CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
14 février 2018L'actualité des cosmétiques

Taches brunes : quand les mains trahissent l’âge Ajouter à mon portfolio
fonctionnalité réservé aux abonnés pro
voir nos formules d'abonnement

Prendre de l’âge sans les signes visibles du vieillissement cutané est sans doute le rêve ultime pour beaucoup d’entre nous. Si l’industrie cosmétique redouble d’ingéniosité pour proposer des soins à destination du visage, les autres parties du corps sont bien en reste, notamment le dos des mains, victimes de l’apparition de taches brunes.

Temps de lecture : ~ 5 minutes

À l’occasion du lancement d’un nouveau dispositif permettant de venir à bout de ces tâches sur les mains, le professeur Humbert, président de l’ISCP (International Society of Cutaneous Pharmacology) et de l’ISES (International Society for Biophysics and imagina of the skin), a expliqué les raisons de la formation de cette problématique cutanée.

Dans le jargon scientifique, les taches brunes qui apparaissent sur le dos de la main sont appelées  lentigos solaires, du fait de leur forme qui fait penser à une lentille.
Le vieillissement héliodermique, à savoir l’altération naturelle de la peau provoquée par l’exposition chronique aux rayons du soleil, est responsable de l’apparition de ces taches.
Étant donné que les mains sont en contact quasi-permanent avec l’extérieur (et donc avec la lumière naturelle), les mélanocytes sont endommagés et cela sans qu’on s’en rende compte.
Les lentigos peuvent apparaitre à partir de 30 ans chez certains sujets, bien que ce soit un phénomène qui a tendance à se manifester avec l’âge. Bien sûr, nous ne sommes pas tous égaux face à cette dégénérescence cutanée, tout dépend du phototype de chaque peau.
À partir de 50 ans, on considère que trois à cinq nouvelles tâches font leur apparition chaque année.

Formation du lentigo

Coupe des différentes couches de l’épiderme à l’appui, le Professeur Humbert explique que les cellules responsables du bronzage sont les mélanocytes. Elles sont munies de petites dendrites (comme des pieuvres) dont elles se servent pour se déplacer entre les différentes cellules de l’épiderme afin de distribuer la mélanine qu’elles fabriquent. Normalement, cette distribution se fait de façon uniforme.
Néanmoins, "certaines équipes de recherche ont montré ce qu’il se passait exactement dans les dendrites.
Il y a des microtubules (fibres constitutives de certaines cellules) qui sont dysfonctionnantes et qui empêchent ou accumulent la mélanine dans ces dendrites sans pourvoir la passer de façon homogène à l’épiderme. C’est ainsi que la maladie se constitue",
expose le professeur Humbert.
Le lentigo se résume donc à une accumulation de mélanine sur certaines zones de la peau.

Le Professeur Humbert précise que l’apparition de lentigo n’est pas handicapant et ne représente pas de risque pour la santé. Cependant, "bien que certains arrivent à vivre avec sans aucun souci, les taches brunes peuvent être stigmatisantes pour d’autres", nuance-t-il.

Quelles solutions ?

Actuellement, il existe plusieurs méthodes pour atténuer l’aspect des tâches pigmentaires.
Il est possible de trouver des crèmes cosmétiques éclaircissantes. Il est important de garder à l’esprit que ces soins vont agir sur l’intensité de la couleur du lentigo, mais ne peuvent pas traiter le problème en profondeur.

Le laser
Il s’agit de détruire le mélanocyte responsable de l’accumulation de mélanine par photo-thermolyse sélective.
Cette méthode offre de bons résultats mais il y a tout de même certains paramètres à prendre en compte : ne pas être bronzé, espacer chaque séance d’au moins quatre semaines et ne pas exposer la peau au soleil entre deux sessions chez le dermatologue. Enfin, le prix d’une séance de laser oscille entre 80 et 100 euros.

Le peeling
C’est un procédé qui consiste à desquamer la surface de la peau pour en retirer les défauts en surface.
Le traitement se fait avec des substances chimiques. Avec ce traitement, il est possible de rendre la tâche quasiment invisible mais le peeling ne traite le lentigo que de manière superficielle.
La cellule mélanocytaire dysfonctionnante n’est pas prise en charge.

La cryothérapie
Cette méthode permet de faire disparaitre les taches brunes en utilisant de l’azote liquide à -180°C, appliqué localement.
Plusieurs séances sont nécessaires pour venir à bout d’un lentigo. Les résultats sont probants mais encore une fois ce n’est pas sans risque. "C’est un traitement douloureux, qui peut laisser des rougeurs ou des brulures pour peu que l’azote soit en contact un peu trop longtemps avec la peau", explique le Professeur Humbert.

Les taches brunes sont donc une conséquence naturelle de nos modes de vie. Sans être dangereuses pour la santé, elles sont inesthétiques. Actuellement, les solutions existantes sont coûteuses, douloureuses ou inefficaces en profondeur.
Cependant, de récentes recherches menées par le laboratoire Cryobeauty Pharma ont démontré que les mélanocytes étaient réactifs à plage de température comprise entre -5 et -15°C et ont mis en avant le principe de cryothérapie cyto-sélective.
Un appareil de traitement, à destination des particuliers, a donc vu le jour. Facile d’utilisation, il cible la cellule dysfonctionnante à la température adéquate et ce, sans douleur. Sa sortie est prévue pour mars 2018.

JS

© CosmeticOBS-L'Observatoire des Cosmétiques

Tous les articles (752)