CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
27 août 2018Comptes-rendus Congrès

Quand les nouvelles consciences inspirent la cosmétique pro Ajouter à mon portfolio
fonctionnalité réservé aux abonnés pro
voir nos formules d'abonnement

???

Largement modelée par les révolutions de la science, notre conscience du monde qui nous entoure évolue. Nouvelles connaissances et informations se propagent à vitesse grand V et impactent notre vision des choses. La cosmétique n’échappe pas à ces influences contemporaines. À l’occasion de la Journée de la Beauté organisée par le CEW, le 4 juillet 2018 à Paris, Marie-Alice Dibon, experte science et tendance et Hugo Willemin, analyste de tendances, ont dressé un panel des nouvelles consciences qui inspirent le secteur de la beauté.

Temps de lecture : ~ 7 minutes

Cet article n'est disponible que pour les abonnés PRO

“Quand on parle de nouvelles consciences, la majorité des gens ont tendance à penser au développement durable, aux mouvements vegan et cruelty-free. Pourtant, d’autres révolutions affectent nos mode de pensées et donc de consommation”, affirme Hugo Willemin en préambule.

Montée en puissance du microbiome

Le microbiome est l’ensemble des microbes, bactéries, levures qui constituent un système donné. Chaque écosystème, aussi petit soit-il, en dispose. “Du déchet radioactif aux mouches en passant par les lignes de métro ou les nuages, le microbiome est présent. C’est un continuum, une nouvelle dimension biologique, un monde invisible, et qui était totalement insoupçonné très récemment”, explique Marie-Alice Dibon.
Il existe des microbiomes sur les plantes, sur les animaux et sur l’homme. Et chaque partie du corps humain possède son propre microbiome. Les bactéries sont donc partie intégrante de l’anatomie et du fonctionnement humain : “D’ailleurs, les gènes bactériens sont majoritaires dans notre organisme”, souligne l’experte.

“Progressivement, tous les secteurs sont en train d’en prendre conscience et mettre en lumière tous les bénéfices qu’on peut retirer de cette diversité de l’écosystème bactérien, comme l’art ou même l’industrie lourde”, commente Hugo Willemin.
Dans ce monde de ...