement solaire (UVA, UVB, UVC), l’agence fait d’abord le point sur leur nocivité respective :

Les UVC sont entièrement arrêtés par la couche d’ozone stratosphérique et de ce fait, ils n’atteignent pas la peau.
Les UVB (absorbés essentiellement par l’épiderme) et les UVA (pénétrant plus profondément dans le derme) sont capables d’induire des dommages dans les cellules de la peau (en particulier au niveau de l’ADN, première étape des cancers cutanés) et des modifications du système immunitaire, directement ou par production de radicaux libres.
Ainsi, une protection efficace nécessite une protection contre les UVB et contre les UVA.
Un “bon” produit de protection solaire doit donc afficher un SPF (Sun Protection Factor : la protection anti-UVB) d’un minimum de 6, et le logo UVA qui assure une protection minimale anti-UVA (dans un coefficient d’au moins au 1/3 du SPF).

Niveau de protection

Quatre niveaux de protection sont définis par la réglementation :
• Faible protection : SPF de 6 à 10
• Protection moyenne : SPF de 15 à 25
• Haute protection : SPF de 30 à 50
• Très haute protection : SPF de 50+

L’Afssaps rappelle au passage qu’aucun produit de protection solaire ne permettant actuellement de garantir une protection intégrale contre l’ensemble des UV, certaines mentions telles que “écran total” ou “ce produit assure une protection à 100 %”, ne devraient pas figurer sur l’emballage des produits de protection solaire.

Un produit adapté

Plusieurs critères doivent être pris en compte pour choisir le produit apportant la protection idéale :
Le phototype : plus la peau est claire, plus il est nécessaire de se protéger du soleil. Ainsi, les “sujets extrêmement sensibles au soleil” doivent opter pour des protections de SPF minimum 30, alors que les “sujets à peau assez résistante " peuvent se contenter d’un 6…
Les conditions d’exposition , variables selon la durée de l’exposition et la puissance du soleil.Plus l’ensoleillement est intense, plus il est recommandé de se protéger du soleil.
L’aspect pratique , ou”à chaque zone son produit" : les crèmes pour le visage ; les sticks pour les lèvres, le nez et le contour des yeux ; les laits, les sprays et les gels pour le corps.

Un mode d’emploi rigoureux

Un produit de protection solaire doit être utilisé suivant des modalités très précises, qui garantissent son efficacité :
• Appliquer le produit avant l’exposition, de manière uniforme sur toutes les surfaces du corps découvertes.
• Renouveler les applications et particulièrement en cas d’exposition prolongée et/ou après s’être baigné, essuyé ou après avoir transpiré.
• Appliquer le produit en quantité suffisante : au moins 2 mg/cm2 de peau pour obtenir le niveau de protection indiqué, soit environ 36 g (approximativement 6 cuillères à café) pour un adulte de corpulence moyenne. En effet, une quantité appliquée insuffisante diminue nettement le niveau de protection vis-à-vis de l’exposition solaire.
• Se souvenir que l’utilisation d’un produit de protection solaire n’assure pas une protection à 100 %. Il est donc indispensable d’adopter certains réflexes, comme se mettre à l’abri du soleil le plus possible, éviter les expositions entre 12h et 16h, porter des vêtements et des accessoires protecteurs… et bien sûr, surprotéger les enfants et ne jamais les exposer directement au soleil avant 36 mois.

Une durée de vie limitée

Plus encore que tout autre produit cosmétique, un solaire a une durée de vie limitée. Avec le temps, en effet, les filtres ont tendance à se dégrader, offrant une protection moins efficace. L’Afssaps préconise ainsi :
• de respecter la date de durabilité minimale (date de péremption) ;
• de respecter la période après ouverture ;
• de ne pas utiliser un produit de protection solaire qui a changé d’aspect et/ou d’odeur après une certaine période d’utilisation ;
• de bien refermer un produit de protection solaire après son utilisation ;
• d’éviter au produit les écarts de température, les sources de chaleur et l’exposition directe au rayonnement du soleil.

Idées fausses

Enfin, l’Agence met en garde contre deux idées fausses :
• Le bronzage ne remplace pas les produits de protection solaire : il n’offre qu’une protection limitée contre le coup de soleil, équivalente à celle d’un produit de protection solaire de SPF 6, et ne protège pas des effets nocifs des UVA.
• Les “produits de protection solaire” ne doivent pas être confondus avec les différents types de produits dits “solaires” : les produits auto-bronzants ou les accélérateurs de bronzage (Monoï, graisse à traire…) n’assurent en aucun cas une protection contre les UVA et UVB et ne doivent pas être utilisés en tant que tels.

© 2011- 2020  CosmeticOBS

Eléments associés(1)

ANSMAutres articles

97résultats