CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
18 juillet 2018L'actualité des ingrédients

Huiles minérales en cosmétique : pas de risques pour la santé, confirme le BfR Ajouter à mon portfolio
fonctionnalité réservé aux abonnés pro
voir nos formules d'abonnement

???

Le BfR (Institut fédéral allemand d’évaluation des risques) a publié le 2 juillet la version anglaise de son Opinion n° 008/2018 du 27 février 2018 sur les huiles minérales utilisées dans les produits cosmétiques, qui complète une première Opinion publiée en 2015. Son évaluation du risque concerne les huiles minérales qui sont en conformité avec les exigences de pureté établies pour les produits pharmaceutiques et celles qui sont autorisées en tant qu’additifs alimentaires, et prend aussi en compte les spécifications du Règlement Cosmétiques. Conclusion : sur la base des connaissances scientifiques actuelles, aucun risque pour la santé ne semble probable pour les consommateurs qui appliquent sur leur peau des produits cosmétiques contenant ces huiles minérales.

Temps de lecture : ~ 4 minutes

Les produits cosmétiques peuvent contenir des huiles minérales. Ce sont des mélanges complexes d’hydrocarbures de différentes tailles et structures. Il faut faire la distinction entre les hydrocarbures d’huiles minérales saturés (MOSH) et les hydrocarbures d’huiles minérales aromatiques (MOAH). Ces derniers peuvent potentiellement contenir des substances cancérogènes, comme des composés aromatiques polycycliques.

D’après le Règlement européen sur les produits cosmétiques, les huiles minérales sont autorisées dans les cosmétiques seulement si leur processus de raffinage et entièrement connu et que le matériau original n’est pas cancérogène, ou si le distillat a été testé selon des méthodes spécifiques (IP346). La méthode IP346 est un test initial pour ces huiles minérales qui doivent ensuite suivre plusieurs étapes de purification pour pouvoir enfin être utilisées dans les produits cosmétiques. Cela doit permettre d’éviter l’utilisation d’huiles minérales dangereuses pour la santé.

Les risques via l’absorption cutanée

Le BfR a évalué les risques pour la santé liés à l’absorption cutanée de MOSH et de MOAH via les cosmétiques. Les huiles minérales hautement raffinées et les cires microcristallines, qui sont en conformité avec les exigences de pureté pour les produits pharmaceutiques, sont utilisées dans les produits cosmétiques d’application topique. Les niveaux de MOAH dans ces huiles minérales sont réduits par le processus de raffinement induits par ces exigences. Comme les MOSH sont difficilement absorbés par la peau, l’application cutanée de produits cosmétiques contenant des huiles minérales n’aboutit pas à une exposition systémique.

Selon les connaissances scientifiques actuelles, aucun risque pour la santé ne semble probable pour les consommateurs qui appliquent sur leur peau des produits cosmétiques contenant ces huiles minérales, conclut le BfR. De fait, il n’y a eu jusqu’à présent aucune déclaration d’effet sur la santé des composants d’huiles minérales contenus dans les produits cosmétiques, alors même qu’ils sont utilisés depuis de nombreuses années et souvent quotidiennement.

Les risques via l’exposition orale

En plus d’une possible absorption cutanée, l’exposition orale a également été considérée, particulièrement pour les produits de soin des lèvres, qui peuvent aussi contenir des huiles minérales. Les huiles minérales de faible viscosité pouvant être facilement absorbées oralement, les huiles minérales de viscosité moyenne et forte, ainsi que les cires microcristallines, sont recommandées dans ce type de produits. Certaines d’entre elles, de qualité alimentaire, ont fait l’objet d’une évaluation de leur sécurité par l’EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments) et leur utilisation a été autorisée dans le secteur alimentaire. Les valeurs de DJA (Dose journalière admissible) ont été fixées pour ces huiles et cires minérales par le JECFA (le Comité d’experts FAO/OMS sur les additifs alimentaires) et par l’EFSA.
Cosmetics Europe, l’association européenne de l’industrie cosmétique, a conseillé aux fabricants de produits de soins des lèvres d’utiliser seulement ces fractions d’huiles minérales pour lesquelles une DJA existe.

La dose d’huiles minérales ingérée via des produits de soin des lèvres contribue pour moins de 10 % de la valeur de la DJA. L’avis du BfR est que, Si les recommandations de Cosmetics Europe sont suivies, aucun effet sur la santé n’est attendu via la voie orale.

Pour aller plus loin
• Voir le texte intégral de l’Opinion du BfR : Highly refined mineral oils in cosmetics: Health risks are not to be expected according to current knowledge, Opinion actualisée du BfR n° 008/2018 du 27 février 2018, remplaçant l’Opinion n° 014/2015 du 26 mai 2015.

FP

Tous les articles (496)