CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
30 janvier 2018Produits

L’électricité au service de la beauté Ajouter à mon portfolio
fonctionnalité réservé aux abonnés pro
voir nos formules d'abonnement

Depuis quelques années, l’étude des courants électriques pouvant être utilisés pour les soins de beauté a donné lieu à des recherches approfondies et a contribué à créer une spécialisation technique nouvelle : l’électricité esthétique ou encore électro-esthétique. Aux côtés des nombreux appareils existants dans l’environnement de la cabine esthétique, quelques dispositifs pour une utilisation à domicile ont été proposés.

Temps de lecture : ~ 12 minutes

En fait, l'utilisation de l'électricité dans les techniques de beauté s'organise autour de deux grands principes qui sont l’électrostimulation et l’iontophorèse. Une autre application, très différente des précédentes, se concentre sur les techniques d’épilation.

L'électrostimulation

Le principe de l'électrostimulation est de stimuler les fibres nerveuses périphériques des muscles au moyen d'impulsions électriques brèves transmises par des électrodes placées sur la surface de la peau. Les impulsions électriques permettent de stimuler différents types de fibres nerveuses :
• nerf moteur avec, pour effet, d’imposer une réponse mécanique musculaire (musculation) ;
• certains types de fibres nerveuses sensitives, pour obtenir des effets antalgiques et endorphiniques (antidouleurs, massage).

Les impulsions électriques électrostimulent les groupes de muscles concernés, les tonifiants et les renforçant. Les bénéfices santé se situent principalement au niveau du renforcement et de la tonicité musculaire.

Il existe quelques appareils, mais presque tous sont dotés de systèmes à électrodes avec une connexion filaire. Ils restent délicats à l’usage. On peut citer le dispositif Bluetens™, pilotable avec une application Smartphone.
Dans le domaine de l’esthétique à domicile, le produit leader est proposé par Slendertone sous le nom de Slendertone Face. D’une certaine façon, il s’agit d’un effet contraire au Botox®. Il ne faudra donc pas rechercher d’effet antirides par ces techniques, mais plutôt une amélioration de la tonicité et de l’ovale du visage.

Il est présenté comme un produit anti-âge pour femme, constitué d'un casque ultra léger qui génère des stimulations électriques pour tonifier le visage et ses dix groupes musculaires. Les muscles du visage nécessitent un exercice très spécifique et difficile à réaliser seul, contrairement aux autres muscles du corps. Slendertone Face renforce la structure du visage en redonnant du volume aux muscles. Le résultat revendiqué par le fabricant est un visage plus ferme, plus jeune et plus tonique.

Les principaux avantages de l’électrostimulation sont multiples et globaux. On note principalement une amélioration de la fermeté et de la tonicité de la peau par une action sur les septums qui la fixent aux muscles peauciers, mais aussi une action sur la microcirculation périphérique et la régénération cellulaire. Un effet d’iontophorèse permet d’améliorer la biodisponibilité des agents actifs.

L'iontophorèse (ou ionophorèse)

C'est une technique ancienne utilisant un faible courant électrique (< 0,5 mA/cm  2 ) afin de faire passer certaines molécules à visée thérapeutique à travers la peau, ou d’en extraire d'autres dans un but diagnostique : on parle alors d'iontophorèse inverse.
Elle est couramment utilisée depuis plusieurs dizaines d’années dans différentes applications : par les kinésithérapeutes par exemple pour des tendinites (avec des AINS ou des corticoïdes), lors de test de sueur (avec de la pilocarpine pour stimuler les glandes sudoripares), dans le traitement des sudations excessives ou en ophtalmologie pour le traitement des infections bactériennes ou virales cornéennes.

Dans le monde de la beauté, c’est son rôle concernant l’amplification de l’absorption percutanée qui a été initialement recherchée. Principalement mis en œuvre avec des applications filaires, l'utilisation reste assez compliquée, cantonnant ces techniques au cabinet ou à l’institut.

