SPF : doit-il être quotidien ?

©Jupiterimages-Thinkstock/L'Observatoire des Cosmétiques

Cela pourrait sembler une bonne idée. Et de fait, les SPF (facteurs de protection solaire) s'affichent maintenant, et de plus en plus souvent, dans les crèmes de jour ou le maquillage, dans les très tendances BB crèmes ou les produits capillaires, au nom de la protection antiradicalaire et anti-âge. Cette tendance, pourtant, inquiète les experts. Explications.

Temps de lecture
~ 3 minutes

On les connait déjà bien sûr dans les laits et crèmes solaires, avec une action revendiquée et très justifiée. Parfois aussi, mais plus discrètement, ils figurent dans les formules d'une série de produits comme des gels-douches ou soins pour le corps où ils jouent le rôle de stabilisateurs de couleur.

Les filtres anti-UV s'affichent maintenant, et de plus en plus souvent, dans les crèmes de soin pour le visage, le maquillage (fonds de teints, rouges à lèvres…) ou les soins pour cheveux. Ils sont un des arguments de vente des BB crèmes qui envahissent le marché. Ils sont censés nous protéger, à tous moments et en tous lieux, des atteintes (bien réelles, c'est vrai) des rayons UV du soleil.

La mode est venue des États-Unis où, pour parer aux effets néfastes des rayons solaires sur le processus de vieillissement de la peau, le mot d'ordre est devenu : "Jamais dehors sans son filtre". Ce qui s'est traduit en quelque sorte par : "Cosmétique, donne-nous notre SPF quotidien…".
Mais… est-ce vraiment une bonne idée ?

Une mode à risques

C'est que nombre de ces substances ne sont pas anodines.
Certains filtres d'origine synthétique s'avèrent ainsi très sensibilisants, favorisant le déclenchement de phénomènes allergiques. D'autres sont fortement suspectés, de par leur activité de type œstrogénique ou anti-androgénique, de perturber l'équilibre endocrinien (d'agir en perturbateurs endocriniens) comme parfois de menacer l'environnement.
Quant aux écrans minéraux naturels, leur sécurité d'emploi, notamment quand ils sont présents sous forme de nanoparticules, est régulièrement remise en cause.

Or, plus on multiplie les sources d'expositions à ces substances, notamment par des applications quotidiennes, plus on accroît les risques de souffrir de leurs effets indésirables.
( voir dans le détail les risques potentiels associés à l'exposition aux filtres anti-UV dans le tableau complet proposé dans l'article Les filtres et écrans solaires )

Une protection inefficace

D'autre part, il faut savoir qu'un filtre ou un écran, même le plus stable, n'assure qu'une protection limitée dans le temps : c'est pourquoi il est toujours conseillé de renouveler l'application des crèmes solaires toutes les deux heures environ.
Quelle peut bien être alors leur utilité dans une crème de jour ou un fond de teint, par définition appliqués une seule fois par jour ? Sinon de faire croire à leur consommatrice qu'elle est protégée alors qu'elle ne l'est plus, passé 9 ou 10 heures du matin ?
Qelle est leur pertinence dans le produit de soin d'une citadine qui passe de son métro au bureau, et le reste du temps, surtout en hiver, sous son parapluie ?

Alors, faut-il choisir des crèmes de soins ou des fonds de teint affichant une protection solaire ? Décidément, la réponse est : NON !
Pour protéger sa peau en cas d'exposition, même brève, on dispose de suffisamment de "vrais" produits de protection solaire, qu'il ne faut pas, eux, en revanche, hésiter à utiliser dès qu'il en est besoin.

© 2012- 2021  CosmeticOBS

Bien choisir ses cosmétiquesAutres articles

41résultats