CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
20 juin 2018Bien utiliser ses cosmétiques

Quel programme de soins pour une peau grasse ? Ajouter à mon portfolio
fonctionnalité réservé aux abonnés pro
voir nos formules d'abonnement

Les peaux grasses font le malheur quotidien (quand ce n’est pas le drame quotidien !) d’une grande majorité d’adolescents… et aussi de quelques adultes. Brillante, luisante, bourgeonnante et boutonneuse en un mot : à l’exact opposé de la peau nette, fine et impeccable qui reste le must en matière de beauté, elle n'est pourtant pas une fatalité. Surtout si on la traite correctement, et avec les égards qu'elle mérite malgré tous ses défauts.

Temps de lecture : ~ 7 minutes

La peau grasse concerne surtout celle du visage, le corps étant souvent moins touché… même si ses caractéristiques peuvent s’étendre jusqu’au haut du dos et du torse. Généralement, un bonheur n'arrivant jamais seul, peau grasse est également synonyme de cheveux gras.
À chaque spécificité sa réponse appropriée ! Et donc à chaque zone grasse son programme de soins étudié.

Pour le visage

Le nettoyage est la clé de l’amélioration des peaux grasses. Au programme, tous les jours, matin et soir (on dit bien TOUS les jours, matin ET soir) :
• un nettoyant (gel ou mousse) parfaitement réparti sur l’ensemble du visage, brièvement massé, puis éliminé (en résistant à l’envie de trop frotter !) à l’aide d’un coton,
• une lotion purifiante (plutôt sans alcool, mais à base d’eaux florales assainissantes d’eucalyptus, de romarin ou de menthe) pour parfaire le nettoyage et rafraîchir la peau.

Pas de nettoyage directement au savon, rinçage à l’eau du robinet à éviter : tout cela agresse et décape. Pas de récurage non plus, on fait dans le geste doux mais suffisamment répété pour que le dernier coton (celui utilisé pour sécher la lotion) ressorte blanc comme… un coton.

Le matin, une crème hydratante, de préférence régulatrice et matifiante, termine la séance de soins. Hydratante ? Oui, vous avez bien lu. C’est qu’une peau grasse n’est pas forcément une peau bien hydratée, ça paraît drôle dit comme ça, mais la production de sébum et la bonne hydratation de la peau sont deux notions bien différentes. On peut même avoir la peau grasse ET déshydratée, mais c’est si vraiment on n’a pas de chance.

Le soir, la crème peut être remplacée par un léger massage avec un sérum ou une simple huile végétale. Attention : la plupart vous paraîtront trop grasses et ne vous conviendront pas. Mais celle de noisette, par exemple, est une très bonne régulatrice des glandes sébacées.

Une fois, voire deux fois par semaine (mais pas plus !), faites un gommage (pas trop abrasif, le gommage, on le rappelle, il ne faut pas décaper ! en clair, ça ne doit pas "gratter" trop fort), puis appliquez un masque purifiant.

En la matière, une argile verte très simple et très peu coûteuse (mais dotée d’un fort pouvoir d’absorption du sébum), agrémentée de quelques gouttes d’huile essentielle d’arbre à thé, de romarin, de pamplemousse ou de menthe, peut avoir des effets vraiment convaincants, à condition de la laisser agir assez longtemps (15 à 20 minutes minimum) sans jamais la laisser s’assécher sur le visage (pour éviter que l’argile sèche, prévoyez un brumisateur et vaporisez votre masque toutes les 5 à 7 minutes).

Après le masque, une fois la peau soigneusement rincée (à la lotion, toujours, plutôt qu’à l’eau), le soin se termine par l’application de la crème habituelle ou d’un sérum adapté aux peaux grasses.

Gommage et masque peuvent être ciblés et délimités à certaines parties du visage. Les peaux mixtes trouveront ainsi leur bonheur dans les mêmes recettes, mais elles les réserveront à leur zone T.

Pour le corps

On a rarement un problème de peau grasse sur le corps tout entier.
La douche (et son gel) n’appelle donc pas de remarques particulières, si ce n’est qu’elle doit être quotidienne, et qu’une de plus est toujours bienvenue après une séance de sport (on dit ça… comme ça). Et bien sûr, mieux vaut éviter d’agresser la peau du corps alors qu’on prend tant de soins de celle du visage, c’est pourquoi la composition du produit utilisé doit tout de même être regardée d’un peu près…

Une fois par semaine, un gommage contribue à éliminer les cellules mortes et à affiner le grain de la peau qui en devient toute douce. Pas de décapage non plus à ce niveau-là, le geste doit rester aussi peu agressif que le produit. Mais si le torse et les épaules sont eux aussi gagnés par l’aspect gras du visage, on peut insister un peu plus (mais pas trop non plus, n’est-ce pas ?) sur ces zones-là.

Le savon est à réserver de préférence aux seules mains. Et l’actualité s’est chargée de nous rappeler récemment à quel point il était indispensable de s’en servir régulièrement, plusieurs fois par jour.

Pour les cheveux

Si le corps ne pose pas trop de problèmes, ce n’est pas le cas des cheveux. Parce que oui, peau grasse et cheveux gras vont souvent de pair.

Attention ici aux shampooings "pour cheveux gras" : mieux vaut ne pas choisir le premier venu ou celui de la dernière pub vue à la télé. Nombre d’entre eux contiennent en effet des actifs et des tensioactifs puissants, destinés davantage à dissoudre le sébum pour l’éliminer en un seul lavage plutôt qu’à régulariser sa production. Résultat (et ça a un air de déjà-vu déjà-connu) : les glandes sébacées du cuir chevelu, agressées et asséchées, ont tendance à fonctionner davantage, sécrétant encore plus de sébum… et nécessitant, par un classique effet rebond, des lavages toujours plus fréquents.

Paradoxalement, ce sont les shampooings aux bases lavantes douces qu’on peut utiliser très souvent sans craindre d’agresser le cuir chevelu, qui paraissent les mieux adaptés aux cheveux gras.
Surtout quand elles sont complétées de quelques actifs visant à régulariser la sécrétion de sébum sur la durée. Parmi eux, la bardane, le romarin ou l’ortie sont réputés être dotés d’une efficacité honorable. Les argiles (Kaolin, Montmorillonite…) peuvent aussi jouer le rôle d’absorbeurs de sébum, tout en respectant l’équilibre du cuir chevelu. Certaines huiles essentielles peuvent venir enrichir la formule de leurs propriétés antiseptiques et assainissantes.

Des shampooings fréquents sont bien sûr indispensables, tous les 2 jours, voire tous les jours.

En revanche, mieux vaut éviter les après-shampooings ou les masques qui ne font qu’alourdir davantage les fibres capillaires.
Attention aussi aux brushings trop vigoureux et/ou trop chauds, ils n’arrangent rien, évidemment. Des séchages très doux sont bien préférables, laisser sécher ses cheveux à l’air libre est encore mieux.

L’idéal pour des cheveux gras ? Une coupe courte, régulièrement entretenue. Elle "rend" beaucoup mieux que des cheveux longs poisseux à l’aspect collés-mouillés !

LPE

Tous les articles (55)