CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
22 juillet 2011Lexique cosmétique

Déodorant Ajouter à mon portfolio
fonctionnalité réservé aux abonnés pro
voir nos formules d'abonnement

© Blaj Gabriel/Thinkstock

En cosmétique, un déodorant est un produit destiné à limiter ou à masquer les mauvaises odeurs corporelles liées à la transpiration. À ne pas confondre avec les antitranspirants (ou antiperspirants), dont le mode d’action et les formules sont bien différents.

Temps de lecture : ~ 5 minutes

Un déodorant peut se présenter sous plusieurs formes :
• roll-on à bille, petit et discret
• stick large, plus souvent conçu pour une main d’homme
• vaporisateur, plus rare mais qu’on rencontre encore en cosmétique bio du fait de son caractère écologique
aérosol , à la diffusion souvent large et sèche

À chaque galénique ses petites particularités de formulation, mais la base des actifs mis en œuvre reste identique quelle que soit la forme du déodorant choisi (ce qui relève bien souvent d’un choix pratique et personnel).

Pour assurer son efficacité, un déodorant peut agir à plusieurs niveaux, en ayant recours à différents types d’actifs.

Les agents antibactériens
Qu’on se le dise, la transpiration en elle-même ne sent pas, en tout cas pas mauvais. Ce sont les bactéries naturellement présentes à la surface de la peau qui forment, à son contact, ces odeurs parfois fortes et incommodantes qu’on veut combattre. Et le rôle des agents antibactériens est précisément de lutter contre elles.
Parmi eux, on peut trouver certains conservateurs , et notamment le Triclosan , efficace, mais dont la sécurité d’emploi est remise en cause, notamment par le CSSC européen.

La cosmétique dispose pourtant de plusieurs types d’autres substances, plus inoffensives, qui peuvent le remplacer :
• des ingrédients issus de la microbiologie (fermentation de différentes matières premières) : Candida bombicola/Glucose/Methyl rapeseedate ferment, Aspergillus/Camellia sinensis leaf ferment extract, Lactobacillus/Wasabia japonica root ferment extract…
• des dérivés d’acides aminés : Capryloyl glycine…
• des extraits végétaux : écorce de cannelle (Cinnamomum zeylanicum bark extract), lichen (Usnea barbata extract), houblon (Humulus lupulus extract), écorce de neem (Melia azadirachta bark extract)…

Les agents déodorants
Comme leur nom l’indique, ils sont utilisés pour masquer les mauvaises odeurs, et peuvent être de différentes origines :
• Synthétiques : Acetyl tributyl citrate, Triethyl citrate, Zinc ricinoleate, Phenetyl alcohol…
• Naturels : Menthe (Mentha piperita extract, Mentha piperita water), Géranium (Pelargonium graveolens water)…

Les agents "odorants" ou parfumants
Eux sont mis en œuvre pour apporter leur bonne odeur, ou autrement dit : pour soigner le mal par le bon. C’est principalement le règne des huiles essentielles , qui, en plus de leur parfum frais et agréable, apportent également aux déodorants leurs propriétés antibactériennes .

Les agents astringents
Ils resserrent les pores de la peau, contribuant à limiter la transpiration. Beaucoup sont issus du règne végétal : angélique (Angelica archangelica leaf extract), feuille de bouleau (Betula alba leaf extract), thé (Camellia sinensis leaf extract) ou cannelle (Cinnamomum zeylanicum bark extract) également antimicrobiens , écorce de cyprès (Cupressus sempervirens bark extract) ou de saule (Salix alba bark extract), prêle (Equisetum arvense leaf extract ), hamamélis (Hamamelis virginiana water), mauve (Malva sylvestris extract), sauge (Salvia officinalis extract)…

D’autres agents astringents , plus puissants, vont jusqu’à agir en antitranspirants , ce qui signifie qu’ils ne se contentent pas de limiter mais qu’ils bloquent le processus de la transpiration, avec une efficacité allant de 24 à 48 heures. C’est notamment le cas de tous les sels d’aluminium… qui ne devraient ainsi jamais intervenir dans un "vrai" déodorant, mais seulement dans les produits qualifiés d’antiperspirants.
L’alun, même naturel, est également à classer dans cette catégorie.

Les agents absorbants
Ils viennent en complément des autres actifs pour limiter l’humidité à la surface de la peau, et appartiennent principalement à deux familles :
• Minérale : Alumine (Alumina), Talc, Argiles (Bentonite, Hectorite, Illite, Kaolin…), Silice (Silica)…
• Végétale : ce sont principalement les amidons (d’avoine : Avena sativa starch, de maïs : Zea mays starch, de riz : Oryza sativa starch)…

L'alcool
Dernier ingrédient cité mais non le moindre, l’ alcool figure assez fréquemment dans les formules des déodorants, pour ses propriétés antiseptiques , astringentes et rafraîchissantes.

Sa présence dans ce type de produit, pourtant, peut faire émettre quelques réserves : asséchant et irritant cutané, l’ alcool peut se montrer assez agressif pour l’ épiderme , particulièrement après une épilation. Il n’en reste pas moins que la formule la plus simple (et la moins onéreuse) d’un déodorant reste l’association Alcool + Huiles essentielles … même si on peut faire un peu plus élaboré et nettement mieux toléré, la mise en œuvre de plusieurs huiles essentielles apportant de plus immanquablement son lot conséquent de molécules aromatiques allergènes !

Voir aussi
• les déodorants évalués par les experts de L'Observatoire des Cosmétiques.
• l'article : Déodorant ou antitranspirant ? , dans la rubrique Bien choisir vos cosmétiques.

Tous les articles (180)