CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
25 novembre 2018Les sélections des experts

Déodorants : roule ta bille ! Ajouter à mon portfolio
fonctionnalité réservé aux abonnés pro
voir nos formules d'abonnement

Sélection de déodorants

Quotidien et souvent indispensable, un bon déo doit être discret mais sûr, ne pas nous lâcher en cours de journée, et évidemment, sans danger pour notre santé. Pour lui encore plus que pour bien d’autres cosmétiques, les critères de choix doivent être stricts et sélectifs. Les experts de CosmetiOBS-L’Observatoire des Cosmétiques les ont appliqués sans concessions pour établir cette sélection de déodorants qu’ils ont testés, évalués et finalement recommandés !

Temps de lecture : ~ 5 minutes

Le choix d’un déodorant commence d’abord par quelques exclusions.

Les ingrédients à éviter

Commençons par les “Sans…”, c’est-à-dire tout ce qu’un produit acceptable ne doit pas être ou contenir.

Pas de sels d’aluminium
Leur cas fait l’unanimité (contre eux !) des experts de L’Observatoire des Cosmétiques. Par leur mode d’action comme par les forts doutes qui planent quant à leur toxicité potentielle pour l’organisme, les sels d’aluminium sont exclus d’office des formulations retenues. Pour bien comprendre cette position, voir l’article “Déodorant ou antitranspirant?”.

Pas d’alcool
Certes, il est astringent et antiseptique, deux propriétés qui en font un actif a priori intéressant dans un déodorant. Mais l’alcool est également doté d’un potentiel irritant à ne pas négliger (surtout pour une application sur des aisselles épilées et à l’épiderme sensible), en plus d’être asséchant et pas forcément non plus dénué de toxicité, surtout quand il est présent dans le produit en dose importante. On peut faire sans, les experts de L’Observatoire des Cosmétiques préfèrent.

Pas (trop) d’allergènes
Les huiles essentielles, souvent utilisées, principalement pour leur action antibactérienne et leurs bonnes odeurs, contiennent beaucoup de ces molécules aromatiques allergènes qui peuvent être sources de réactions indésirables, et avec la fréquence et la répétition des applications, favoriser les sensibilisations, et à terme les allergies. En la matière, pas ou très peu est toujours mieux.

Plutôt bille que spray aérosol
Parce que les flacons aérosol fonctionnent avec des gaz propulseurs, comme les butane, isobutane, propane…, ils ont aussi un potentiel polluant pour l’environnement. Ces COV (Composés Organiques Volatils) font en effet partie des gaz à effet de serre et ils n’ont rien de bon pour le système respiratoire quand on les inhale. Aucun risque de ce type, évidemment, n’est associé à l’utilisation d’un roll-on…

Voilà pour les “Sans…”. Mais les critères de choix ne s’arrêtent pas là, loin de là !

Les actifs à privilégier

Car il faut aussi qu’un déodorant soit efficace, et qu’il assure une protection contre les odeurs et les inconvénients de la transpiration du matin jusqu’au soir. Que doit-il donc contenir pour remplir correctement son rôle ?

Des agents déodorants
Ils sont bien sûr et très logiquement les premiers à être utiles dans ce type de produit :
• Bicarbonate de sodium : Sodium bicarbonate
• Citrate de triéthyle : Triethyl citrate
• Géranium : Pelargonium graveolens flower extract
• Lavande : Lavandula angustifolia flower extract
• Lichen : Usnea barbata extract
• Menthe : Mentha piperita extract
• Ricinoléate de zinc : Zinc ricinoleate
• Romarin : Rosmarinus officinalis flower extract

Des agents astringents
En resserrant les pores, ils contribuent à réguler la transpiration, mais, à l’inverse des antiperspirants (les sels d’aluminium), ils ne la bloquent pas complètement. On en connaît beaucoup qui sont sans danger, et bien tolérés par l’épiderme. En voici quelques-uns :
• Alchémille : Alchemilla vulgaris extract
• Giroflier : Eugenia caryophyllus flower extract
• Hamamélis : Hamamelis virginiana extract
• Lactate de calcium : Calcium lactate
• Mauve : Malva sylvestris extract
• Saule blanc : Salix alba bark extract

Des actifs antibactériens et/ou antimicrobiens
Ils luttent contre les bactéries responsables des mauvaises odeurs de la transpiration :
• Candida bombicola/Glucose/Methyl rapeseedate ferment
• Capryloyl glycine
• Leuconostoc/Radish root ferment filtrate
• Sodium caproyl/lauroyl lactylate
• Sodium usnate
• Lierre : Hedera helix extract (également astringent)
• Sauge : Salvia officinalis extract (également astringent)
• Thé vert : Camellia sinensis leaf extract (également astringent)
On a vu aussi assez récemment arriver sur le marché des formulations à base de probiotiques, destinés à interagir avec le microbiote cutanés et ses bactéries.

Des agents apaisants et adoucissants
Ils viennent améliorer la tolérance cutanée des déodorants, soulager les éventuelles irritations :
• Allantoïne : Allantoin
• Aloé vera : Aloe barbadensis leaf juice
• Alpha-bisabolol : Bisabolol
• Azulène : Azulene
• Mimosa : Mimosa tenuiflora leaf extract
• Réglisse : Glycyrrhiza glabra root extract

Et avec tout ça, si en plus, notre déodorant sent bon et pas trop fort, c’est le bonheur !

La sélection de CosmeticOBS

LW

Tous les articles (31)