CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
19 novembre 2018L'actualité des ingrédients

Les alternatives de Seppic aux silicones dans les cosmétiques pro Ajouter à mon portfolio
fonctionnalité réservé aux abonnés pro
voir nos formules d'abonnement

Logo Jest

Très utilisées en cosmétiques, les silicones confèrent aux cosmétiques un toucher émollient et sont également bénéfiques pour la peau. Pourtant, leur utilisation est controversée étant donné leur impact négatif sur l’environnement, et pour certaines, sur la santé humaine. Les remplacer devient donc une priorité. Lors de la 18e JEST organisée par Cosmed le 28 septembre 2018, Sabrina Mizael, Emollient Product Manager de Seppic, est venue présenter les alternatives mises au point par sa société pour se passer les silicones.

Temps de lecture : ~ 9 minutes

Cet article n'est disponible que pour les abonnés PRO

Les huiles font partie des ingrédients cosmétiques incontournables. Elles sont appréciées pour leur texture, leur sensorialité et leurs revendications.
Elles ont des origines différentes. Elles peuvent être aussi bien minérales, végétales, animales, siliconées ou provenir d’esters et d’alcools gras.
Les plus utilisées sont les huiles de silicones (comme la Dimethicone et le Cyclopentaxilosane) et les huiles minérales.

Les huiles de silicone lipophiles

Elles sont d’origine non renouvelable (silicium).
Leur procédé de fabrication est très coûteux en énergie.
Les huiles de silicone sont non-biodégradables, elles ont des caractéristiques inertes et non polaires, ce qui les rend très stables en formulation. Elles ont des propriétés très connues en cosmétique et très appréciées comme l’hydrophobie et le côté filmogène. En termes de sensorialité, elles sont connues pour leur toucher agréable, plus ou moins volatile, leur douceur et leur côté matifiant.
“Les plus utilisées sont les diméthicones, les phénylmethicones et les cyclométhicones. Aujourd’hui, les D4 et D5 sont limités à 0,1 % dans les cosmétiques à rincer. La proposition de restriction est fondée sur le fait que le D4 est une substance persistante, bioaccumulable et toxique (PBT) et très persistante, très bioaccumulable (vPvB) et que le D5 est une substance très persistante, très bioaccumulable ...