CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
22 mai 2017L'actualité des cosmétiques

Quand Symrise recrée l'odeur du muguet Ajouter à mon portfolio
fonctionnalité réservé aux abonnés pro
voir nos formules d'abonnement

Aujourd’hui encore, ni la distillation à la vapeur ni l’extraction au solvant volatil ne parviennent à capturer correctement l’huile essentielle du muguet. De nombreux acteurs de la parfumerie se sont penchés sur les molécules de synthèse utilisées pour en recréer l’odeur. Lilybelle®, présenté par Symrise, se distingue des molécules synthétiques classiques puisqu’elle apporte une alternative verte à la chimie du pétrole.

Temps de lecture : ~ 3 minutes

Ses clochettes ont inspiré bien des poèmes et des histoires. Fleur fragile qui exhale pourtant une odeur intense et délicate, le muguet est resté pendant très longtemps pour les parfumeurs une fleur muette. Après six années de développement, l’équipe de recherche Symrise a mis au point Lilybelle® : une molécule dont les notes fraîches et transparentes la rendent très proche de la fleur de muguet. Selon le laboratoire, cette innovation a pour but de répondre aux attentes environnementales et sociétales en matière de développement durable et offre au consommateur des produits de la vie quotidienne réunissant performance et éco-responsabilité.

La note florale par excellence

Les notes florales blanches font partie des matières premières les plus répandues de la parfumerie et s’utilisent aisément en toutes circonstances.
Mais si le muguet particulièrement odorant se cultive facilement, ses clochettes fragiles offrent un trop faible rendement. Aucune méthode d’extraction ne permet d’exploiter véritablement ses qualités olfactives.
La seule alternative pour reconstituer l’odeur fraîche et délicate du muguet est le recours aux ingrédients synthétiques. Cependant, certaines molécules synthétiques classiques disponibles sont soumises actuellement à de fortes pressions régulatrices (Lyral, Lilial).

L'enjeu environnemental

Chaque année, plusieurs milliers de tonnes de d-Limonène sont produites à partir de peaux d’orange, déchets de l’industrie du jus de fruits.
En valorisant ce produit secondaire renouvelable, Symrise a conçu et développé un procédé de synthèse qui respecte les 12 principes de la chimie verte (Paul T. Anastas et John C.Warner) :
• utilisation de catalyseurs à chaque étape permettant d’économiser des produits chimiques ;
• récupération des solvants et leur recyclage au sein du procédé de fabrication ;
• rendement élevé limitant la formation de déchets.
Au-delà de l’utilisation de la chimie propre, des études de décomposition environnementale ont démontré que la molécule Lilybelle® est biodégradable.

Une attente du marché

Cette innovation s’inscrit dans un projet de développement durable global pour Symrise, à chaque étape de sa chaîne de production, de son sourcing à son utilisation finale. C'est aussi une réponse à un besoin du marché, et, pour le parfumeur, un nouvel outil de travail répondant à toutes les  exigences réglementaires et du marché, en contribuant au développement durable de façon globale.

© CosmeticOBS-L'Observatoire des Cosmétiques

Tous les articles (722)