CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
24 février 2016Ingrédients

La naissance du concept PSTC et les cellules souches végétales Ajouter à mon portfolio
fonctionnalité réservé aux abonnés pro
voir nos formules d'abonnement

Le concept de cellules souches est apparu au début des années 2 000 dans l'industrie cosmétique, mais sans pour autant trouver rapidement d'application logique et légitime. Il faudra attendre quelques années pour que ce concept se généralise petit à petit. Son utilisation a été rendue possible par plusieurs facteurs, mais en particulier par l'apparition d'une technologie que certains ont appelée PSCT, pour Plant Stem Cells Technology.

Temps de lecture : ~ 14 minutes

Dans cette approche, l'idée consiste à utiliser des cellules souches issues de végétaux, extraits de méristèmes ou autres, en vue de produire des principes actifs destinés à maintenir, entretenir ou corriger certains aspects de la physiologie cutanée.
Cette technologie était déjà connue, mais sans pour autant avoir été formalisée de façon aussi précise, l’utilisation par exemple des extraits de bourgeons était une pratique très ancienne. Les progrès de la technologie, et une meilleure connaissance, permettront petit à petit de préciser ces concepts jusqu'à ce qu'ils deviennent une pratique assez courante dans les approches en tirage. On dénombre à ce jour de très nombreux extraits de ce genre.

Aujourd'hui, Vincent Briffaut nous permet de comprendre un peu mieux comment l'une des sociétés pionnières de ces technologies, Mibelle Biochemistry, a développé les premiers extraits présentés comme telle et en particulier le PhytoCellTec™ Malus Domestica.
Cet ingrédient, comme quelques rares autres, marquera significativement son époque comme ayant ouvert de nouvelles approches dans le domaine de la formulation ainsi que dans les stratégiques anti-âge.

Jean Claude Le Jollif

La naissance du PhytoCellTec™ Malus Domestica

La recherche fondamentale dans le domaine des cellules souches est en constante progression depuis plusieurs années et les avancées d’aujourd’hui contribuent de façon certaine à trouver les solutions de demain à des maladies ou handicaps lourds.

En effet, à ce jour, des expériences sont en cours en France et dans le monde pour régénérer des tissus à partir de cellules souches humaines. Retrouver la vue en recréant la rétine à partir de cellules souches, soigner le diabète en différenciant des cellules souches en cellules pancréatiques capables de synthétiser de l’insuline ou bien encore reconstruire la peau pour soigner des lésions cutanées ne sont plus des utopies proches de la science fiction mais représentent désormais des espoirs légitimes de traitement de maladies chroniques ou orphelines.

Les cellules souches adultes et leur rôle dans la régénération des tissus

Il existe plusieurs formes de cellules souches. La forme la plus "complète" est la cellule souche embryonnaire. De part son caractère totipotent, cette cellule est la seule capable de donner toutes les cellules différenciées de l’organisme. Les cellules souches adultes, quant à elles, sont des cellules indifférenciées capables de s’autorenouveller et de se différencier vers des formes cellulaires propres au tissu dans lequel elles évoluent. On les qualifie de "cellules multipotentes". La régénération des tissus dépend principalement de la capacité des cellules souches adultes à générer des cellules filles nécessaires à la réparation et au remplacement des tissus. Il apparait donc évident qu’une diminution de l’activité des cellules souches adultes entraîne le déclin du potentiel régénératif des tissus et accélère le vieillissement.

La peau est constituée de deux couches présentant chacune ses propres cellules souches.

L’épiderme renferme des cellules souches adultes au niveau de la membrane basale. On estime que 2 à 7 % des cellules de la membrane basale sont des cellules souches épidermiques.
Suivant une division asymétrique, les cellules souches produisent des cellules d’amplification transitoire (à savoir des cellules en phase de différenciation) qui, après un nombre limité de divisions entrent dans une phase de différenciation terminale. Les cellules ainsi produites migrent progressivement dans l’épiderme jusqu’au stratum corneum. Avec le temps, le renouvellement de l’épiderme se fait moins bien et la peau devient plus fine, plus fragile et plus sujette aux agressions.

Le derme renferme également ses propres cellules souches dont la niche a été récemment identifiée au niveau des papilles du derme. Ces cellules souches s’auto-renouvellent, migrent vers le derme et se différencient en fibroblastes.
Pour rappel, les fibroblastes du derme sont capables d’interagir avec les cellules de l’épiderme (notamment les cellules souches de l’épiderme) et de contrôler l’épaisseur et l’élasticité du derme au travers de la synthèse de collagène et d’élastine. Ces protéines constituent la matrice extracellulaire. En vieillissant, le nombre de fibroblastes sénescents augmente et la production de protéines de structure diminue en conséquence. Le remplacement des fibroblastes vieillis par l’action des cellules souches dermiques revêt donc une importance fondamentale sur la prévention du vieillissement cutané.

