CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
27 juin 2018L'actualité des cosmétiques

Le Baromètre de la Biodiversité 2018 de l’UEBT Ajouter à mon portfolio
fonctionnalité réservé aux abonnés pro
voir nos formules d'abonnement

logo UEBT

Pour la dixième année consécutive, l’UEBT dévoile son baromètre de la biodiversité. Ce projet a pour but d’évaluer la connaissance et l’intérêt pour l’approvisionnement éthique des ingrédients des consommateurs du monde entier. Au cours de cette décennie, 64 000 personnes ont été interrogées. L’UEBT a dévoilé les résultats de l’édition 2018 à l’occasion d’un congrès qui s’est tenu à paris le 19 juin à Paris.

Temps de lecture : ~ 6 minutes

L’étude a été réalisée par l’institut de sondage Ipsos, en ligne et dans la rue. 5000 personnes habitant en France, au Royaume-Uni, aux États-Unis, en Allemagne et au Brésil ont été ajoutées au panel des années précédentes. ### La biodiversité, un principe acquis ? Ce concept, à l’étendue mondiale, n’a pas la même portée partout.
Sa connaissance va de 40 % en Inde à 95 % au Vietnam (chiffres de 2015).
Dans tous les pays sondés, la biodiversité est, en règle générale, assez bien connue. La jeune génération participe activement à la promotion et à la connaissance de cette notion.
En effet, quand il s’agit de définir de quoi il s’agit, 39 % des consommateurs âgés de 16 à 24 ans sont capables d’expliquer que “la biodiversité fait référence aux nombreux organismes différents dans les diverses régions géographiques du monde”.

Le souci d’un approvisionnement respectueux

Selon l’institut de sondage, “partout dans le monde, la majorité des consommateurs se sentent concernés par la biodiversité, à un niveau global et plus personnel”.
Ainsi, les personnes interrogées évoquent plusieurs raisons à leur intérêt pour un approvisionnement,
• 89 % d’entre eux déclarent que le respect de la nature relève du devoir humain,
• 85 % estiment que la nature ne peut être utilisée qu’à condition de laisser la même opportunité aux générations futures,
• 80 % expliquent qu’il est important pour eux de participer à la préservation de la biodiversité,
• 80 % pensent que cela fait partie de leur bien-être et ajoute à leur qualité de vie,
• 74 % révèlent que la disparition de la biodiversité les affecteraient personnellement.

Ce que les consommateurs attendent des marques

Le sondage indique qu’actuellement, “la plupart des personnes interrogées pensent que les entreprises ont l’obligation morale d’avoir un impact positif sur la société, les personnes et la biodiversité. La confiance dans les entreprises a été très faible au cours de la dernière décennie et les consommateurs ont besoin de voir qu’elles s’engagent en matière d’approvisionnement responsable”.

Mais comment montrer son engagement aux consommateurs ? Les marques peuvent se faire certifier par une organisation indépendante, apposer une étiquette sur leur emballage ou encore adopter une communication plus transparente à l’égard de leurs utilisateurs.

De manière générale, les sondés indiquent que le respect des personnes et de la biodiversité est un facteur d’achat pour eux, en particulier au Brésil. L’achat de produits avec des ingrédients naturels qui sont fabriqués avec respect les fait se sentir bien, leur donne l’impression qu’ils peuvent avoir un impact positif sur la société. Cette tendance est également en hausse au Royaume-Uni et aux États-Unis.

Par ailleurs, les répondants déclarent à :
• 79 % que les entreprises ont l’obligation morale de s’assurer qu’elles ont un impact positif sur les personnes et la biodiversité,
• 74 % ressentir du plaisir à l’achat d’un produit qui respecte la biodiversité et les gens,
• 70 % avoir plus confiance en une entreprise dont l’engagement est certifié avec un label sur ses produits,
• 70 % avoir plus confiance en une entreprise dont l’engagement envers l’approvisionnement éthique de la biodiversité est vérifié par des organisations indépendantes. Pourtant, quand on demande aux sondés de nommer une marque qui respecte les personnes et la biodiversité, seuls 54% peuvent en citer une.
Certaines enseignes ont néanmoins réussi à gagner la confiance du grand public comme Yves Rocher en France, Weleda en Allemagne, Burt’s Bees aux États-Unis, The Body Shop au Royaume-Unis et Natura au Brésil.
Toutes ces marques sont associées à une certaine éthique et un respect de la biodiversité.

Plus de transparence sur les packagings !

Lorsqu’on demande aux consommateurs quelles informations ils aimeraient voir sur l’emballage du produit, ils notent les éléments suivants en tête de liste :
• la liste des ingrédients,
• l’impact sur la biodiversité (soutien aux abeilles, fleurs sauvages, replantation sans déforestation)
• l’origine des ingrédients. Le panel a également indiqué qu’il souhaiterait connaitre l’impact social et la juste compensation des acteurs de la chaîne de production.
De tous les pays étudiés en 2018, les consommateurs brésiliens semblent être les plus intéressés par ces informations sur l’emballage des produits.

Le baromètre 2018 de l’UEBT invite donc les marques à agir et partager leurs actions en faveur de la nature. C’est une véritable attente des consommateurs, ils veulent être fiers de l’éthique des produis qu’ils utilisent.
À l’heure ou la défiance est à son paroxysme, il est indispensable que l’industrie cosmétique agisse en faveur de l’environnement pour regagner la confiance de ses utilisateurs et surtout pour préserver les ressources terrestres.

JS

Tous les articles (742)