CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
11 mars 2014Publications scientifiques

Alerte sur le nano-argent Ajouter à mon portfolio
fonctionnalité réservé aux abonnés pro
voir nos formules d'abonnement

Les nanoparticules de zinc et de dioxyde de titane ne sont pas les seules à susciter l’inquiétude. Le nano-argent, qu’on trouve par exemple dans les compléments alimentaires, les cosmétiques et les emballages alimentaires, est également ciblé par les scientifiques. Une récente étude danoise montre qu’il peut pénétrer dans nos cellules et provoquer des dommages.

Temps de lecture : ~ 4 minutes

L’argent a un effet antibactérien et c’est pour cette raison que les industries alimentaires et cosmétiques l’utilisent fréquemment sous forme de nanoparticule.
On en trouve par exemple, dans des bouteilles, des cosmétiques, des pansements, des brosses à dents, des chaussettes de sport, des réfrigérateurs, des machines à laver et des emballages alimentaires.

“L’argent en tant que tel ne présente aucun danger, mais quand on le réduit à une taille nano, les particules deviennent suffisamment petites pour pénétrer la paroi cellulaire. Si le nano-argent pénètre à l’intérieur d’une cellule humaine, cela peut provoquer des changements dans la cellule”, expliquent le professeur Frank Kjeldsen et le docteur Thiago Verano-Braga, du département de biochimie et de biologie moléculaire de l’Université du Danemark du Sud.

Ils viennent de publier les résultats d’une étude prouvant les dommages causés aux cellules par le nano-argent dans le journal ACS Nano. Les chercheurs se sont concentrés sur des cellules intestinales humaines, les plus susceptibles d’entrer en contact avec des nanoparticules d’argent ingérées avec de la nourriture. “Nous pouvons confirmer que le nano-argent provoque la formation de radicaux libres dangereux pour les cellules. Nous avons aussi observé des changements dans la  forme et le nombre de protéines. Cela nous inquiète”, affirment Frank Kjeldsen et Thiago Verano-Braga.

Un grand nombre de maladies graves sont caractérisées par une surproduction de radicaux libres dans les cellules. Cela s’applique au cancer et à des maladies neurologiques comme Alzheimer ou Parkinson.
Frank Kjeldsen et Thiago Verano-Braga soulignent que leur recherche a été effectuée sur des cellules humaines en laboratoire, et non pas in vivo. Ils précisent aussi qu’ils ne savent pas à quelle dose de nano-argent une personne doit être exposée avant de constater l’émergence de ces changements cellulaires : “Nous ne savons pas quelle dose est dangereuse, donc nous ne pouvons pas conclure que le nano-argent peut vous rendre malade. Mais nous pouvons dire que nous devons être très prudents et s’inquiéter quand on observe une surproduction de radicaux libres dans les cellules humaines”.

Le nano-argent est également commercialisé en tant que complément alimentaire, revendiquant un effet antibactérien, antigrippal et anticancérigène. Le nano-argent peut avoir une influence sur la numération sanguine et l’état de la peau. Dans l’Union européenne, la commercialisation des compléments alimentaires et des aliments revendiquant des effets médicaux n’est pas autorisée. Mais le nano-argent est facile à trouver et à acheter sur Internet.
Suite à cette publication, l’administration vétérinaire et alimentaire danoise met en garde contre la prise de compléments alimentaires contenant des nanoparticules d’argent.

Pour aller plus loin
• Voir l’étude Insights into the Cellular Response Triggered by Silver Nanoparticles using Quantitative Proteomics, de Thiago Verano-Braga, Rona Miethling-Graff, Katarzyna Wojdyla, Adelina Rogowska-Wrzesinska, Jonathan R. Brewer, Helmut Erdmann et Frank Kjeldsen, in ACS Nano, 10 février 2014, 35 $.

FP

Tous les articles (84)