CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
21 février 2013Publications scientifiques

Une étude sur la teneur en plomb des rouges à lèvres en Europe Ajouter à mon portfolio
fonctionnalité réservé aux abonnés pro
voir nos formules d'abonnement

© Thinkstock/L'Observatoire des Cosmétiques

Publiée dans le Journal of Pharmaceutical and Biomedical Analysis, cette étude a analysé 223 produits de 55 marques. Conclusions : les rouges à lèvres contiennent plus de plomb que les gloss, et les produits les moins chers sont aussi ceux qui en contiennent le plus.

Temps de lecture : ~ 3 minutes

Résumé

Deux cent vingt-trois produits, de 55 marques différentes, ont été achetés dans quinze des États Membres de l’Union Européenne, et leur teneur en plomb analysée. Différents types de produits (rouges à lèvres et gloss), teintes (rouge, marron, pourpre et rose) et gammes de prix (trois catégories) ont été étudiés. La méthode d’analyse utilisée est une digestion acide accélérée par micro-ondes, suivie d’une spectrométrie d'émission atomique à plasma à couplage inductif (ICP) et d’une spectrométrie de masse. Les résultats montrent que 49 échantillons (22 %) contiennent du plomb en quantité supérieure à 1 mg/kg, soit 31 % des rouges à lèvres et 4 % des gloss. En moyenne, la teneur en plomb des rouges à lèvres (0,75 mg/kg) est quasiment le double de celle trouvée dans les gloss (0,38 mg/kg). Cette différence est jugée statistiquement valable avec un indice de confiance de 95 %. Excepté pour la couleur marron, des niveaux de plomb statistiquement plus élevés ont aussi été trouvés en comparant la teneur moyenne en plomb des rouges à lèvres et des gloss de même teinte : rose (0,81 et 0,38 mg/kg), pourpre (0,88 et 0,37 mg/kg) et rouge (0,58 et 0,25 mg/kg.)

L’influence du prix sur la teneur en plomb a été étudiée sur les deux types de produits séparément. Pour les gloss, aucune différence n’a été trouvée. Pour les rouges à lèvres, les produits les plus chers (catégorie III) contiennent une quantité significativement inférieure de plomb que les produits les moins chers (catégorie I). Les rouges à lèvres avec les teneurs en plomb les plus élevées appartenaient à la catégorie II.

En tout état de cause, les teneurs en plomb effectivement mesurées dans les produits finis sont toutes très inférieures aux valeurs limites recommandées en Allemagne (20 mg/kg) ou au Canada (10 mg/kg). La publication de cette étude présente des informations sur la situation actuelle du marché européen, et donne aux responsables politiques des renseignements sur la teneur en plomb de produits pour les lèvres, et sur les niveaux possibles techniquement.

L' étude complète est en vente sur le site Internet Science Direct au prix de 31,50 €.

Tous les articles (83)