CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
17 juin 2013Publications scientifiques

Une nouvelle nano-aiguille pour percer les secrets de la peau Ajouter à mon portfolio
fonctionnalité réservé aux abonnés pro
voir nos formules d'abonnement

Des chercheurs de l’Université de Bath (Royaume-Uni) utilisent une technique d’avant-garde pour étudier les propriétés et les caractéristiques de notre peau : des essais qui peuvent ouvrir la voie à de nouveaux traitements de la dermatite, et améliorer la compréhension du processus du vieillissement de la peau.

Temps de lecture : ~ 4 minutes

Communiqué de l'Université de Bath

Grâce à une nano-aiguille, couplée à la microscopie à force atomique (AFM), les chercheurs étudient la structure de la fine couche supérieure de notre peau, appelée stratum corneum, avec les premiers essais de ce type.

Cette couche de l’épiderme, dont l’épaisseur est habituellement de 1/10 à 1/5 de celle d’une feuille de papier (0,01-0,02 mm), est la barrière qui permet de retenir l’eau à l’intérieur de notre corps, et les microbes à l’extérieur. Depuis longtemps, les spécialistes de la peau cherchent à savoir comment le stratum corneum remplit sa fonction tout en conservant sa force et son élasticité remarquables.

Dans un nouvel article, publié dans le Journal of Investigative Dermatology, James Beard, récent titulaire du doctorat, le Dr Sergey Gordeev et le Pr Richard Guy montrent le potentiel de la nano-aiguille pour l’examen des cornéocytes – le type de cellule prédominant dans l’épiderme de la peau. Jusqu’à cette recherche de Bath, il était seulement possible d’examiner la surface des cornéocytes avec l’AFM. Maintenant, grâce à cette nouvelle technologie de la nano-aiguille, les chercheurs faire la lumière sur la structure de la cellule en profondeur.

Lors de l’examen d’échantillons de stratum corneum de volontaires humains, une nette différence entre la couche externe des cornéocytes, assez douce, et la structure interne, plus rigide, a pu être observée. La nano-aiguille permet d’effectuer un scan mécanique (appelé tomographie) de la cellule, qui donne la possibilité de détecter les modifications structurales et mécaniques causées, par exemple, par des facteurs environnementaux, le vieillissement ou des maladies de peau.

Ainsi que l’explique le Dr Sergey Gordeev, du Département de Physique de l’Université : " L’AFM nous permet d’obtenir des images des échantillons en les explorant avec une sonde très fine – en fait, de la même façon que les personnes aveugles obtiennent des informations sur la forme d’un objet en les touchant avec les doigts. Mais, jusqu’à présent, nous avions seulement pu mettre en œuvre cette technique pour étudier les propriétés de surface des matériaux. En mettant une nano-aiguille à l’extrémité d’une sonde AFM, nous avons étendu nos possibilités d’imagerie dans la troisième dimension. Nous sommes convaincus que cette nouvelle technique aura de nombreux débouchés intéressants en biologie, nanomédecine and science des matériaux ".

Le Pr Richard Guy, du Département de Pharmacie et Pharmacologie, ajoute : " Une compréhension plus approfondie de la biomécanique de la fonction barrière de la peau, et des liaisons entre ce rôle et les propriétés physiques des cellules de la peau humaine, peut amener au développement d’une nouvelle thérapeutique ou de nouveaux produits cosmétiques pour rétablir ou renforcer la peau. Cela devrait bénéficier, par exemple, aux personnes qui ont une peau sèche ou encline aux eczémas et, peut-être, à la population âgée dont la peau se fragilise progressivement dans le temps ".

Pour aller plus loin
• Voir l’article " Mechanical Tomography of Human Corneocytes with a Nano-needle ", sur le site de l'Université de Bath

Tous les articles (82)