CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
9 août 2010Apprendre à lire les étiquettes

Connaissez-vous (vraiment) les cosmétiques bio ? Ajouter à mon portfolio
fonctionnalité réservé aux abonnés pro
voir nos formules d'abonnement

© L'Observatoire des Cosmétiques

Vous avez sûrement l'impression de savoir l'essentiel sur la question, et pourtant… Si on vous interroge précisément sur ce qu’est la cosmétique certifiée biologique, vous pourriez avoir quelques surprises. Même si vous lui faites confiance, même si vous l’utilisez régulièrement. D’où cette petite mise au point en forme de Vrai/Faux sur les cosmétiques bio.

Temps de lecture : ~ 8 minutes

Début décembre, l’institut d’études et d’analyses d’opinion Cegma Topo publiait les résultats de son enquête "Le bio en cosmétique" . 563 femmes de 18 à 64 ans ont été interrogées sur leur connaissance de ces produits… et les résultats ont de quoi surprendre.
Ainsi, si pour 37,4 % des consommatrices, les cosmétiques bio sont des "produits naturels", ils se résument pour 11,6 % à des produits "sans paraben"… ce qui est pour le moins un peu réducteur.
Nombre d’utilisatrices ne font pas la distinction entre un "vrai label" et le logo d’un distributeur, 36,4 % choisissent le bio pour "l’absence de produits chimiques"… même si ceux-ci ne sont pas toujours absents de leurs pots de crème. Beaucoup pensent encore que les cosmétiques bio sont plus chers ou moins efficaces…
Bref, cette étude a mis en lumière une bien mauvaise connaissance du bio, partielle voire inexacte sur de nombreux points, faite de beaucoup d’a priori et d’idées reçues. Et vous, connaissez-vous, vraiment, les cosmétiques bio ?

Le bio ne contient pas de produits chimiques : FAUX !

Si les principaux labels garantissent une composition basée sur des ingrédients naturels ou d’origine naturelle, ils n’excluent pas totalement le recours aux substances issues de la synthèse. Ainsi, la charte Cosmébio en autorise jusqu’à 5 % du total de la formule. Il s’agit essentiellement de conservateurs, indispensables pour garantir la sécurité microbiologique du produit, qu’il n’est pas toujours possible d’obtenir grâce aux seuls recours naturels. Mais il faut noter que les labels bio n’admettent qu’un recours limité à ces substances, énumérées sur des listes limitatives et choisies parmi les moins suspectes de toxicité pour l’environnement ou la santé.

Le bio ne contient pas de paraben : VRAI !

Les parabens font effectivement partie des ingrédients exclus par les chartes bio, qu’ils soient utilisés pour conserver le produit ou ses ingrédients.
Mais ce ne sont pas, loin de là, les seuls composés bannis des cosmétiques bio, qui s’interdisent aussi nombre d’autres conservateurs, substances issues de la pétrochimie ou ingrédients synthétiques. La mention "Sans paraben" sur les étiquettes a surtout une visée marketing, et c’est ainsi qu’on la retrouve de plus en plus, y compris sur des cosmétiques "conventionnels". Attention : "sans paraben" ne veut pas forcément dire "bio" !

Le bio ne contient pas de parfum : FAUX !

Ce qui est interdit en bio, ce sont les parfums d’origine synthétique, ainsi que les phtalates et autres solvants qui leur sont souvent associés. Mais un composé aromatique à base d’huiles essentielles ou d’extraits végétaux peut sans problème parfumer un cosmétique bio.

Le bio est plus respectueux de l’environnement : VRAI !

C’est la base des garanties des labels bio. Dans le choix des ingrédients, dans la composition comme dans les process de fabrication, les cosmétiques bio doivent assurer un impact minimum sur l’environnement. Ce qui se traduit par l’utilisation de matières premières renouvelables, le recours à la chimie douce moins polluante ou par moins d’emballages et le plus souvent recyclables.

