lundi 24 octobre 2016Bien choisir ses cosmétiques

Le pH et les types de peau

© Thinkstock/CosmeticOBS-L'Observatoire des Cosmétiques

Tout milieu physique, quel qu’il soit (sauf s’il ne contient pas d’eau), peut être caractérisé par son degré d’acidité ou d’alcalinité, mesuré par son pH (pour potentiel Hydrogène). La peau ne fait pas exception à la règle. Les cosmétiques doivent en tenir compte pour ne pas risquer de l'agresser. Et chacun peut identifier le pH de la sienne pour bien choisir les produits qui lui conviennent.

Temps de lecture
~ 3 minutes

Le pH se mesure sur une échelle allant de 0 (très acide) à 14 (très alcalin). Égal à 7 (le pH de l'eau pure à 25°C), il est dit neutre.
La peau est normalement légèrement acide, ce qui lui permet de développer une protection plus efficace contre les attaques naturelles et permanentes des micro-organismes avec lesquels elle est quotidiennement en contact. Son pH, quand elle est en bonne santé, se situe le plus souvent dans une fourchette allant de 5,0 à 5,5.
Cette protection naturelle se construit peu à peu, au fil du temps : le pH de la peau d'un bébé est proche de 7, pour atteindre une valeur aux environs de 5,5 à la puberté.
Le pH des peaux dites normales avoisine donc les 5,5, les peaux sèches sont plus acides (pH < 5,5), les peaux grasses plus alcalines (pH > 5,5).

Le pH cosmétique

Lorsque son équilibre est perturbé, et notamment par le contact avec un milieu d’un pH différent, la peau a besoin d’un laps de temps plus ou moins long pour le rétablir. Durant cette période, ses défenses sont mises à mal : la modification du pH peut se traduire par une atteinte de la flore cutanée, induisant une moindre résistance aux infections ou à la prolifération de germes pathogènes.
D’où l’importance pour un produit cosmétique d’approcher un pH le plus compatible possible avec celui de l’épiderme qu’il a pour but de nourrir ou de nettoyer. Une exigence qui n’a rien d’évident a priori : pour exemple, le pH d’un savon classique tourne autour de 9 à 10… C’est pourquoi la cosmétique utilise des régulateurs de pH ou travaille à des formules (comme celles des pains dermatologiques) à l’acidité plus marquée… et donc moins agressives pour l’épiderme.
Même si certains types de produits, comme les liniments pour bébés ou les soins des peaux grasses, ont volontairement un PH plus acide pour mieux réguler la peau, ou comme les dépilatoires qui doivent être très alcalins pour être efficaces.

Reconnaître son type de peau

La mesure du pH de sa peau n’est pas forcément à la portée de tous. Pour déterminer le type de la sienne, le "truc" le plus simple reste encore de pratiquer le test dit "du papier de soiee.
Après un démaquillage complet, il faut attendre environ 30 minutes, le temps que la peau retrouve son équilibre. On applique alors une feuille de papier de soie (genre papier toilette) sur la partie médiane du visage (front, nez, menton), et une autre sur une joue, durant quelques secondes (sans frotter).
On peut ensuite "lire" le résultat :
• si les deux feuilles se sont humidifiées, c'est qu'elles ont absorbé un peu de sébum : la peau est grasse, et le plus souvent, son aspect est luisant et ses pores dilatés ;
• si la feuille médiane est légèrement tachée, mais que l’autre est restée intacte, la peau est de types mixte (ou normale), un peu plus grasse sur le nez et le front, sans problème ailleurs ;
• si les deux feuilles ne comportent aucune trace, la peau est plutôt sèche : elles est aussi souvent fine et parfois rugueuse, facilement sujette aux tiraillements et aux ridules.

À noter : peu de cosmétiques indiquent sur leurs étiquettes le pH du produit. Les plus généreux en termes d'informations se bornent souvent à spécifier que leur pH est "neutre pour la peau". Mais même dans ce cas, on n'est pas forcément à l'abri des irritations et des inconforts à l'utilisation, surtout si la peau est également sensible ou réactive…

© CosmeticOBS-L'Observatoire des Cosmétiques
© 2016- 2020  CosmeticOBS

Bien choisir ses cosmétiquesAutres articles

41résultats