CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
24 septembre 2019L'actualité des ingrédients

Methyl 2-octynoate : sûr en cosmétique, pour le RIFM pro Ajouter à mon portfolio
fonctionnalité réservé aux abonnés pro
voir nos formules d'abonnement

Methyl 2-octynoate : sûr en cosmétique, pour le RIFM

Le RIFM (Research Institute for Fragrance Materials), organisme scientifique international qui évalue la sécurité des matières premières utilisées dans les parfums, vient de publier ses conclusions sur le Methyl 2-octynoate, un des 26 allergènes soumis à obligation d’étiquetage en cosmétique. Conclusion des experts : la substance est sûre d’utilisation.

Temps de lecture : ~ 3 minutes

Cet article n'est disponible que pour les abonnés PRO

Le Methyl 2-octynoate a été évalué du point de vue de la génotoxicité, la toxicité à doses répétées, la toxicité pour le développement et la reproduction, la toxicité locale pour les voies respiratoires, la phototoxicité/photoallergénicité, la sensibilisation de la peau et l’innocuité environnementale.
Les données montrent que le Methyl 2-octynoate n’est pas génotoxique.
Du point de vue de la sensibilisation de la peau, les données ont mis en évidence un NESIL (No Expected Sensitization Induction Level - Niveau d’induction de sensibilisation non prévisible) de 110 μg/cm2.
Les critères de l’effet toxicologique des doses répétées, des effets sur le développement et la reproduction et de la toxicité locale pour les voies respiratoires ont été évalués à l’aide du TTC (Threshold of Toxicological Concern - Seuil de préoccupation toxicologique) pour un matériau de classe Cramer II : l’exposition au Methyl 2-octynoate est inférieure aux TTC (0,009 mg/kg/jour, 0,009 mg/kg/jour, et 0,47 mg/jour, respectivement).
Les paramètres de phototoxicité/photoallergénicité ont été évalués sur la base des spectres UV ; le Methyl 2-octynoate n’est pas un phototoxique/photoallergène prévisible.
Les paramètres environnementaux ont été évalués ; le Methyl 2-octynoate n’est pas PBT (Persistant, Bioaccumulable, Toxiquese) selon les normes environnementales de l’IFRA et ses quotients de risque, sur la base de son volume d’utilisation actuel en Europe et en Amérique du Nord ...