CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
9 avril 2019L'actualité des cosmétiques

Un savon nommé désir Ajouter à mon portfolio
fonctionnalité réservé aux abonnés pro
voir nos formules d'abonnement

Savon

Impossible de se balader dans les allées du pavillon Cosmoprof dédié à la cosmétique naturelle sans remarquer l’omniprésence du… savon ! Pour l’édition 2019 du salon international bolognais, ce produit iconique s’est affiché fièrement sur bon nombre de stands. Qu’importe la taille, le parfum ou encore l’origine, pourvu qu’il soit naturel !

Temps de lecture : ~ 5 minutes

Quand on parle de savon, il est absolument impossible de ne pas penser à la région de Marseille.
Plusieurs créateurs sont venus exposer la spécialité de la cité Phocéenne, comme Jérôme Lambruschini, fondateur de la marque Panier des Sens.
Marseillais d’origine, cet entrepreneur s’est lancé en cosmétique en 2001, d’abord aux États-Unis, en proposant une marque axée autour des produits phares de Marseille.

“Nous avons commencé à vendre du savon de Marseille, liquide et solide. Nous avons fait le choix des États-Unis car vendre ce type de produits, à l’international, est assez pertinent. Les américains sont assez friands du savoir-faire français”, explique-t-il.
Ce n’est qu’en 2010 qu’il décide de rentrer en France et de développer la marque sur le territoire hexagonal.

Pour Jérôme Lambruschini, il n’y pas que le fait qu’un Marseillais se lance dans le savon de Marseille qui soit logique, intégrer une politique éthique et écoresponsable dans sa marque l’est également. “Nous ne travaillons qu’avec des producteurs locaux. En fonction de nos collections, nous nous adressons à des récoltants qui pratiquent une agriculture biologique. En tant que marque, nous avons à cœur de mettre en avant la naturalité de nos ingrédients et de promouvoir le made-in France”.

Même constat pour Aldo Bessone, créateur de la marque Maître Savonitto.
Cet ancien commercial a viré sa cutie professionnelle il y a 11 ans.
Une profonde envie de changer de vie, fonder un projet avec son épouse et surtout mettre à l’honneur la région dans laquelle ils habitent et qu’ils aiment tant : la Provence. Se lancer dans la production de savon était une évidence.
“Tout ce qui est couleur, senteur de la Provence, ça nous parle depuis longtemps. On avait envie de le passer aux autres”, dévoile Aldo Bessone.

Le savon d’Alep n’a pas dit son dernier mot

Le savon français n’a pas été le seul à être à l’honneur au salon Cosmoprof, celui d’Alep a également suscité l’intérêt des visiteurs. Manar Najjar, fondateur de la marque Najel, est syrien d’origine.
Pour ce médecin de formation, l’attachement au savon d’Alep ne date pas d’hier : sa famille en fabrique depuis quatre générations. “Le savon d’Alep est le savon le plus ancien au monde. Il est fabriqué à partir d’huile d’olive et d’huile de baies de laurier, ce qui lui confère des vertus antiseptiques. Pour autant, il ne dessèche pas la peau, au contraire, il est très doux pour l’épiderme”, explique-t-il.

Depuis que Manar Najjar a repris les affaires, la marque a grandit et a étoffé son offre.
Malgré le conflit qu’a connu la Syrie ces dernières années, les savons solides sont toujours fabriqués sur place. Pour le reste des gammes, un laboratoire de recherches & développement a vu le jour à Lyon.

À l’instar des autres fabricants de savon, la naturalité est un critère incontournable pour Manar Najjar.
“Les cosmétiques sont fabriqués selon les référentiels Ecocert ou COSMOS, à partir d’ingrédients biologiques respectueux de l’environnement et issus d’une agriculture durable”, détaille-t-il.

L’écoresponsabilité est certes un axe important pour l’homme d’affaires, mais selon lui, la cosmétique naturelle est également une demande du consommateur.
“On observe un vrai retour au minimalisme. De plus en plus de consommateurs reviennent à l’essentiel. Ils n’ont pas besoin de colorants, de parfums, de produits ajoutés pour faire un produit simple et pur. Quand on dit parfum, on dit allergènes. Alors, est-ce que ça vaut le coup d’ajouter un allergène pour vous, vos enfants ou votre famille, alors que le but du savon, c’est de nettoyer ?”

Simplissime, économique, coloré, parfumé, aux plantes ou aux fleurs, le savon regagne le cœur et la salle de bains des consommateurs….et ce n’est pas les savonniers du monde entier qui s’en plaindront !

JS

Tous les articles (692)