Il apparait évident que le besoin en nouvelles cellules d’un tissu est directement lié à la prolifération des cellules souches et leur différenciation en cellules d’amplification transitoire puis en cellules filles totalement dédifférenciées. Par conséquent, les traitements qui permettent de renforcer les capacités fonctionnelles des cellules souches sont des solutions efficaces pour le renouvellement du tissu et le maintien d’une peau jeune et en bonne santé.

Des cellules souches végétales pour protéger les cellules souches de la peau

Lorsque les chercheurs de Mibelle Biochemistry se sont intéressés aux rôles des cellules souches dans la peau et au moyen de les protéger du vieillissement, leur raisonnement les a très vite orientés sur les cellules souches végétales comme matière active.

PhytoCellTec™ est le nom de la technologie mise au point par Mibelle Biochemistry pour générer et cultiver des cellules souches végétales.
La technologie PhytoCellTec™ est basée sur les capacités de cicatrisation des plantes. En effet, lorsqu’une plante subit une blessure, la première phase de cicatrisation consiste en la formation d’un cal. Les cellules constituantes de ce cal sont des cellules indifférenciées (cellules souches végétales) qui vont, en fonction de la nature et de l’emplacement de la blessure, se différencier en cellules spécifiques. Les cellules souches végétales ont un caractère totipotent que ne possèdent plus les cellules souches humaines adultes : à partir d’une cellule souche végétale il est possible de reconstituer l’ensemble de la plante.

Afin de créer les actifs à base de cellules souches végétales, il est donc nécessaire d’induire la formation d’un cal. Pour cela, une petite partie de la plante est prélevée (feuille, fruit, racine, germe) puis blessée. Les cellules souches issues du cal sont ensuite mise en culture dans des milieux spécifiques puis produites à plus grande échelle dans des bioréacteurs spécialement développés pour cette production. Une fois que la culture est suffisante, les cellules souches végétales sont récoltées puis lysées avant d’être vectorisées sous forme de liposomes.
Cette étape de vectorisation permet aux composés actifs de pénétrer plus facilement jusqu’à la membrane basale dans le cas des cellules souches épidermiques. Pour les cellules souches dermiques, les liposomes pénètrent via la voie folliculaire jusqu’aux papilles du derme.

La technologie PhytoCellTec s’inscrit dans une véritable démarche de développement durable puisque la culture des cellules souches végétales se fait à partir d’une petite partie de la plante. Il n’est pas nécessaire de récolter toute la plante et cette technologie est donc parfaitement adaptée à la valorisation de plantes rares ou partiellement protégées telles que l’espèce de pomme UtwillerSpätlauber qui a été utilisée pour la création du premier actif à base de cellules souches végétales : PhytoCellTecMalus™ Domestica. De plus, la culture de cellules souches végétales n’est pas gourmande en eau et se fait, évidemment, sans pesticides, sans engrais et sans OGM.
Au cours de la conférence sur le développement durable à Rio en 2012, la technologie PhytoCellTec™ a été présentée comme une avancée majeure en matière d’écodéveloppement.

Les cellules souches végétales et les cellules souches adultes sont des cellules indifférenciées dont le degré de différenciation est contrôlé par une modulation d’expression des gènes. Cette modulation de l’expression des gènes se fait sous l’influence d’enzymes de modification, elles-mêmes régulées à la hausse ou à la baisse par des activateurs ou inhibiteurs moléculaires : on parle de facteurs épigénétiques. Toutes les cellules souches, indépendamment de leur origine (animale, humaine ou végétale) contiennent ces facteurs épigénétiques dont la fonction est de maintenir les capacités d’auto-renouvellement de la cellule souche. C’est pourquoi l’apport de cellules souches végétales permet d’aider à préserver la vitalité des cellules souches cutanées.

De nombreuses études in vivo et in vitro ont été mises en place par les équipes de chercheurs de Mibelle Biochemistry pour démontrer l’effet positif des cellules souches végétales sur les cellules souches cutanées. En plus des tests d’objectivation cliniques, il a été mis au point un modèle de culture cellulaire qui nous a permis notamment de démontrer que l’apport de cellules souches végétales de différentes espèces (la pomme, le raisin, la consoude, la Rose des Alpes) permettait de protéger les cellules souches épidermiques du vieillissement et du photo-vieillissement. Les cellules souches cutanées traitées par l’apport de cellules souches végétales gardent toutes leurs capacités à reconstituer un épiderme stratifié malgré un protocole de vieillissement accéléré.
Au niveau du derme, l’influence des cellules souches d’Argan et de Saponaria Pumila permet là aussi de conserver toutes les capacités régénératives des cellules souches dermiques et de lutter en profondeur sur la perte de densité du derme.