Le bio contient 95 % d’ingrédients bio : FAUX !

Ce n’est pas parce ce que les labels bio autorisent 5 % de synthétique que tout le reste est biologique. Les 95 % restant peuvent être composés d’ingrédients bio ou d’ingrédients d’origine naturelle. Mais l’ eau , qui peut représenter plus de la moitié d’un produit cosmétique (et jusqu’à 80 % dans un shampooing ou un gel douche), ne peut jamais être qualifiée de biologique. De même que les ingrédients d’origine minérale (silice, pigments colorants comme les oxydes de fer…). Au total, si 95 % des ingrédients végétaux doivent effectivement être issus de l’agriculture biologique, seul 10 % de la formule est garanti bio.
À noter toutefois que certains produits vont au-delà de ce pourcentage minimum, et que le label Cosmos (qui remplacera à terme les principaux labels bio européens) le porte à 20 % de la formule.

Le bio n’est pas testé sur les animaux : VRAI, MAIS… !

Même si la mention garantissant l’absence de tests sur animaux est plus souvent présente sur les étiquettes des cosmétiques bio, il faut souligner que ces tests sont interdits pour tous les produits cosmétiques, quels qu’ils soient. C’est la Directive européenne qui régit tous les cosmétiques sans exception, bio ou non, qui prévoit cette interdiction. Elle s’applique déjà aux produits finis, et, à terme, dès que toutes les méthodes alternatives auront été validées, sera étendue à l’ensemble des ingrédients.

Le bio est moins efficace : FAUX, MAIS… !

C’est une idée reçue et elle a la vie dure. On a davantage tendance à croire à l’efficacité d’un produit mis au point par une grande marque, élaboré "après des années de recherches", "prouvée par le dépôt d’un brevet", etc…
Mais l’efficacité ne vient pas toujours d’un ingrédient particulier (qui, notons-le au passage, sera aussi performant qu’il soit d’origine biologique ou non). La synergie de la formule, la qualité des matières premières, la richesse en éléments nutritifs pour une crème hydratante ou l’affinité d’un produit avec la peau ont également toute leur importance.
Et on voit des produits bio bien plus performants que d’autres non bio ! On en voit aussi, il faut le souligner, qui ne le sont pas ou peu. En l’occurrence, ce n’est pas le label qui fait l’efficacité, mais bien la seule composition du produit.

Le bio est plus respectueux de la santé : PAS FORCÉMENT !

C’est un autre a priori, largement entretenu par les services marketing de la cosmétique bio. Si un produit est "sans…" toute une série de composés réputés nocifs pour la santé et l’affiche largement, on comprend implicitement qu’il ne peut pas être source d’effets indésirables à plus ou moins long terme.
Attention toutefois : tout ce qui est "naturel" n’est pas toujours sans danger (on ne va pas vous refaire le "coup" de l’amanite phalloïde, mais c’est l’idée…). Ainsi, un cosmétique bio ne met pas forcément à l’abri des risques d’allergies (notamment du fait du recours plus important aux huiles essentielles) ou d’irritations…

Le bio est plus cher : PAS FORCÉMENT !

À service égal, à qualité identique et à efficacité comparable, on trouve sur le marché des produits bio qui sont plus chers que les cosmétiques conventionnels (l’inverse est vrai aussi), et d’autres tout à fait compétitifs.
Au consommateur de ne pas se tromper… en se souvenant aussi qu’une crème à base d’huile d’argan et de beurre de karité (ingrédients qualitatifs et intéressants pour la peau), vendue en magasin bio (circuit de distribution ciblé), a un prix de revient bien plus élevé pour son fabricant qu’une autre à base d’huiles dérivées du pétrole (fort bon marché, mais bien moins recommandables), disponible en grande surface (circuit pouvant jouer sur les marges et le nombre de produits vendus) !


Tous les articles (23)