jeudi 16 janvier 2014Zoom Nouveautés

Le charme des perles cosmétiques

© L'Observatoire des Cosmétiques

Belles à regarder (mais pas que), elles réinventent nos soins cosmétiques, accomplissant un véritable "design d’émulsion". Avec elles, le contenu lui-même (et non plus le contenant) devient spectaculaire ! Enfin, bonne nouvelle, elles se démocratisent. Ce sont de vraies perles !

Temps de lecture
~ 5 minutes

À la fois féminines et High Tech, les perles qui encapsulent les actifs cosmétiques ont le vent en poupe. Il faut reconnaître qu’elles ont un côté magique et transforment de banals sérums et crèmes blanches en parures précieuses et hautement désirables !
Semblables à du caviar avec leur membrane transparente ultra-fine et leur cœur liquide multi-phases, ces perles représentent une nouvelle approche de la formulation. De taille et de couleur variables, elles renferment un cœur d’huiles entouré d’une bille d’eau, séparant les actifs hydrosolubles des actifs liposolubles. Un procédé qui protège les substances actives jusqu’à leur application sur la peau et préserve l’efficacité du soin durant tout son temps d’utilisation.
Il n’y a aucune altération du pouvoir des actifs, ces derniers n’étant pas en contact avec l’air. Cette technologie devient particulièrement intéressante quand les actifs sont fragiles ou incompatibles entre eux, puisqu’elle permet de les faire cohabiter sans interaction. C’est aussi une garantie de formules "fraîches" en quelque sorte (on mélange les actifs à la dernière minute, au moment où l’on ouvre son pot ou son flacon-pompe).
Explicites, les perles cosmétiques mettent en scène le contenu du produit (les actifs sont rendus visibles). Mais elles ne font pas que rendre nos soins attirants, elles permettent aussi de diminuer, voire supprimer, nombre d’additifs chimiques. Cette innovation permet d’utiliser moins de conservateurs, les actifs étant protégés par la perle jusqu’à l’application sur la peau. Et de supprimer les émulsifiants. Du fait que les actifs huileux sont séparés des actifs aqueux, ils ne nécessitent plus de surfactants pour être liés, puisque par nature, ils sont non miscibles. Toujours ça de pris pour la peau !
Résultat, des formules de pointe dotées de qualités sensorielles inédites. Une expérience de soin surprenante !

Des soins plus accessibles

Cette technologie est coûteuse, on s’en doute, c’est pourquoi les premières à l’avoir proposée sont les marques de luxe comme La Prairie, particulièrement légitime pour exploiter ce caviar de beauté (Concentré Liftant Dermo Caviar, 50 ml, 414 €) et Guerlain (Abeille Royale Cure Jeunesse 1 mois, 40 ml, 217 €).
Signalons que Guerlain fut un des premiers à miser sur les perles cosmétiques dans les célèbres bases de teint Météorites Perles (Base Perfectrice Anti-Terne, 30 ml, 59 € ; Blanc de Perle, P.E.A.R.L Fusion Traitement Blanchissant, 9,4 ml, 113 €…).

Mais ce procédé d’encapsulation tend à se démocratiser. On voit ainsi fleurir en ce mois de janvier des soins à base de perles cosmétiques à moins de 100 €.
Le cas de Clémascience, marque dédiée à la Pomothérapie (actifs issus de la pomme) et de son Sérum anti-âge Pearl Apple Pomissime Jeunesse (50 ml, 59,90 €, chez Parashop).
Et du Dr. Brandt qui lance dès à présent Transforming Pearl Serum (40 ml, 99 €, chez Sephora) dans la gamme D.N.A (Do Not Age, un jeu de mots sur ADN ou DNA en anglais). Ce sérum antirides, liftant et raffermissant, améliore la longévité et l’énergie des cellules, favorisant leur qualité de vie. À chaque application, une perle se brise, libérant à la dernière minute le complexe revitalisant Juvenessence .

Deux types d’applications

Adaptés au conditionnement, il existe en fait deux types d’applications.
Dans le cas d’un flacon-pompe (Clémascience, Dr. Brandt), les perles en suspension dans le gel se dissolvent à chaque pression sur la pompe. Pour le Concentré Liftant Dermo Caviar de La Prairie, le flacon-pompe nécessite d’appuyer sur l’activateur et de secouer vigoureusement le flacon jusqu’à ce que les perles se dissolvent.
Quand il s’agit d’une crème (Guerlain), les perles de gelée royale étant conditionnées à part, il faut les mélanger à la crème juste avant l'application à l’aide de la spatule qui est fournie (elles fondent alors exactement comme du sucre dans le café). On referme le pot, on attend dix minutes que les perles libèrent leur contenu dans la crème et on applique ce mélange fraîchement préparé chaque jour pendant un mois. Ce concept résolument novateur en fait la première "cure de gelée royale" concentrée, pure et parfaitement préservée, qui peut délivrer à la peau toute sa puissance réparatrice et nutritive.

Une invention française

Toutes ces perles sont le fruit de la société Capsum, une start-up marseillaise née en 2008. Capsum a d’ailleurs reçu en 2012 le prix INPI de l’innovation pour ce procédé puis, en 2013, le prix de l’entreprise d’avenir. Et Sébastien Gardon, un de ses fondateurs (ex de Saint-Gobain) a reçu l’an dernier le prix de l’entrepreneur de l’année pour la région Méditerranée.
Les perles cosmétiques, à l’échelle du micromètre, sont produites une à une et les émulsions cosmétiques goutte-à-goutte, mais à grande vitesse, avec une technologie brevetée et un appareil de production sophistiqué. Plus de 30 brevets ont été déposés pour protéger cette avance technologique.
La jeune entreprise fourmille de projets. Ainsi, elle "planche" sur le développement d’un nouveau type de parfum, avec Givaudan, fabricant mondial de fragrances. Un parfum sérum, beau, sans alcool, dont la texture et le mode d’application prolongent la durée de diffusion. Une réelle innovation qui invente une nouvelle gestuelle. Ce projet devrait aboutir courant 2014. À suivre donc…

Ariane Le Febvre

© L'Observatoire des Cosmétiques
© 2014- 2020  CosmeticOBS

Zoom NouveautésAutres articles

335résultats