CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
30 juillet 2013Publications scientifiques

Nouvelle méthode pour évaluer la tolérance des cosmétiques pour bébés Ajouter à mon portfolio
fonctionnalité réservé aux abonnés pro
voir nos formules d'abonnement

La publication est signée par trois membres du Département de l'évaluation de la sécurité du groupe Pierre Fabre. Ils ont mis au point une nouvelle méthode, utilisant de l'urine artificielle, qui permet d'évaluer la tolérance et le niveau de protection des produits cosmétiques pour bébés. L'étude a été publiée par le journal Toxicology in Vitro.

Temps de lecture : ~ 3 minutes

Résumé

En raison de l’incapacité d’un bébé à contrôler sa miction, la peau du siège a des besoins spéciaux pour assurer sa protection contre les effets irritants de l’urine et prévenir la dermatite du siège, comme des produits de nettoyage et de protection de la peau. Plusieurs modèles in vitro existent pour établir leur tolérance. Des essais in vitro avec de l’urine artificielle permettent de s’assurer des effets protecteurs des cosmétiques destinés au siège. Ainsi, un nouveau modèle défini comme "urine artificielle pour essai in vitro " a été ajouté à notre programme traditionnel  d’essais in vitro précliniques. L’interleukine 1- α (IL1- α) est une cytokine pro-inflammatoire très active et pléiotropique. Elle joue un rôle fondamental dans le phénomène d’inflammation, et est le miroir biologique de l’irritation provoquée par une dermatite du siège. Cette étude permet de déterminer, sur des explants de peau humaine, si une formulation cosmétique est bien tolérée en présence d’urine artificielle comme en son absence, et si elle en mesure de diminuer la production d’IL1-α induite par l’urine artificielle ou le dodécylsulfate de sodium. Trente et un tests, correspondant à 17 formules propriétaires, 10 formules du marché et 4 combinaisons de produits ont été menés, et les données obtenues sont représentées sur une simple échelle à quatre points (du pratiquement non protecteur au très protecteur). Cette étude permet de déterminer des groupes de formules-types qui présenteront des propriétés protectives prévisibles dans les essais cliniques à venir et lors de la comparaison avec des produits concurrents. C’est une aide extrêmement utile au stade de la formulation, et elle fournit des données facilement utilisables pour établir le niveau de risque du cosmétique.

Pour aller plus loin
Cette étude, intitulée Baby care product development: artificial urine in vitro assay is useful for cosmetic product assessment , est publiée dans le Journal Toxicology in Vitro, est en vente au prix de 31,50 dollars sur le site de Science Direct .

Tous les articles (74)