CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
16 octobre 2018L'actualité des cosmétiques

Quand les relations presse se simplifient Ajouter à mon portfolio
fonctionnalité réservé aux abonnés pro
voir nos formules d'abonnement

Logo Beautypress

Que ce soit pour un journaliste ou une marque, il n’est pas toujours évident de toucher la bonne cible à temps, faute de contact qualifié. Pour répondre à ce besoin récurrent, la société webportalis crée beautypress, plateforme online de rencontre entre les marques et les médias beauté.

Temps de lecture : ~ 4 minutes

Le concept de beautypress existe depuis les années 2000.
Il y a presque 20 ans en Allemagne, Gabriele Fuchs a lancé l’idée de construire une base de données spécialisée dans la beauté afin de fluidifier le contact entre les marques et la presse.
Depuis, beautypress est parti à l’assaut des États-Unis, du Canada, de la France, de la Belgique, du Luxembourg et plus récemment, du Royaume-Uni.

À quoi ça sert ?

Pour les marques
Pour les entreprises, il est primordial d’avoir une audience importante, une communication rapide et ciblée afin de générer des publications.
beautypress garantit donc un service de diffusion efficace des informations de la marque.
Pour se faire, chaque enseigne possède un espace (press room) dédié sur lequel elle peut mettre en ligne ses produits avec les descriptifs, visuels et contacts à destination de la presse.

beautypress propose également un envoi newsletters de nouveautés sous forme d’emails ciblés à une liste de diffusion individualisée. “Le taux d’ouverture des newsletters avoisine les 40 %, ce qui est énorme”, analyse Pascal Schwaab, responsable commercial beautypress.
De plus, un suivi commercial des statistiques est proposé. Les souscripteurs peuvent avoir un reporting précis des consultations et des téléchargements, le taux d’ouverture des newsletters, et un rapport détaillé tous les six mois.

Toutes les marques sont libres de s’inscrire sur cette base de données. Par souci de confidentialité, les enseignes n’ont pas accès aux informations des autres et ne peuvent donc pas jeter de coup d’œil indiscret sur la stratégie de communication de la concurrence !

Enfin, Pascal Schwaab explique que “le contact humain est tout de même primordial dans ce métier. Le digital ne peut pas s’y substituer. C’est pour cette raison que nous proposons trois fois par an, en France, des journées presse et blogueurs pour que marques, journalistes, pigistes et influenceurs beauté se rencontrent, parlent, échangent et nouent des liens. Dans notre secteur, c’est capital”.

Pour les journalistes
Que le journaliste qui n’a jamais désespéré de trouver le contact requis pour un article en période de bouclage lève la main. Si, parfois, réussir à joindre la bonne personne relève du chemin de croix, beautypress simplifie tout de même la donne.
En effet, l’accès à la plateforme est totalement gratuit pour la presse et les influenceurs.
Attention cependant, l’espace est réservé aux professionnels travaillant pour des médias beauté. Pourquoi ? “C’est une manière de garantir à nos clients que toutes leurs informations sont destinées à une cible qualifiée”, expose Pascal Schwaab.

À la croisée entre une encyclopédie et un annuaire, beautypress offre la possibilité de faire des recherches rapides (par thèmes, mots-clés, tendances, produits ou encore marques) afin de pouvoir trouver des informations et compléter un article.
Avantage non négligeable, les dossiers de presse et les visuels sont téléchargeables depuis la plateforme.
C’est une base de données riche, qui se veut pratique et au service de l’utilisateur.

Les services de beautypress vont de 289 €/6 mois pour la formule la plus simple à 6450 €/an pour le pack le plus complet. Il y en a donc pour tous les budgets.
De plus, l’accès pour la presse est totalement gratuit, pourquoi donc s’en priver ?

JS

Tous les articles (699)