CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
17 avril 2019Les sélections des experts

Corps : on met la gomme ! Ajouter à mon portfolio
fonctionnalité réservé aux abonnés pro
voir nos formules d'abonnement

Sélection de gommages pour le corps

On dit qu’ils permettent de faire “peau neuve”. Ils favorisent en tout cas l’élimination des cellules mortes, affinent le grain de la peau, augmentent l’efficacité des produits de soins (hydratants, amincissants…) et subliment l’effet des autobronzants. Comment choisir son exfoliant corporel ? Quels actifs privilégier ? À quelle fréquence faut-il pratiquer le gommage ? Quand faut-il l’éviter ? Les réponses ici suivies d’une sélection de gommages pour le corps testés, évalués et finalement recommandés par les experts de CosmeticOBS-L’Observatoire des Cosmétiques.

Temps de lecture : ~ 5 minutes

Pour effectuer un gommage corporel, pas de secret, il faut exercer un frottement sur la peau à l’aide d’un agent abrasif, un peu à la façon d’une toile émeri sur un mur à poncer. On exagère un peu sur la puissance de la chose, mais c’est tout de même le principe des exfoliants dits mécaniques.

Les actifs abrasifs

On ne l’invente pas, c’est leur nom. Et qu’on les appelle exfoliants ou gommants, cela revient toujours un peu à la même chose.
Différents actifs peuvent ainsi prendre la place de la toile émeri : grains de café, cristaux de sucre ou de sel, noyaux d’abricots ou d’amandes broyés, silice, écorces ou pulpes de fruits, poudres de riz, de bambou (la liste est longue)…
Des substances naturelles dont le principal défaut peut être l’irrégularité. Le calibrage au broyage peut se révéler plus ou moins approximatif, créant des aspérités susceptibles d’irriter quelque peu l’épiderme (eh oui, on connaît des gommages qui font mal !).

La bonne formule d’un exfoliant

Il est donc toujours appréciable qu’un gommage fasse place dans sa formule à des ingrédients de nature à limiter l’effet obligatoirement un peu asséchant et irritant du gommage. Émollients et hydratants (sous forme par exemple de glycérol, de squalane ou d’huiles végétales), et agents apaisants et/ou adoucissants (bleuet, aloé vera, miel, tilleul, mauve, hamamélis…) sont ainsi toujours les bienvenus.

En revanche, certaines substances semblent bien plus malvenues dans ce type de produits.
Ainsi l’alcool, surtout s’il est présent en concentration importante renforce le côté inévitablement asséchant du gommage.
Certaines huiles essentielles peuvent s’avérer un peu trop sensibilisantes, voire dermocaustiques, surtout si elles sont frottées longuement sur la peau.
Mieux vaut éviter également les composés suspectés de toxicité, l’exfoliation, affinant le grain de la peau, favorisant aussi leur éventuel passage de la barrière épidermique et leur pénétration dans l’organisme.

Quand pratiquer un gommage ?

On recommande généralement une exfoliation par semaine, pour débarrasser la peau de ses cellules mortes. Plus, c’est souvent trop, il ne s’agit pas non plus de fragiliser l’épiderme. Seules les peaux noires ou au grain très épais peuvent se permettre une exfoliation bi-hebdomadaire.

Le gommage est particulièrement indiqué avant l’application de soins particuliers, puisqu’il favorise la bonne pénétration des actifs et potentialise leur efficacité. C’est notamment le cas pour les amincissants.
Il devient un passage obligé avant la pose d’un autobronzant, le secret d’un joli résultat dans ce cas étant une peau bien lisse au grain régulier, sans aspérités et au moindre défaut.

Mais attention : une exposition solaire est tout à fait déconseillée après un gommage corporel. La peau vient de perdre une partie de sa photoprotection naturelle, elle est fragilisée par les agents abrasifs, et donc beaucoup plus sensible aux effets des rayons UV. Ainsi, les exfoliations ne devraient en fait pas être pratiquées l’été pour préserver l’épaississement naturel de la couche cornée à cette saison. La nature étant bien faite, la peau crée ainsi un moyen simple d’auto-défense face aux agressions solaires…

Comment pratiquer le gommage ?

Quand on ne le pratique pas en institut, rien de mieux que la douche pour un gommage du corps tout entier. On limite ainsi les éclaboussures intempestives et on ne fait pas plus pratique pour l’élimination du produit une fois l’opération terminée.

Le bon geste : étaler le produit sur la peau humidifiée, masser soigneusement mais légèrement tout le corps (et un peu plus longuement ses parties les plus rugueuses : coudes, talons, genoux…) avec des mouvements circulaires sans trop appuyer (on ne parle pas ici de décapage !), puis rincer.
Et terminer le soin avec l’application d’un lait ou d’une huile hydratante et apaisante.

La sélection de CosmeticOBS

LW

Tous les articles (29)