CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
9 mai 2018Commission européenne

Le BEUC revient à la charge sur les CMR pro

Drapeau Commission européenne et Logo du BEUC

En janvier dernier, le BEUC avait déjà publié une lettre ouverte pour protester contre la nouvelle approche de la Commission européenne sur les CMR, qui implique que leur interdiction dans les produits cosmétiques ne soit plus automatique, mais dépende d’une évaluation par le CSSC. Alors qu’on attend toujours la publication d’un règlement qui doit trancher le sort de près de 200 d’entre eux, cette Organisation de défense des consommateurs européens enfonce le clou, avec cette fois une lettre ouverte à Elżbieta Bieńkowska, Commissaire européenne au Marché intérieur et à l’Industrie.

Cet article n'est disponible que pour les abonnés PRO

Lettre de Monique Goyens, Directrice générale du BEUC, à la Commissaire Bieńkowska

Chère Commissaire Bieńkowska,

L’union européenne interdit l’utilisation dans les produits cosmétiques d’ingrédients qui peuvent provoquer des cancers et des modifications de l’ADN ou qui peuvent affecter la reproduction (appelés les substances CMR). Cette interdiction des CMR, établie par notre législation cosmétique, et une garantie essentielle pour la santé publique et la sécurité du consommateur, de même qu’une preuve tangible de la façon dont l’Europe bénéficie à tous ses citoyens.

Le BEUC, l’Organisation des Consommateurs Européens, est donc alarmé par le fait que la Commission européenne ne considère plus les substances CMR doivent être interdites automatiquement dans les produits cosmétiques, mais qu’au contraire, cette interdiction doit être mise en œuvre au cas par cas par le biais d’actes législatifs spécifiques amendant les annexes du Règlement Cosmétiques. Nous mettons en garde contre cette approche, de nature à créer des risques évitables et inacceptables pour la santé des consommateurs.

Les consommateurs sont en contact fréquent, intime et souvent prolongé avec les produits cosmétiques et de soins personnels. Une étude sur plus de 2 300 personnes a montré qu’un adulte utilise en moyenne neuf produits ...