lundi 20 juillet 2020L'actualité des cosmétiques

La place des huiles essentielles dans la crise du Covid-19

La place des huiles essentielles dans la crise du Covid-19

Depuis le début de l’année 2020, l’épidémie virale du SARS-COV-2 s’est propagée si vite que le 11 mars, l’OMS la déclare pandémie. À ce jour, près de 10 millions de personnes ont été contaminées à travers 188 pays[1]. Bien qu’il n’y ait pas encore de traitement disponible, il existe des solutions pour se prémunir face au virus. Parmi celles-ci, on trouve les huiles essentielles qui connaissent un intérêt croissant depuis plusieurs années. Mais sont-elles efficaces face au Covid-19 ? Le point avec Éléonore Couture & Stephane Pirnay, du cabinet Expertox.

Temps de lecture
~ 8 minutes

L’huile essentielle est définie par l’ANSM comme un “Produit odorant, généralement de composition complexe, obtenu à partir d’une matière première végétale botaniquement définie, soit par entraînement par la vapeur d’eau, soit par distillation sèche, ou par un procédé mécanique approprié sans chauffage. L’huile essentielle est le plus souvent séparée de la phase aqueuse par un procédé physique n’entraînant pas de changement significatif de sa composition”[2] .
L’aromathérapie est un domaine de la médecine complémentaire qui utilise les huiles essentielles pour traiter et prévenir les maladies via plusieurs voies d’administration : topique, inhalation ou orale. Elles peuvent être utilisées dans les cosmétiques, les médicaments, les biocides et même dans l’alimentation. Dans la littérature scientifique, on leur décrit diverses propriétés : antibactériennes, antivirales, antifongiques, antiseptiques, anti-inflammatoires, immunostimulantes, apaisantes[3]

À l’heure actuelle, il n’existe quasiment aucune étude sur les effets des huiles essentielles sur le Covid-19. Dans une étude de juin 2020, l’huile essentielle de Melaleuca cajuputi a montré des effets prometteurs en inhibant les récepteurs ACE2 du virus, présents dans le corps humain, ce qui pourrait prévenir l’invasion du SRAS-CoV-2 chez l’homme et limiter sa propagation[4] .
Dans une autre étude publiée fin juin, ce sont les huiles …

Ce contenu n'est disponible que pour les abonnésPREMIUM, PRO, STARTUP et TPE

Vous êtes déjà abonné(e) ?Identifiez-vous

Découvrir nos abonnements

L'actualité des cosmétiquesAutres articles

844résultats