Elles ont connu un regain d’intérêt avec l’apparition des patchs électriques au début des années 2000. Ces dispositifs se présentaient sous la forme d’un matériau multicouche fixé sur un support de l’épaisseur d’une feuille de papier. Une anode et une cathode au contact de la peau permettaient de faire circuler des micro-courants de faibles intensités (de 1 à 5 mV/cm²).

Les bénéfices délivrés par ces dispositifs se situent à deux niveaux : une activité modérée d’électrostimulation et un effet d’iontophorèse permettant d’améliorer l’imprégnation cutanée de molécules candidates. Il s’agit principalement de molécules présentant une charge polaire permettant l’attraction ou la répulsion suivant le cas. On peut citer les biopeptides ou certains oligosaccharides. D’autres bénéfices beauté ont progressivement étédécrits : antirides, amélioration du teint, pénétration des actifs, etc., rendant ces dispositifs globaux et utilisables seuls ou en complément d’autres produits topiques.

Cette technologie existe encore à ce jour au travers de produits commercialisés sous les noms de Iontoteam™ ou le Patch FeeliGold™.
Ce dernier dispositif est le plus intéressant. Il a été développé par la société Feeligreen. Il consiste en un dispositif basé sur une pile alcaline intégrée dans un timbre destiné à être appliqué sur la peau. Le générateur de tension permet de délivrer un courant de faible intensité au travers de la peau par l’intermédiaire d’un système d’électeurs de se trouvant dans le timbre (EP294347 A1). La caractéristique de ce dispositif réside dans le fait qu’un autorégulateur fait varier la tension délivrée par le générateur en fonction de la mesure en continu de la résistivité de la peau. De plus, un travail particulier a été mené sur la nature des matériaux utilisés, rendant le dispositif parfaitement biocompatible. Enfin, son prix d’obtention beaucoup abordable que les premiers dispositifs, exagérément couteux, devrait le rendre d’un accès plus facile.

Récemment, ces technologies ont également été documentées* vis à vis de propriétés nouvelles comme celle de favoriser la libération de facteurs de croissance sous l’effet des micro-courants.

L'épilation

Au-delà du "chauffe cire" utilisant l’électricité, cette source énergétique est utilisée dans les techniques directes d’épilation. Le procédé consiste à faire glisser dans le follicule pilo-sébacé une fine aiguille transmettant un courant électrique. Ce courant détruit le bulbe pileux soit par électrocoagulation (destruction par la chaleur, appelé également thermo-coagulation), soit par électrolyse (destruction par réaction chimique), selon la nature du courant. Il s’agit de techniques qui doivent être pratiquées plutôt en cabine par un opérateur qualifié. Il existe toutefois quelques appareils à domicile.
Très lente et plus douloureuse, l'épilation électrique est de plus en plus remplacée d’autres techniques, laser ou lumière pulsée.

Les appareils à électrolyse

Très populaires depuis leur mise à disposition pour le grand public, ces appareils existaient déjà sous d’autres formes et pour d’autres indications, dans certains centres de soins professionnels (notamment pour l’épilation ou encore l’électrothérapie). Ils sont basés sur le phénomène de déplacement des ions dans les tissus de la peau, sensé influencer le métabolisme cellulaire.

L’appareil est petit et tient facilement dans la main. Il est composé d’un corps (manche) et d’une tête à disque (électrode) sur laquelle vient de fixer un carré de coton. Plusieurs boutons sur le manche permettent de choisir le programme souhaité ainsi que l’intensité.
Concrètement, ce sont des réactions électriques polaires de type aimants, qui vont donc aspirer ou refouler des composés à la surface de la peau ou encore stimuler la peau, selon l’effet recherché. Les séances sont totalement indolores. Selon le mode choisi (et donc le pôle électrique), on peut avoir des actions différentes, par exemple :
• effet vaso-dilatateur (dilate les orifices de la peau) et donc désobstruant ;
• effet vaso-constricteur (contracte les orifices de la peau) et donc astringent ;
• effet massant (activation la circulation sanguine) et donc stimulant ;
• effet "push" (pousse les produits plus profondément dans la peau selon le principe de l’aimant), et donc utile pour faire pénétrer par exemple un soin hydratant ou lissant ;
• effet "stick" (attire un composé vers la surface de la peau selon le principe de l’aimant), et donc utile par exemple pour "aspirer" le sébum et purifier la peau.

