CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
29 mars 2012La règlementation cosmétique

Non testé sur animaux, mention illégale ? pro Ajouter à mon portfolio
fonctionnalité réservé aux abonnés pro
voir nos formules d'abonnement

©L'Observatoire des Cosmétiques

On la voit partout ou presque, et quasi systématiquement sur les cosmétiques naturels et bio, qui font du respect animal un axe d’affichage de leur éthique globale. On la voit pourtant de moins en moins, même dans ce secteur de la cosmétique. Et on pourrait bientôt ne plus la voir du tout ! Car cette mention, même intéressante du point de vue marketing, serait tout simplement, dans la quasi-totalité des cas… non conforme aux exigences de la réglementation ! Explications.

Temps de lecture : ~ 12 minutes

Cet article n'est disponible que pour les abonnés PRO

C’est vrai, elle est importante, cette mention, et même parfois décisive, pour une partie non négligeable des consommateurs. Pour s’en convaincre, il suffit de voir sur Internet le nombre de forums ou sites spécialisés proposant des listes de marques cosmétiques "sans-cruauté" ou à l’inverse black-listées pour pratiquer ce genre de tests… ou encore de mesurer le poids des lobbies "anti-expérimentations animales" qui œuvraient par exemple à Bruxelles, à l’heure où on se demandait encore si la date-butoir de mars 2013 (marquant l’interdiction totale de tous les tests sur animaux en cosmétique, y compris sur les ingrédients et y compris en l’absence de méthodes alternatives) allait être maintenue ou non.

Pourtant, même porteuse et même vendeuse, il semble que cette mention pose pratiquement toujours problème quand elle figure sur l’emballage d’un produit cosmétique.
N’a-t-elle pas pourtant été des plus répandues, et depuis plusieurs années, sans aucun souci ? Oui, mais parfois les textes évoluent, ou sont complétés d’autres qui modifient leur interprétation première.
Exemple pratique avec ce petit guide de lecture de ceux qui concernent l’allégation revendiquant l’absence de tests sur animaux.

Les Directives 76/768/CEE et 2003/15/CE

On ne ...