CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
24 septembre 2010Apprendre à lire les étiquettes

Aérosols : des cosmétiques pas comme les autres Ajouter à mon portfolio
fonctionnalité réservé aux abonnés pro
voir nos formules d'abonnement

On utilise souvent son déodorant ou sa mousse à raser comme tous ses autres cosmétiques, on les emmène en voyage (y compris dans les coffres parfois surchauffés des voitures en été), on les range comme (et où) on peut, on les jette une fois terminés, sans plus de précautions que pour tous ses autres produits. Attention, tout de même ! Ce ne sont pas forcément des cosmétiques tout à fait comme les autres, au moins dès qu'ils sont proposés en aérosol…

Temps de lecture : ~ 4 minutes

Non, les aérosols ne sont pas aussi anodins que leur utilisation quotidienne et banalisée peut le laisser supposer. Pour preuve, ils font l'objet d'une réglementation précise (qu'ils soient cosmétiques ou non) et l'Europe a consacré, rien qu'à eux seuls, une Directive entière en date du 20 mai 1975, plusieurs fois revue et précisée depuis.

Selon ce texte, on entend par "générateur aérosol" l'ensemble constitué par un récipient non réutilisable en métal, en verre ou en plastique contenant un gaz comprimé, liquéfié ou dissous sous pression, avec ou sans liquide, pâte ou poudre et pourvu d'un dispositif de prélèvement permettant la sortie du contenu sous forme de particules solides ou liquides en suspension dans un gaz, ou sous forme de mousse, de pâte ou de poudre, ou à l'état liquide.

Précautions d'emploi

Et si cette Directive consacre une vingtaine de page à définir les caractéristiques techniques et les données requises pour pouvoir commercialiser des aérosols (le symbole "3" qui figure sur les bombes signifie que le produit est conforme à ces exigences), c'est que ces petites bombes contiennent rien moins que des composants extrêmement inflammables voire explosifs.

Et c'est bien le cas des butane, isobutane ou propane…, gaz propulseurs très largement utilisés dans nos cosmétiques.

En corollaire, la Directive impose des règles d'étiquetage spécifiques, qui sonnent comme autant de messages d'avertissement et de précautions à prendre pour les consommateurs. Ils figurent obligatoirement sur tous les déodorants, laques, mousses et gels à raser ou autres sprays libérant hydratants ou paillettes pour le corps et les cheveux, et même s'ils sont généralement présents en tout petits caractères, ils valent vraiment d'être lus attentivement !

Et que nous disent ces messages ?
• Récipient sous pression.
• À protéger contre les rayons solaires et à ne pas exposer à une température supérieure à 50 °C.
• Ne pas percer ou brûler même après usage.

Et quand l'aérosol contient des gaz propulseurs inflammables (ce qui constitue la majorité des cas) :
• Inflammable ou Extrêmement inflammable (accompagné du symbole en forme de flamme).
• Ne pas vaporiser vers une flamme ou un corps incandescent.
• Conserver à l'écart de toute flamme ou source d'étincelles - Ne pas fumer.
• Conserver hors de la portée des enfants.

Selon les cas, on trouve encore d'autres mentions :
• Utiliser et conserver à l’écart de toute flamme ou source d’ignition et d’étincelles, source de chaleur, appareil électrique en fonctionnement.
• Ne pas utiliser pour un usage autre que celui pour lequel le produit est destiné.
• Éviter le contact avec les yeux.
• Ne pas inhaler.
• Utiliser seulement dans les zones bien ventilées.
• Procéder par de brèves pressions sans pulvérisation prolongée.

De toute évidence, et même si la technique des aérosols est bien maîtrisée et encadrée de façon à garantir un maximum de sécurité, on a tout intérêt à respecter à la lettre ces "quelques" recommandations !

Tous les articles (23)