CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
27 mars 2019Dossiers

Aluminium : le dossier pro Ajouter à mon portfolio
fonctionnalité réservé aux abonnés pro
voir nos formules d'abonnement

Aluminium : le dossier

Il est l’objet de polémiques depuis des années, il revient particulièrement sur le devant de la scène des ingrédients controversés quand il est présent en cosmétique sous forme de sel. L’aluminium est-il dangereux en application cutanée ? Est-il menacé d’être plus strictement réglementé ? Quelles sont les alternatives qui s’offrent aux formulateurs pour répondre à l’inquiétude croissante des consommateurs ? Est-il possible de se revendiquer “Sans aluminium” ? CosmeticOBS-L’Observatoire des Cosmétiques a réuni dans ce dossier les différentes pièces à charge et à décharge, et toutes les données nécessaires pour bien appréhender l’aluminium en cosmétique… alors qu’on attend (et encore au moins pendant quelques mois) une nouvelle Opinion du CSSC concernant sa sécurité.

Temps de lecture : ~ 3 minutes

Cet article n'est disponible que pour les abonnés PRO

Aluminium, antitranspirants et déodorants

Il est controversé, mais aussi quotidien et ubiquitaire… et en fait assez mal connu. Quel consommateur voulant éviter l’aluminium dans ses cosmétiques sait réellement ce qu’il veut éviter, et sous quelle forme l’aluminium aurait éventuellement des raisons de l’être ? Et pour quelles raisons ? Et dans quels types produits ? Combien savent expliquer la différence (et cela vaut pour les consommateurs autant que pour certains professionnels) entre les déodorants et les antitranspirants, et lesquels peuvent contenir (ou pas) des sels d’aluminium ? Petit rappel des bases, pour mettre les points sur les i du mot aluminium…

L’allégation “Sans aluminium”

Déjà ciblées par le Règlement 655/2013 sur les Critères Communs auxquels les allégations relatives aux produits cosmétiques doivent répondre pour pouvoir être utilisées et les lignes directrices qui leur ont été associées, les allégations “Sans…” ont été encore plus strictement encadrées (voire quasi interdites) par le Document Technique européen sur les allégations cosmétiques et la dernière version de la Recommandation Produits Cosmétiques de l’ARPP, tous deux applicables à compter du 1er juillet 2019. Que penser ...