lundi 4 juin 2012L'ingrédient du mois

Olive, l'Olea europaea de nos cosmétiques

© Thinstock

S’il est un ingrédient reconnu, et depuis toujours, pour ses vertus à la fois alimentaires et cosmétiques, c’est bien l’olive ! Et sa riche composition en nutriments protecteurs s’avère aussi performante, qu’on la mange ou qu’on l’applique sur la peau, dans les multiples formes que nous offre la nature…

Temps de lecture
~ 4 minutes

Des traditions ancestrales au goût du jour

© Thinstock Quand on dit que les vertus cosmétiques de l’olive sont appréciées depuis toujours, on ne plaisante pas. Ainsi, dès 2000 ans avant Jésus-Christ, les habitants de la Crète minoenne connaissaient déjà ses vertus et l’utilisaient sur leur peau comme dans leurs cérémonies religieuses.
L’Antiquité romaine la transformait en baumes et onguents et s’en massait le corps tout entier. À Rome, les femmes s'en enduisaient les cheveux pour les garder soyeux et souples. Les Provençaux l’ont toujours utilisée pour hydrater et adoucir leur peau. Et si les Gaulois fabriquaient leur savon à base de suif de chèvre, les Marseillais du IX e siècle nous initiaient déjà à leur incontournable spécialité, dont la recette est restée la même ou presque jusqu’à nos jours…
Car aujourd’hui, l’olive n’a rien perdu de ses attraits pour le monde cosmétique. Et beaucoup de marques nées autour du bassin méditerranéen, et particulièrement en Provence, se sont développées en cueillant dans leurs vergers les fruits de l’olivier.
C’est que l’olive, avec son petit goût de nature et sa qualité de vierge généreuse, plaît au consommateur épris de naturalité qu’elle rassure, constitue une matière première accessible aux allures traditionnelles qui plaît, et, qu’en un mot, elle fait vendre.

Des actifs dans l’air du temps

© Thinstock Mais, au-delà de l’amour du terroir (ou de plus basses considérations commerciales), d’autres raisons poussent les formulateurs à intégrer les dérivés de l’olive dans leurs produits. La science, en effet, est venue confirmer les connaissances empiriques d’autrefois, et leur a donné des noms bien savants que nos peaux aiment particulièrement : acides gras essentiels, polyphénols, vitamines A et E, squalane…
Un riche cocktail qui se traduit par des effets forts appréciés de nos jours (particulièrement quand ces derniers passent trop vite !) et largement revendiqués sur les étiquettes de nos produits d’hygiène et surtout de beauté : hydratation, restauration du film hydrolipidique, élasticité et souplesse de l’épiderme, tonicité et régénération des tissus, action antioxydante… L’industrie cosmétique consacre parfois des années à mettre au point des actifs anti-âge moins performants ! Alors qu’il suffit (presque) de se baisser pour ramasser celui-là…

Du fruit et des feuilles

C’est bien sûr l’olive elle-même qui constitue la partie de l’olivier la plus utilisée.
Le fruit de cet arbre provençal fournit ainsi l’huile, une particularité notable en cosmétique où les principales huiles végétales mises en œuvre sont majoritairement issues des graines.
Il peut également intégrer une formule sous forme d’extrait, ou en "pièces détachées", quand on en extrait le squalane hydratant (également connu sous le nom de phytosqualane pour le différencier de l’ingrédient portant le même nom d’origine animale) ou qu’on en récupère la partie insaponifiable émolliente après la fabrication d’un savon.
Mais l’olive elle-même n’est pas la seule ressource fournie par l’olivier : ses feuilles aussi sont précieuses, principalement du fait de leur teneur en antioxydants, parmi lesquels l’oleuropeïne, efficace pour lutter contre les oxydations, et, de plus, dotée de propriétés anti-inflammatoires, antibactériennes et antifongiques ! Et on se rappelle d’un coup pourquoi les produits de l’olivier ont aussi trouvé traditionnellement un usage en tant que médicament…
Moins usitée, l’eau de fleurs d’olivier est parfois aussi présente en cosmétique, là encore pour son action antioxydante.

Olea europaea… quoi ?

Les principaux ingrédients dérivés de l’olive comprennent généralement ce terme, Olea europaea, le terme botanique qui désigne l’olivier, repris par la Nomenclature Internationale des Ingrédients Cosmétiques (INCI). Il est précisé de la partie de l’arbre dont est issu l’actif, ce qui permet de savoir auquel exactement on a affaire : © Thinstock
Olea europaea flower water : Eau de fleur d’olivier – Antioxydante
Olea europaea fruit extract : Extrait d’olive – Entretien de la peau et des cheveux
Olea europaea leaf extract : Extrait de feuille d’olivier – Antioxydant, agent parfumant, hydratant
Olea europaea fruit oil : Huile d’olive – Émolliente, hydratante
Olea europaea fruit unsaponifiables : Insaponifiables d’olive – Émollient, antioxydant
Olea europaea oil unsaponifiables : Insaponifiables d’huile d’olive –Émollient

Et pour être complet, n’oublions pas le terme "olivate", qui signale aussi un dérivé d’olive, comme le fameux Potassium olivate, ou sel de potassium d’acides gras d’olive, qu’on retrouve immanquablement dans tout bon savon de Marseille à l’huile d’olive qui se respecte !

© 2012- 2020  CosmeticOBS

L'ingrédient du moisAutres articles

89résultats