CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
25 janvier 2016Autour des bébés

Quels cosmétiques pendant la grossesse ? Ajouter à mon portfolio
fonctionnalité réservé aux abonnés pro
voir nos formules d'abonnement

123rf.com

La grossesse est un temps de bouleversements, dans le corps de la future maman comme dans les habitudes de sa vie quotidienne. Et cela concerne aussi le rituel cosmétique. Car cette période implique de prendre quelques précautions dans le choix de ses produits, comme de tenir compte des besoins, un peu différents, de la peau.

Temps de lecture : ~ 7 minutes

Si la définition officielle d'un cosmétique désigne un produit destiné à être mis en contact avec les parties superficielles du corps humain, il n'en reste pas moins que certaines substances qu'il contient n'en restent pas là, et peuvent traverser la barrière cutanée pour pénétrer à l'intérieur de l'organisme.
Et certaines de celles qui sont couramment utilisées en cosmétique, arrivant jusqu'au réseau sanguin de la future maman, peuvent avoir une incidence négative sur le fœtus et sur sa santé.
On peut ainsi dresser une liste des ingrédients à éviter durant la grossesse, ne serait-ce que par précaution, sans pour autant négliger de satisfaire les besoins particuliers liés à cette période, grâce aux cosmétiques.

Les ingrédients à éviter

Sur la liste rouge des substances cosmétiques pendant la grossesse :

• Les perturbateurs endocriniens
Ils ont la faculté d'affecter le système hormonal. Certains imitent l'action d'une hormone ou bloquent son récepteur. D'autres entravent l'acheminement des hormones, leur production ou leur dégradation dans l'organisme. On sait que leur effet est particulièrement nuisible lors de la période embryonnaire et pendant la petite enfance : durant cette phase, le développement et la fonction à venir des organes peuvent être perturbés, avec notamment pour conséquence de graves malformations et/ou des dysfonctionnements de l'appareil sexuel. Ils seraient également responsables de la baisse importante de la fertilité observée dans de plus en plus de pays occidentaux actuellement.
> Parmi les perturbateurs endocriniens : des conservateurs, filtres solaires, parfums… Voir la liste des perturbateurs endocriniens dans cet article.

• Certaines huiles essentielles
On a beau les utiliser depuis l'Antiquité à des fins thérapeutiques tout autant que cosmétiques, la présence d'huiles essentielles dans les produits d'hygiène et de soin quotidiens est loin d'être toujours anodine, et particulièrement pendant la grossesse. Le plus souvent allergisantes et fréquemment très actives, elles peuvent être associées à des effets indésirables parfois graves (certaines d'entre elles sont ainsi neurotoxiques ou abortives…). Paradoxalement, d'autres peuvent être conseillées, mais alors par des aromathérapeutes expérimentés, pour traiter les petits maux de la grossesse. Dans le doute, et à moins d'un avis médical, la prudence doit rester de mise.
> Voir les principales huiles essentielles utilisées en cosmétique et leurs propriétés dans ce dossier

• Les ingrédients suspectés de toxicité
Ils font l'objet de doutes ou de certitudes sur leur potentiel nocif pour la santé, et ne sont souvent utilisés en cosmétique qu'assortis de conditions qui permettent d'assurer leur innocuité… pour les consommateurs adultes. Mais s'ils sont utilisés par une femme enceinte, ils sont susceptibles d'arriver jusqu'au fœtus et dans ce cas, plus aucune garantie de sécurité n'est assurée.
Citons parmi les principaux :
> Les BHA et BHT, au potentiel cancérogène : voir cet article
> Les conservateurs libérateurs de formaldéhyde, cancérogène par inhalation (DMDM Hydantoin, Diazolidinyl urea, Sodium hydroxymethylglycinate…) : voir cet article
> Les sels d'aluminium et la pierre d'alun, suspectés de provoquer des effets neurotoxiques, des atteintes osseuses ou des anémies : voir ce dossier
> L'alcool, celui utilisé en cosmétique étant le même que celui qu'on boit : voir cet article

Cette liste semble bien longue ? Pas de panique. La cosmétique est riche aussi de soins bien adaptés aux besoins de la grossesse et qui peuvent être utilisés sans aucun risque.

Les besoins à satisfaire

Pendant neuf mois, le corps s'adapte pour accueillir et héberger une nouvelle vie : déluge d'hormones et transformations corporelles ont des conséquences majeures sur la peau, dont les cosmétiques peuvent contribuer à minimiser les effets les moins avantageux.

• Éviter le masque de grossesse
Hormones et expositions solaires ne font pas bon ménage : à partir du 4e mois de grossesse, leur association peut se traduire par une hyperpigmentation et l'apparition de taches sur le visage, particulièrement sur le front, les tempes et les joues.
Une bonne protection est essentielle pour éviter l'apparition de ce "masque de grossesse",  par exemple grâce à une crème solaire de SPF élevé, à base d'écrans minéraux (et non de filtres synthétiques), appliquée régulièrement sur le visage en cas d'exposition.

• Prévenir les vergetures
Ventre, fesses, cuisses, seins ne cessent de prendre du volume durant les neuf mois de grossesse. Les tissus cutanés, distendus, sont fragilisés, et leur étirement peut provoquer la rupture des fibres élastiques de l'épiderme. Attention, ces lésions de la peau, les vergetures, assez disgracieuses, sont très difficiles voire impossibles à effacer une fois qu'elles sont apparues. D'où l'importance de les prévenir en hydratant et nourrissant régulièrement la peau durant la grossesse, pour entretenir sa souplesse et son élasticité. Pour cela, laits, crèmes, baumes ou huiles adaptés doivent être d'utilisation quotidienne.

• Soulager les jambes lourdes
Augmentation du poids et équilibre hormonal modifié peuvent aussi avoir un impact sur la circulation veineuse. Et cela peut se traduire par une sensation de jambes lourdes, parfois même par des œdèmes ou l'apparition de varices. Un traitement veinotonique peut être prescrit par votre gynécologue dans les cas les plus critiques, quelques précautions (éviter les trop longues stations assise ou debout, les vêtements serrés, les bains chauds…) peuvent alléger les symptômes.
À noter qu'il est difficile de trouver un cosmétique spécial jambes légères adapté au temps de la grossesse : la plupart en effet basent leur efficacité sur un pourcentage important d'alcool ou des huiles essentielles déconseillées aux femmes enceintes…

• Garder une douce neutralité
Pour tous les autres gestes cosmétiques (se laver, se maquiller…), le mot d'ordre généralement admis est : de la douceur, de l'hypoallergénicité, et autant de neutralité que possible, en évitant tout ce qui peut sembler un tant soit peu agressif ou allergisant. Quitte à se tourner pour un temps vers les produits formulés pour les peaux sensibles et réactives ou… pour les bébés !

© L'Observatoire des Cosmétiques

Tous les articles (14)