Pour retrouver toutes les références de cette technologie, un site internet a été mis en place .
L’application "cellules souches végétales pour protéger les cellules souches de la peau" a été brevetée par Mibelle Biochemistry.
En améliorant les capacités régénératives de la peau, les actifs de la gamme PhytoCellTec™ agissent comme des anti-âges de haute technicité.

Vincent Briffaut

Contribution réalisée par Vincent Briffaut
Vincent Responsable Commercial de Mibelle Biochemistry pour la France.
De formation scientifique et commerciale, il a d’abord travaillé dans le domaine de la distribution de matières premières pour les industries cosmétiques et pharmaceutiques puis a rejoint un producteur de principes actifs en tant que Commercial France.
Depuis avril 2009, il est en charge de la promotion technique et de la représentation commerciale des ingrédients actifs de la société Mibelle Biochemistry auprès des acteurs français de l’industrie de la cosmétique.


PhytoCellTec™ Malus Domestica

C'est une substance active liposomale à base de cellules souches issues de la pomme Uttwiler Spätlauber.

La pomme
Uttwiler Spätlauber est une ancienne variété de pomme suisse, devenue très rare aujourd'hui. Elle était connue pour son exceptionnelle capacité de conservation mais, comme elle avait un goût plutôt amer, elle disparut au profit des pommes au goût plus sucré. Comme cette pomme se conservait longtemps sans se rider ni perdre de goût, il fallait qu'elle contienne des substances spéciales et des cellules souches dont la durée de vie était particulièrement longue. Ce sont justement ces facteurs de longévité qui intéressèrent tout spécifiquement les chercheurs de Mibelle Biochemistry.

Son action
Dans des études globales, Mibelle Biochemistry a démontré que PhytoCellTec™ Malus Domestica, la substance à base de cellules souches issues des pommes, accroissait la vitalité et la longévité des cellules souches épidermiques et en ralentissait le vieillissement.

Vitalité accrue des cellules souches
Des cultures contenant des cellules souches épidermiques ont été traitées avec des concentrations différentes de PhytoCellTec™ Malus Domestica et leur capacité de division (Colony-Forming Efficiency) a été déterminée. Il a pu être démontré que PhytoCellTec™ Malus Domestica avait un effet nettement positif sur les caractéristiques des cellules souches.

Maintien de la capacité à former de nouveaux tissus épidermiques
Des cellules souches épidermiques jeunes et actives sont capables de former en laboratoire un épiderme composé de toutes ses couches. Si pour cet essai, d'anciennes cellules souches sont utilisées, les cellules ne se multiplient plus et la formation de l'épiderme s'interrompt en conséquence. Ces cellules souches sont épuisées et parvenues à la fin de leur cycle de vie. Mais si, pendant la culture de la cellule souche Malus Domestica, un extrait de cellules souches est ajouté, même les "vieilles" cellules sont encore capables de générer un épiderme complet.
Sous l'influence de l'extrait de cellules souches Malus Domestica, les cellules souches épidermiques conservent leur vitalité plus longtemps et sont capables de former de nouveaux tissus et de régénérer la peau.

Action antirides
L'action antirides de PhytoCellTec™ Malus Domestica a été analysée au cours d'une étude clinique portant sur 20 personnes, âgées de 37 à 64 ans. Une émulsion à 2 % de PhytoCellTec™ Malus Domestica a été appliquée pendant 28 jours sur la zone de la patte d'oie. Les résultats ont montré une réduction nette et significative des rides chez toutes ces personnes.

À propos de Mibelle Biochemistry
Mibelle Biochemistry conçoit et développe, pour l’industrie cosmétique, des actifs uniques de grande qualité à partir de substances naturelles et selon une haute expertise scientifique.
Cette unité opérationnelle indépendante au sein de Mibelle Group a été fondée en 1995 par le Dr Fred Zülli à Buchs en Suisse. En peu de temps, Mibelle Biochemistry s’est construit une excellente réputation à travers le monde en tant que créateur de concepts d’ingrédients actifs innovants et véritable expert dans les domaines de la biotechnologie et de la biochimie. Sa large gamme d’actifs est disponible dans plus de 50 pays dans le monde.
© Cosmétothèque® – Tous droits réservés

Tous les articles (39)