CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
4 juin 2018ANSM

Pas de phénoxyéthanol sur le siège des bébés : l'ANSM confirme sa recommandation pro Ajouter à mon portfolio
fonctionnalité réservé aux abonnés pro
voir nos formules d'abonnement

Logo ANSM, Change de bébé, symbole phénoxyéthanol

En 2012, l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) recommandait que le phénoxyéthanol ne soit pas utilisé dans les produits cosmétiques destinés au siège des bébés. Recommandation qui n’avait pas été validée au niveau européen. Mais l’Agence française vient de publier les résultats des travaux d’un Comité scientifique spécialisé temporaire (CSST) chargé de la réévaluation de ce conservateur… et confirme sa position.

Temps de lecture : ~ 6 minutes

Cet article n'est disponible que pour les abonnés PRO

En 2008, le Comité pour le développement durable en santé (C2DS) avait invité l’Afssaps (devenue depuis l’ANSM), à évaluer la sécurité du phénoxyéthanol dans le cadre de la problématique des “substances toxiques” contenues dans les produits cosmétiques destinés aux bébés. Cette évaluation avait abouti à la publication, en mai 2012, d’un rapport intitulé “Évaluation du risque lié à l’utilisation du phénoxyéthanol dans les produits cosmétiques”, dans lequel les recommandations suivantes étaient formulées :
“L’ANSM recommande pour les enfants de moins de 3 ans :
• une non utilisation du phénoxyéthanol dans les produits cosmétiques destinés au siège et
• une restriction du phénoxyéthanol à la concentration de 0,4 % dans tous les autres types de produits (au lieu de 1 %, actuellement)”
.

L’ANSM avait alors transmis ce rapport à la Commission européenne, et le CSSC (Comité Scientifique pour la sécurité du Consommateur) a réévalué la sécurité de la substance. Verdict en 2016 : les experts européens concluent à la sécurité du phénoxyéthanol dans les produits cosmétiques à la concentration maximale de 1 %, quel que soit le groupe d’âge auxquels les produits sont destinés.

Le 17 octobre 2016, la FEBEA (Fédération des entreprises de la beauté) a demandé à l’ANSM le retrait de son site Internet des recommandations 2012, au motif ...