CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
2 juillet 2018Comptes-rendus Congrès

Loïc Armand : Jugez-nous sur ce que nous faisons, pas sur ce qu'on peut craindre que nous fassions ! pro Ajouter à mon portfolio
fonctionnalité réservé aux abonnés pro
voir nos formules d'abonnement

???

En marge de la Cosmetics Europe Annual Conference qui s’est tenue à Bruxelles les 13 et 14 juin 2018, Loïc Armand, Président de Cosmetics Europe, a accordé une interview à CosmeticsOBS-L’Observatoire des Cosmétiques. Au menu de l’entretien : ces dossiers qui semblent bloqués à Bruxelles, la convergence réglementaire… à bâtir encore tout autant qu’à déjà défendre parfois, la pertinence du Règlement Cosmétiques après cinq ans d’application, et un appel à la responsabilité de tous en forme de petit coup de gueule…

Temps de lecture : ~ 16 minutes

Cet article n'est disponible que pour les abonnés PRO

Laurence Wittner : Plusieurs dossiers (CMR, nanomatériaux, perturbateurs endocriniens…), qui attirent particulièrement l’attention des médias et suscitent les inquiétudes des consommateurs, semblent pourtant laissés en suspens, et la Commission européenne impuissante à produire les réglementations qui viendraient mettre un terme aux débats. Comment l’industrie perçoit-elle la situation ?

Loïc Armand : D’abord, mon sentiment, c’est que la Commission n’accumule pas de retards, mais qu’elle essaie de faire bien les choses. On ne peut pas accuser la Commission de ne pas faire de la “Better Regulation” et en même temps lui demander de réglementer à tout-va sous la pression des circonstances.
Dans le cas précis des CMR, la Commission est en train de travailler à bâtir un consensus des États membres. Et si ce consensus n’est pas atteint, elle ne peut pas émettre de nouvelle réglementation. Le fait qu’elle travaille va plutôt dans le sens du sérieux dont elle fait preuve pour aborder les sujets, cela ne veut pas dire qu’elle ignore la nécessité de réglementer. Deuxième point que j’ai envie de souligner, c’est qu’il faut quand même qu’on reconnaisse à notre industrie sa longue pratique de la sécurité des produits ...