CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
14 février 2019Zoom Nouveautés

Les probiotiques débarquent dans les shampoings ! Ajouter à mon portfolio
fonctionnalité réservé aux abonnés pro
voir nos formules d'abonnement

Zoom

Après les nettoyants, les soins visage et même quelques soins corps, voilà que cette famille d’ingrédients qui révolutionne la formulation de nos cosmétiques depuis quelques temps arrive dans les capillaires ! Shampoings et soins capillaires intègrent désormais des pré-, post- ou probiotiques qui rééquilibrent le cuir chevelu et son microbiome. Pour le plus grand bonheur de nos cheveux !

Temps de lecture : ~ 6 minutes

On le sait, tout comme les autres flores de l’organisme humain, la flore cutanée joue un rôle essentiel pour nous défendre contre les agressions.
Il est important qu’elle soit bien équilibrée pour que les “bonnes” bactéries puissent se développer.
C’est là qu’interviennent les pré-, post- ou probiotiques qui nourrissent ces bactéries positives et ainsi renforcent la barrière cutanée.

Jusqu’à présent, on les trouvait surtout dans les lavants et les soins visage.
Dove fait en ce moment une campagne de publicité qui risque fort de vulgariser la compréhension du microbiome auprès du grand public… Mais curieusement, il n’y avait pas (ou peu) de propositions pour les cheveux. Seuls SVR avec Spirial Déo Douche (200 ml, 9,50 €), qui peut s’utiliser aussi bien sur le visage et le corps que les cheveux, ou Bioderma qui intègre des prébiotiques (acide lactique et fructo-oligosaccharides) dans la plupart des shampoings Nodé, mais sans communiquer dessus (on ne peut pas les taxer d’opportunisme, il est vrai que le groupe Naos qui crée les produits Bioderma et Esthederm a été le premier à parler “d’écosystème cutané” il y a plus de 20 ans…), en intégraient dans leurs compositions.
Oubli réparé en cette fin d’hiver avec Biosme et Gallinée, deux marques qui vouent un vrai culte au microbiome !

Oubliez la mousse !

Car ces shampoings évidemment sans sulfates décapants ne moussent pas. Une nouvelle habitude à prendre car pour autant ils nettoient parfaitement les cheveux, en rééquilibrant le cuir chevelu et en calmant les irritations et notamment les démangeaisons (fréquentes, surtout pour celles qui utilisent des colorations chimiques).
En agissant sur le microbiome du cuir chevelu, ils régulent la sécrétion de sébum et la desquamation. Et ce qui est incroyable, c’est qu’en les utilisant, le cuir chevelu regraisse beaucoup moins vite et donc on se lave moins les cheveux !

Que trouve-t-on dans leur composition ? Acide lactique (le plus doux des AHA, il aide la peau à se maintenir au pH physiologique, il a aussi un rôle hydratant et adoucissant), inuline (principe actif que l’on trouve dans les racines de chicorée) et ferment lactobacillus sont au programme des trois Shampoings Daydry Probiotics de Biosme Paris, certifiés Cosmos Organic (Shampoing Fraîcheur Volumateur, Shampoing Anti-Pelliculaire ou Shampoing Anti-séborrhéique, 200 ml, 12,90 € chacun).
Leur originalité ? Ils régulent la transpiration du cuir chevelu et… conviennent donc tout particulièrement aux sportifs. “La sueur libère du sel qui peut dessécher le cheveu avec le temps, boucher les pores de la peau, favoriser l’excès de sébum et déséquilibrer le pH du cuir chevelu et des cheveux. Ces déséquilibres favorisent un développement bactérien anarchique, entraînent inconfort, démangeaisons, voire la chute des cheveux. En agissant sur l’équilibre du microbiome cutané, nos shampoings maintiennent un équilibre bactérien naturel”, nous confie la marque qui prévoit de lancer un quatrième shampoing en avril pour cuir chevelu et cheveux secs.

Les aliments fermentés : une nouvelle génération d’ingrédients cosmétiques naturels

Si les aliments fermentés ont une place de choix dans la cuisine (notamment asiatique), ils ne sont présents que depuis peu dans nos cosmétiques. “La fermentation biologique des extraits végétaux”, nous dit Biosme, “permet de préserver les bienfaits des plantes sans les chauffer ou les altérer (de la même façon que l’on fermente les aliments pour les conserver). Les actifs fermentés facilitent notamment la production d’antioxydants, tout en renforçant l’immunité et l’équilibre bactérien de la peau. Ils sont particulièrement adaptés aux peaux sensibles ou à problèmes (par exemple pour le cuir chevelu, en cas de pellicules ou de dermatite atopique). Suite à la transformation par des micro-organismes, les ingrédients naturels fermentés sont particulièrement bien tolérés par la peau, mieux absorbés et plus efficaces”.

Gallinée utilise également des aliments fermentés dans sa nouvelle gamme capillaire, en l’occurrence de l’eau de riz fermentée, secret de vigueur et de brillance des incroyables cheveux de la tribu Yao en Chine.
On retrouve aussi des pré- et postbiotiques (acide lactique à libération lente pour respecter les cuirs chevelus les plus sensibles, sucres d’origine naturelle, inuline, huile végétale de mafura nourrissante et apaisante…) dans la Crème Lavante Apaisante (200 ml, 25 €), le Sérum cuir chevelu et cheveux, apaisant et protecteur (100 ml, 26 €) et le Masque Soin cheveux et cuir chevelu (150 ml, 30 €), un des rares masques que l’on peut appliquer aussi bien sur le cuir chevelu que les cheveux.
Pour la marque qui vient d’obtenir un Prix d’Excellence (décerné par le magazine Marie-Claire et un jury de journalistes internationales), le credo serait “traiter mieux, laver moins”.

Citons encore les shampoings bio Rahua qui contiennent aussi de l’acide lactique (Hydration Shampoo, 275 ml, 36 €) ou le Shampoing Apaisant Antipelliculaire La Bioesthétique (200 ml, 27,50 €), à base d’un phyto-complexe agissant sur la microflore du cuir chevelu pour réduire les germes responsables des pellicules et apaiser les cuirs chevelus sensibles.
Mais ce n’est qu’un début car, soyons-en sûrs, nous n’avons pas fini d’entendre parler des probiotiques dans les gammes capillaires !

Ariane Le Febvre

Tous les articles (273)