mercredi 11 mars 2020Comptes-rendus Congrès

Beauté prestige française : un secteur en forme ?

Beauté prestige française : un secteur en forme ?

Fleuron de la cosmétique hexagonale, le segment prestige fait rayonner la “signature France”. Mais est-il en bonne santé pour autant ? Mathilde Lion, Executive Director, Global Client Development chez NPD, a pris sa température lors d’une matinée organisée par le CEW à Paris le 28 février. État des lieux.

Temps de lecture
~ 5 minutes

Les chiffres collectés par NPD sont issus de leur panel “distributeur”.
L’agence traque de façon hebdomadaire les sorties de caisse des circuits sélectifs, parfumeries, grands magasins, indépendants et chaînes locales dans huit pays, dont la France.
“À noter que pour le marché français, nous sommes sur un périmètre luxueux et nous ne ciblons que les marques traditionnelles”.

Ce marché est stable dans le monde avec un léger ralentissement dû au recul très généralisé du maquillage. “Sauf en Amérique latine, où il explose”, nuance Mathilde Lion.
En ce qui concerne la France, la croissance est faible.
“Nous perdons un 1,1 % par rapport au total prestige au global. Mais il faut comprendre que le secteur est mature, donc les variations ne sont pas très importantes. On a souffert en 2008-2009 avec la crise des subprimes, le marché s’était ensuite rétabli. Mais depuis 2012, ce n’est pas vraiment l’extase. Certes, on recule encore en 2019, mais il y a tout de même des signes très positifs”, ajoute-t-elle.

Black Friday, ce booster de croissance

Alors qu’en septembre, le prestige était en recul avec -2 %, la fin d’année a été plutôt bonne.
“Ce résultat était inattendu compte tenu du contexte social dans lequel …

Ce contenu n'est disponible que pour les abonnésPRO, PREMIUM, STARTUP et TPE

Vous êtes déjà abonné(e) ?Identifiez-vous

Découvrir nos abonnements

Comptes-rendus CongrèsAutres articles

458résultats