CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
22 octobre 2018Comptes-rendus Congrès

Quand la beauté rencontre l’intelligence artificielle pro Ajouter à mon portfolio
fonctionnalité réservé aux abonnés pro
voir nos formules d'abonnement

Intelligence artificielle

Si à première vue, le secteur de la beauté n’est pas le plus technophile qui soit, il serait de bon ton de reconsidérer la chose. En effet, les avantages de l’intelligence artificielle ne cessent de faire parler d’eux. À l’occasion de la journée de la Beauté, organisée par le CEW le 4 juillet à Paris, Charles Dadi, Machine Learner et Partner chez Factonics, a expliqué pourquoi les marques de cosmétiques devraient commencer à s’intéresser à l’intelligence artificielle (IA) de plus près.

Temps de lecture : ~ 6 minutes

Cet article n'est disponible que pour les abonnés PRO

En préambule, Charles Dadi explique que l’IA n’est pas aussi récente qu’on le croit. Les premiers algorithmes ont été développés après la Seconde Guerre mondiale, notamment dans le renseignement.

Certaines publications datant des années 50 sont toujours d’actualité. Elles ont simplement été remise au goût du jour avec les facteurs technologiques et économiques actuels.
Mais depuis une dizaine d’années, on observe un réel regain d’intérêt pour l’IA. Pourquoi ?

Les facteurs technologiques
“Tout d’abord, depuis une décennie, il y a une augmentation de la capacité des utilisateurs à générer eux-mêmes de la donnée variée (vidéos, images, sons). Ensuite, le second facteur qui explique ce regain d’intérêt, c’est la puissance de calcul qui rend possible l’exploitation de ces données. Pendant longtemps, les ordinateurs que nous avions n’avaient pas le potentiel nécessaire pour se prêter à ce genre d’exercice. Désormais, les capacités des processeurs doublent tous les ans. Enfin, on assiste depuis peu à l’émergence de nouveaux paradigmes de calculs qui rendent possible l’exploitation de ces données”, a expliqué Charles Dadi.

Les facteurs économiques
“D’un point de vue macro, la croissance est moins naturelle sur des secteurs dits matures ...