CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
3 janvier 2019Comptes-rendus Congrès

Conserver les conservateurs : le plan d'action de Cosmetics Europe pro Ajouter à mon portfolio
fonctionnalité réservé aux abonnés pro
voir nos formules d'abonnement

Pamela Bloor et Sylvie Cupferman

Ils sont suspects aux yeux des consommateurs et au cœur de l’attention des autorités qui tendent à toujours plus les réglementer et les limiter. Face aux menaces de plus en plus fortes qui les ciblent, l’industrie cosmétique a décidé de défendre ses conservateurs. Lors du 16e Congrès Parfums et Cosmétiques de la Cosmetic Valley, Pamela Bloor, d’Unilever, et Sylvie Cupferman, de L’Oréal R&I, sont venues, au nom de Cosmetics Europe, présenter les travaux du Product Preservation Programme, avec ses dimensions techniques, réglementaires et de communication.

Temps de lecture : ~ 21 minutes

Cet article n'est disponible que pour les abonnés PRO

C’est Pamela Bloor qui a commencé cette présentation en posant une question aux congressistes : “Avez-vous jamais imaginé ce que serait notre vie sans conservateurs dans les produits cosmétiques? C’est en tentant de répondre à cette question qu’on prend conscience de l’importance des conservateurs, et c’est la base du travail de Cosmetics Europe. C’est une des grandes priorités de notre organisation”.

Et cela s’explique quand Pamela Bloor évoque les impacts que pourrait avoir l’absence de conservateurs :
• la durée de vie des produits serait considérablement raccourcie ;
• il serait quasiment impossible de proposer des produits en pots, dans lesquels les consommateurs plongent leurs doigts chaque jour en y introduisant des micro-organismes, et cela obligerait à concevoir des packagings plus complexes et plus chers ;
• les cosmétiques, comme les denrées alimentaires, devraient être conservés au réfrigérateur par leurs consommateurs… mais qui a envie, par un froid matin, d’appliquer un lait hydratant glacé sur l’ensemble de son corps ?
• les processus de production devrait être revus, avec des implications drastiques sur l’hygiène, voire la stérilisation des locaux ;
• on pourrait même voir disparaître certains cosmétiques, comme ceux destinés à être appliqués autour des yeux… fini le mascara  ...