CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
2 janvier 2013L'ingrédient du mois

La caféine, l'actif à tout faire Ajouter à mon portfolio
fonctionnalité réservé aux abonnés pro
voir nos formules d'abonnement

©L'Observatoire des Cosmétiques

Anticellulite, anti-poches, anti-rougeurs, anti-âge, antichute de cheveux… quelles propriétés n'attribue-t-on pas à la caféine en cosmétique ? On trouve ainsi cet actif "magique" dans une palette de plus en plus large de produits. Même si ses mécanismes d'action ne sont pas tous clairement élucidés, et son efficacité pas toujours scientifiquement prouvée. La tendance pourtant ne devrait pas s'inverser, puisque de nouvelles applications pourraient bientôt apparaître. Quelques éléments pour comprendre pourquoi la cosmétique décaféinée n'est pas au goût du jour.

Temps de lecture : ~ 8 minutes

La caféine est une molécule organique, un alcaloïde, de la famille des méthylxanthines, comme la théophylline ou la théobromine qui ont aussi des usages cosmétiques.
Elle est naturellement présente dans plus de 60 espèces de plantes partout dans le monde, qu'elle protège des insectes qui leur sont nuisibles en les tuant ou les paralysant. On en trouve particulièrement dans le café qui lui a donné son nom, mais aussi dans le thé, le guarana, le maté, les noix de cola…
La caféine cosmétique, pour des raisons de coût, est cependant le plus souvent d'origine synthétique.

Elle intervient dans de nombreuses catégories de produits de soin du corps et du visage : amincissants, contours des yeux, crèmes anti-âge ou anti-rougeurs, mais aussi produits antichute de cheveux, peut-être bientôt dans de plus en plus de produits de protection solaire où elle pourrait contribuer à prévenir les cancers cutanés.
C'est qu'elle est réputée anti-beaucoup de choses contre lesquelles les cosmétiques s'attachent à lutter…

Anti-graisse

La caféine est le premier actif des produits cosmétiques amincissants, notamment quand ils ciblent la cellulite.
C'est généralement pour son action lipolytique qu'elle y est utilisée : elle stimule en effet la lipolyse, la réaction naturelle de dégradation des lipides de notre organisme, qui lui fournit une partie de son énergie. Elle limite ainsi le stockage des graisses.
Des études ont également montré que la caféine agit aussi en activant la microcirculation cutanée, ce qui influe sur la micro-vascularisation des tissus et modifie l'apparence de la cellulite.

Ces résultats, observés en laboratoire, sont-ils reproductibles sur l'homme ? En clair, la caféine est-elle efficace pour faire mincir ?
Peu d'études sont disponibles pour l'affirmer. Une des plus récentes, menée en 2007 par une équipe de chercheurs brésiliens sur 99 femmes, avait observé, après un mois d'utilisation d'une crème à la caféine, une diminution de la circonférence des cuisses et des hanches pour respectivement 80 % et 66,7 % d'entre elles.
Mais il faut souligner que le produit utilisé contenait 7 % de caféine, alors que les cosmétiques amincissants n'en renferment généralement que 2 à 3 %. Or, l'activité lipolytique de la caféine est dose-dépendante, et on ne pourrait espérer de réelle efficacité qu'à des dosages d'un minimum de 5 %…

On sait d'autre part que la caféine ne peut être efficace que si elle arrive jusqu'à ses cibles, les adipocytes (cellules où est stockée la graisse) des tissus sous-cutanés. Il faut donc qu'elle puisse traverser la barrière cutanée, ce que prévoient la plupart des formulations cosmétiques, avec l'ajout de promoteurs d'absorption, comme le PEG-7 Glyceryl cocoate ou l'alcool (INCI : Alcohol, Alcohol denat.) qui de plus accroît sa solubilisation et évite sa cristallisation…

Anti-poches

On a déjà évoqué la propriété de la caféine à activer la microcirculation.
C'est aussi un vasoconstricteur (qui contracte les vaisseaux sanguins et réduit leur calibre) doublé d'un agent diurétique (qui accélère le drainage et l'élimination des surplus d'eau dans les tissus).
Associé à un petit massage, ou de légers tapotements sous les yeux, voilà qui en fait un actif décongestionnant de choix pour réduire boursouflures et poches ou limiter l'aspect des cernes.
Même si aucune étude clinique ne vient étayer la transposition in vivo des propriétés intrinsèques de la caféine dans les contours des yeux.