Les différents modes peuvent être alternés pour couvrir toute une routine. Les produits utilisés sont de type liquide (aqueux) et doivent obligatoirement contenir des électrolytes pour conduire les ions. Ce sont donc des lotions, avec lesquelles on imprègne un disque de coton qu’on place sur l’électrode. L’électrode est ensuite promenée sur la peau pendant un temps donné pour obtenir l’effet recherché.

• Les promesses
Un nettoyage de la peau optimisé, une meilleure pénétration des soins et donc une efficacité décuplée.
• Pour qui ?
Pour celles qui souhaitent profiter plus pleinement (si tant est que ce soit possible) de leurs soins du visage. Pour celles qui souhaitent ajouter un côté "technologique" rassurant à leur routine de soin. Pour les peaux matures qui ont besoin de plus de stimulation pour assimiler des soins.
• C’est efficace ?
Il est difficile de mesurer objectivement l’efficacité des appareils à électrolyse. Le principe fonctionne parfaitement en théorie, mais qu’en est-il d’une mesure objective en termes de résultat cosmétique ?
• C’est sûr d'utilisation ?
Mais plus encore que sur leur efficacité, on peut s’interroger sur leur innocuité. Le principe de l’électrolyse étant la décomposition/recombinaison de molécules (l’électrolyse d’une solution d’eau salée dégage soit du dihydrogène soit du dichlore, selon le sens de la polarité), quels composés toxiques les lotions utilisées pourraient-elles libérer dans l’air et sur la peau sous l’action de l’électrolyse ? Je n’en ai pas la réponse…
L’utilisation d’appareils à électrolyse est fortement déconseillée chez la femme enceinte mais aussi en cas de maladie cardiovasculaire ou infectieuse, de tumeur, de troubles de la pression artérielle, en période de menstruations, sous l’influence de l’alcool ou de médicaments, si on possède des implants métalliques sous la peau… mais sans plus de précisions de la part des fabricants sur le pourquoi de ces restrictions…
• Les appareils
La plus connue est la Hada Crie de la marque japonaise Hitachi, disponible uniquement en vente au Japon. On peut cependant s’en procurer via certains sites Internet.
En Europe, les seuls appareils de ce type concernent le domaine de l’épilation, mais aucun industriel de l’électro-beauté ne semble s’être lancé dans l’aventure. Autre point en suspens concernant l’innocuité ? Encore une fois, si vous avez des informations sur ce type d’appareil commercialisé par une marque européenne, n’hésitez pas à le mentionner en commentaire.

* Electric Fields Release Growth Factors , Cosmetics & Toiletries, 6 juillet 2015 - Skin Rejuvenation with Non-Invasive Pulsed Electric Fields , Nature, 12 mai 2015.

Contribution réalisée par Jean Claude Le Joliff
Biologiste de formation, Jean Claude Le Joliff a été un homme de R&D pendant de nombreuses années. Successivement en charge de la R&D, puis de la Recherche et de l’Innovation dans un grand groupe français de cosmétiques et du luxe, et après une expérience de création d’un centre de recherche (CERIES), il s’est tourné vers la gestion de l’innovation.
Il a été par ailleurs Professeur associé à l’Université de Versailles Saint Quentin (UVSQ) et reste chargé de cours dans le cadre de plusieurs enseignements spécialisés : ISIPCA, IPIL, ITECH, UBS, UCO, SFC etc.
Il est le fondateur de inn2c, société de conseil en R&D et Innovation. Consultant auprès de plusieurs sociétés internationales, il a participé activement à des projets comme Filorga, Aïny, Fareva, et bien d’autres.
Il a créé la Cosmétothèque®, premier conservatoire des métiers et des savoirs faire de cette industrie.

© Cosmétothèque® – Tous droits réservés

Tous les articles (28)