dimanche 11 octobre 2009Autour des bébés

Lavons-nous trop nos bébés ?

© Thinkstock

Il est d'usage de laver un bébé dès les premiers instants de sa vie à la maternité. Et de répéter ce geste au moins quotidiennement ensuite. Et si ces réflexes d'hygiène et de propreté étaient parfois trop poussés ? Cette question, qui peut sembler aller à l'encontre de tout ce qui est généralement admis, a été posée néanmoins avec quelques arguments lors de la IXe Journée d'Échanges Scientifiques et Techniques organisée par Cosmed (l'association de la filière cosmétique), ce 9 octobre à Montpellier.

Temps de lecture
~ 3 minutes

Cosmed, l'Association professionnelle des Petites et Moyennes Entreprises de la filière cosmétique, organisait donc cette journée d'échanges sur le thème de la Cosmétologie du nourrisson et du jeune enfant.

Dès l'ouverture de débats, deux dermatologues, les Dr Lise Agopian et Mélissa Mignard-Guillaume, mettaient l'accent sur les particularités des peaux de bébés et leurs implications sur les soins cosmétiques qui leur sont les mieux adaptés.
Et toutes deux ont décrit et souligné l'importance du vernix caseosa dans la protection de l'épiderme du nouveau-né, tout comme la nécessité de le respecter… ce que des lavages trop hâtifs ou trop agressifs ne font pas, loin de là !

Le vernix caseosa, premier protecteur de la peau

Le vernix caseosa, a d'abord expliqué le Dr Agopian, est cet enduit gras qui couvre la peau du bébé à sa naissance. Constitué de sébum très adhérent et de débris kératiniques, il protège l'épiderme durant la vie aquatique in utéro. D'épaisseur variable à la naissance, suivant le degré de maturité de l'enfant, il est conçu pour desquamer naturellement en quelques heures ou quelques jours et disparaître dès qu'il n'est plus utile.

Une étude menée auprès de 430 nouveaux nés et présentée par le Dr Mignard-Guillaume a montré son activité hydratante et antioxydante. Il permet également de maintenir le manteau acide de l'épiderme et donc sa fonction barrière, notamment face aux agressions extérieures et aux infections.

À tel point qu'on cherche à l'imiter en cosmétique, de façon à créer des produits qui pourraient avoir les mêmes propriétés, et ainsi protéger les peaux de certains nourrissons et notamment celles des prématurés !

Le vernix caseosa, une protection à respecter

vernix_01 On voit bien tout l'intérêt de laisser le vernix caseosa en place chez les nouveaux nés. Or que faisons-nous ? Le plus souvent, au contraire, on cherche à l'éliminer complètement dès que possible ! En enlevant le bébé dès sa naissance pour le laver, avant de le rendre tout frais et tout rose, à sa maman.
C'est qu'il n'est pas très joli à regarder, cet enduit gras et grisâtre, qui couvre en plaques irrégulières la peau du bébé ! Tout à fait contraire à l'image qu'on se fait d'un "beau" bébé…

Son respect pourtant, comme l'a souligné le Dr Agopian, favorise la mise en place du film hydrolipidique de la peau et de sa flore. Il protège, a insisté le Dr Mignard-Guillaume, l'épiderme fragile à tendance sèche du bébé, même né à terme et à la peau saine.

"Nous lavons trop nos enfants !", ont conclu les deux dermatologues. Et de préconiser, à la naissance, de simples rinçages à l'eau, pour l'hygiène quotidienne ensuite, des lavages sans excès, pratiqués sans savon mais avec des pains dermatologiques, des gels lavants composés de tensioactifs doux ou des huiles de bain qui respectent mieux l'hydratation, et toujours en rinçant bien.

Des conseils simples, et qui finalement, relèvent du simple bon sens !

© L'Observatoire des Cosmétiques
© 2009- 2021  CosmeticOBS

Autour des bébésAutres articles

15résultats