CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
16 octobre 2017Organismes professionnels

Anses : le Triclocarban pourrait agir comme perturbateur endocrinien pro Ajouter à mon portfolio
fonctionnalité réservé aux abonnés pro
voir nos formules d'abonnement

© CosmeticOBS-L'Observatoire des Cosmétiques

Dans le cadre de la Stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens (SNPE), l’Anses a publié les résultats d’évaluation de cinq substances chimiques suspectées d’être perturbatrices endocriniennes, parmi lesquelles le Triclocarban. L’Agence poursuit actuellement ses travaux par l’évaluation des cinq substances inscrites à son programme de travail 2017 dans le cadre de la SNPE.

Temps de lecture : ~ 4 minutes

Cet article n'est disponible que pour les abonnés PRO

Le Plan national santé environnement 2015-2019 (PNSE3) se donne pour ambition de contribuer à la mise œuvre de la SNPE et a confié à l’Anses la charge “d’évaluer de manière plus précise et ciblée, le danger et l’exposition des populations et de l’environnement à certaines substances perturbateurs endocriniens pour mieux les gérer”. Dans ce cadre, l’Anses s’est vue confier l’expertise d’au moins cinq substances par an. L’Agence a rendu public l’avis relatif à l’évaluation des cinq substances inscrites à son programme de travail 2016 : TMBPF (4,4’-méthylènedi-2,6-xylénol), Triclocarban, RDP (tétraphényl m-phénylène bis(phosphate), Dicyclopentadiène et Sulfate d’étain.

En ce qui concerne le Triclocarban, l’Anses a réalisé une analyse des meilleures options de gestion des risques (Risk management option analysis ou RMOA), suivant la procédure en vigueur utilisée par l’ECHA et les États membres de l’Union européenne pour présenter l’évaluation effectuée sur cette substance.

Le Triclocarban, substance chimique principalement utilisée en tant qu’agent antibactérien et antifongique, listé dans l’Annexe III (substances soumises à restrictions) et l’Annexe V (conservateurs) du Règlement Cosmétiques 1223/2009, ne fait actuellement par l’objet d’une classification harmonisée mais il existe néanmoins des propositions de classification dans les dossiers industriels pour le classer en tant que :
• Toxicité aquatique aigüe catégorie ...