mercredi 18 décembre 2019L'actualité des cosmétiques

Opinion du CSSC sur l'aluminium : le "décryptage" de la FEBEA... et la revue à venir du BfR

Opinion du CSSC sur l'aluminium : le "décryptage" de la FEBEA... et les doutes du BfR

Dix ans de polémiques autour de la sécurité de l’aluminium et de ses sels dans les produits cosmétiques viennent peut-être d’arriver à leur terme avec la récente Opinion du CSSC. Publiée début décembre 2019, elle définit des concentrations maximales sûres pour une utilisation sans danger de ces composés dans les antitranspirants, les dentifrices et les rouges à lèvres. Cet avis, même s’il est encore en phase de consultation, est incontestablement déjà une victoire pour l’industrie. Que la FEBEA vient de saluer en publiant un communiqué qui propose un “décryptage synthétique de l’avis du Comité Scientifique”. Mais que le BfR, qui a lui-même procédé très récemment à une évaluation du risque représenté par l’exposition à l’aluminium, annonce vouloir “examiner”…

Temps de lecture
~ 5 minutes

Dans son Opinion, adoptée lors de la réunion plénière du CSSC des 30 et 31 octobre 2019, et ouverte aux commentaires jusqu’au 17 février 2020, le Comité Scientifique considère que l’utilisation de l’aluminium à des concentrations de 6,25 % et de 10,60 % respectivement dans les antitranspirants non-sprays et les antitranspirants en spays est sûre. Le CSSC considère également que l’utilisation de l’aluminium à des concentrations de 2,65 % dans les dentifrices et de 0,77 % dans les rouges à lèvres est, en soi, sûre.

Le 16 décembre, la FEBEA s’est félicitée de cette Opinion dans un communiqué, intitulé : L’utilisation des sels d’aluminium dans les antitranspirants est sûre pour la santé.

Le communiqué de la FEBEA

Le Comité Scientifique pour la Sécurité des Consommateurs (CSSC), comité d’experts indépendant auprès de la Commission européenne, vient de rendre son avis du 31 octobre sur la sécurité d’utilisation de l’aluminium dans les produits cosmétiques.
Dans cet avis, le CSSC considère comme sûre l’utilisation de l’aluminium dans les antitranspirants, les dentifrices et les rouges à lèvres dans les concentrations usuelles des formules commercialisées.
En prenant en compte toutes les voies d’exposition (orale, cutanée, respiratoire) de ces trois types de produits associés, que …

Ce contenu n'est disponible que pour les abonnésPRO, PREMIUM, STARTUP et TPE

Vous êtes déjà abonné(e) ?Identifiez-vous

Découvrir nos abonnements


Eléments associés(2)

L'actualité des cosmétiquesAutres articles

807résultats