Anti-rougeurs

La vasoconstriction provoquée par la caféine a aussi des applications dans les soins du visage. La diminution des vaisseaux sanguins peut contribuer à atténuer les rougeurs, par exemple en cas de rosacée.
À noter cependant que l'effet reste limité, et qu'il n'est que de courte durée. On ne peut ainsi attendre des résultats que par des applications répétées et très régulières.

Antichute de cheveux

On a vu assez récemment apparaître sur le marché des produits antichute à la caféine.
Des études in vitro ont en effet montré qu'elle stimulait la croissance des cheveux. En laboratoire, elle prévient les effets négatifs de la testostérone (hormone masculine qui participe de la chute des cheveux) et retarde l'apparition de la calvitie.
La perspective d'un actif antichute performant (la cosmétique en manque notablement) semble bien prometteuse. Même si, là encore, on manque de données cliniques et de réelle compréhension du mécanisme d'action pour tirer des conclusions définitives quant à l'efficacité de la caféine en la matière.

Anti-photo-vieillissement

Dernières propriétés reconnues de la caféine : ses activités antioxydantes et anti-inflammatoires.

Le caractère antioxydant de la caféine était déjà connu et son pouvoir protecteur, notamment via l'alimentation, bien documenté. Il était donc assez logique de l'utiliser en cosmétique, pour s'opposer aux radicaux libres facteurs de vieillissement prématuré de la peau, notamment dans les produits à visée anti-âge et antirides.

Plusieurs études ont montré de plus que la caféine, en application cutanée, peut réduire les dommages causés à la peau par les rayons UV et prévenir l'apparition des cancers dus aux expositions solaires. Elle aurait en effet la propriété, sans porter atteinte aux cellules saines, d'accélérer la mort des cellules dont l'ADN est endommagé par les rayons UV. Or, ce sont ces cellules "malades" qui sont à l'origine des cancers de la peau. Les cibler pour les détruire, comme le fait la caféine, diminue mathématiquement les possibilités qu'elles continuent à se diviser et à proliférer… et donc les risques de cancers.

Antioxydante, protectrice contre les effets les plus nocifs des UV et anti-inflammatoire (et donc de nature à retarder l'apparition des coups de soleil), la caféine pourrait ainsi bientôt envahir les produits solaires, tout comme les fonds de teint anti-âge avec SPF…

Anti-caféine

Il manque encore un chapitre à tous les "anti" associés à la caféine : celui des personnes qui doivent l'éviter.

La caféine est un GRAS (Generally Recognized As Safe – Généralement reconnu comme sûr) et considérée comme sûre d'emploi par les autorités sanitaires.
Elle a un potentiel mutagène et tératogène, mais à des doses bien plus élevées que ce à quoi on peut être exposé au quotidien. Quelques cas d'urticaires ou d'allergies ont été rapportés à son contact, mais ils restent rares, et la caféine est de bonne tolérance cutanée, sans caractère irritant pour la peau.
La réglementation cosmétique européenne ne la restreint pas, ce qui signifie qu'elle peut être utilisée par les fabricants dans tous les types de produits et sans limitations de dosages autres que celles qu'imposent les formulations.

Il n'en reste pas moins qu'elle peut être responsable d'effets indésirables, et notamment en cas de surdosage : nervosité, insomnies, tremblements, troubles du rythme cardiaque…
Bien sûr, les doses de caféine présentes dans les cosmétiques ne peuvent à elles seules déclencher ces troubles, sauf chez les personnes qui y sont hypersensibles. Mais elles s'ajoutent à celles de l'alimentation (café, thé, sodas, chocolat…) et le seuil "tolérable", variable d'une personne à l'autre, peut parfois être dépassé, par exemple avec une crème amincissante appliquée scrupuleusement matin et soir. Car oui, la caféine "cosmétique" traverse la barrière cutanée (les amincissants sont formulés dans le but de favoriser son passage au travers de la peau) et peut donc rejoindre la circulation sanguine, comme la caféine "alimentaire".

Cela ne devrait toutefois pas l'empêcher de venir enrichir de plus en plus de formules cosmétiques… surtout si on lui découvre encore d'autres propriétés !

© L'Observatoire des Cosmétiques

Tous les articles (88)