lundi 10 octobre 2016L'actualité des cosmétiques

Un composé cancérigène dans les capuchons des rouges à lèvres ?

© CosmeticOBS-L'Observatoire des Cosmétiques

L'EEB (Bureau environnemental européen), fédération des organisations de consommateurs œuvrant pour la protection de l'environnement, dénonce une recommandation de l'ECHA (Agence européenne des produits chimiques) au terme de laquelle un composé cancérigène pourrait continuer à être utilisé dans les capuchons des rouges à lèvres ou des parfums.

Temps de lecture
~ 3 minutes

Communiqué de l'EEB

Des cosmétiques au look tendance sont plus importants que la santé pour l'Agence européenne des produits chimiques.
L'ECHA, l'Agence européenne des produits chimiques, vient de recommander que les entreprises européennes soient autorisées à continuer du Chromium trioxide dans les capuchons de rouges à lèvres et de parfums ainsi que pour d'autres utilisations "décoratives", malgré le fait que des recherches montrent que cette substance chimique peut provoquer des cancers.
Le Chromium trioxide est utilisé en cosmétique et par d'autres industries : dans les voitures, les meubles et les produits pour la maison, pour leur donner un aspect métallique.
[Ndlr : À noter que cette substance est interdite dans les formulations des produits cosmétiques eux-mêmes.]

Les Comités de l'ECHA ont conclu qu'il y avait un manque d'alternatives disponibles sur le marché et que les évaluations socio-économiques montraient que les bénéfices pour les entreprises étaient plus importants que les risques pour la Société.
"Il est étonnant qu'une agence publique comme l'ECHA place les intérêts du business avant la santé publique", a commenté Tatiana Santos, de l'EEB. " Le fait que les comités de l'ECHA aient conclu que des cosmétiques ‘tendance’ étaient d'un plus grand bénéfice pour la Société que de protéger la population du cancer et qu'il n'y avait pas d'alternative au Chromium trioxide est presque risible tellement c'est absurde".'

Si elle était accordée, cette autorisation, selon les chiffres fournis par l'industrie, permettrait l'utilisation du Chromium trioxide dans 1559 usines en Europe, ce qui signifierait l'exposition à cette substance de près de 62 000 travailleurs et de plus de 15 millions de personnes.

L'ECHA a conclu que cette autorisation provoquerait 12 décès évitables par an de même qu'un risque de cancer du poumon pour huit travailleurs exposés sur 1 000 et un citoyen sur 100 000.

Au cours de la consultation publique, plusieurs entreprises ont fourni des informations sur des alternatives déjà utilisées en Europe, mais l'ECHA a considéré qu'aucune n'était praticable pour toutes les utilisations couvertes par la demande d'autorisation de l'industrie. De plus, l'EEB pense que le Comité d'évaluation économique et sociale de l'Agence (SEAC) a ignoré une des alternatives les plus évidentes, oir la nature même de l'utilisation demandée et le fait de savoir si des capuchons métalliques sont vraiment indispensables sur les cosmétiques.

La Commission européenne doit maintenant prendre la décision finale sur cette question et décider de ce qui est le plus important : la santé publique ou les profits de l'industrie.

Source
Fashionable cosmetics more important than health for European Chemicals Agency , Communiqué de l'EEB, 3 octobre 2016.

© CosmeticOBS-L'Observatoire des Cosmétiques
© 2016- 2020  CosmeticOBS

L'actualité des cosmétiquesAutres articles

802résultats