CosmeticOBS - L'Observatoire des cosmétiques

Press review

Our press review service automatically collects all current topics related to the cosmetics sector recently published on the Internet, all media combined.


09/09/2019 GROUPE BOGART se renforce au Luxembourg

(AOF) - Groupe Bogart a signé un protocole d’accord pour l’acquisition de 18 parfumeries sélectives au Luxembourg appartenant au réseau Milady Parfumerie. Le groupe spécialisé dans la création, la fabrication et la commercialisation de parfums et de produits cosmétiques poursuit ainsi sa stratégie active de croissance externe sur son activité Boutiques et consolide fortement sa présence européenne.

Déjà implanté sur le territoire au travers de trois magasins via son réseau Distriplus, le Groupe capitalise sur sa connaissance du marché luxembourgeois et comptabilise, avec cette nouvelle opération, un total de 21 boutiques dans le pays. Groupe Bogart augmente ainsi sa présence au Benelux et devient leader de la distribution sélective au Luxembourg.

Milady Parfumerie crée en 1983 est un des leaders de la distribution sélective au Luxembourg et s’appuie sur un réseau solide et rentable, a assuré la société contrôlée par la famille Konckier.

Cette opération, d’un montant limité à l’échelle du froupe, sera financée par prêt bancaire. La signature définitive de cette acquisition est prévue le 30 septembre 2019.

Après réalisation de cette opération, Groupe Bogart comptera 380 magasins répartis sur 5 territoires (France, Allemagne, Belgique, Luxembourg et Israël) ainsi que 8 marques de parfumeries et cosmétiques détenues en propres et distribuées dans 90 pays à travers le monde.

Groupe Bogart a souligné que cette opération s’inscrivait parfaitement dans sa stratégie vertueuse : le développement du réseau de boutiques profitant à la fois à la croissance de l’activité Boutiques mais aussi à celle de l’activité Marques via le déploiement des marques en propre dans le réseau.

Le groupe a affirmé continuer à s’appuyer pleinement sur ses leviers stratégiques : son expérience et son savoir-faire dans l’intégration de réseau retail, la poursuite du développement des marques en propre du groupe dans ce réseau et d’importantes synergies opérationnelles en cours.

Les spécialistes du secteur sont très confiants en constatant la très forte demande de la clientèle chinoise. Morgan Stanley estime que le marché chinois, qui a procuré à l’industrie du luxe 60% de sa croissance sur les quinze dernières années, devrait augmenter ses dépenses de 90% d’ici à 2025. Même optimisme du côté du cabinet de conseil Bain & Company. Parmi les facteurs de croissance se trouvent l’expansion rapide de la classe moyenne, qui devrait représenter les deux tiers des ménages chinois d’ici 2027 et la demande toujours soutenue des Millennials, particulièrement sensibles aux tendances innovantes telles que la convergence de la mode et du sport.

Une étude du Boston Consulting Group estime que, d’ici à 2024, les consommateurs chinois représenteront 40% des clients du luxe. Leur contribution à la croissance de ce marché est estimée à 70% pour les cinq prochaines années.

++ Read more ++ -- See less --

09/06/2019 Screen beauties: the role of flowers on the film set

The flowers that feature in the 2019 remake of Aladdin appear to be in prime bloom: a gauzy canopy adorned with dark red roses, a fountain filled with lilypads, a camel figure covered in more than 30,000 yellow, orange and red buds.

Yet almost all are silk – part of a temporary mirage built in the Wadi Rum desert in Jordan for the film, which was released this summer. The woman behind the displays is Jenny Tobin, an English florist who has been arranging flowers for film for 25 years. In the world of set design, Tobin’s job is particularly challenging: to construct a backdrop to the narrative out of living things.

Tobin has designed floral arrangements for more than 50 films and television shows, including The Favourite, Jane Eyre and Elizabeth: The Golden Age. She has also worked on less obviously floral films , such as Wrath of the Titans.

“The rules do not apply to film work that apply to normal arrangements,” she says. The main concern with Aladdin was the heat that Tobin says would have instantly caused real flowers to wilt. There is also the problem of continuity: when sets have to go through many reshoots, flowers have to look identical. “If we are going back to that scene in a week’s time, even if I ordered the same flowers from the same supplier, they will not be identical.” Certain blooms are no good for film: “From a bitter experience, I learnt that I can’t use tulips, because they grow when held upright in water,” she says.

Colours, too, look different on camera than in real life: blues, for instance, can appear black. It is not just a question of creating a beautiful still-life arrangement – it must be an arrangement that will look right on camera.

Tobin began her career more than a decade ago after a guest at a party asked who had designed her flowers. When she said she did them herself, he asked if she could create an arrangement for his shop. Her unusual creation of mushrooms and mosses caught people’s attention and they started taking her card. Eventually, she walked into the MAC cosmetics store on King’s Road in London and asked if she could create a flower arrangement for the store. They hired her on the spot – as did larger stores, and eventually film and television companies followed. “I wanted to do things that were different and adventurous,” she says. “I like when people say ‘we need something that will be 15ft tall’.”

Tobin typically works for the set decorator or production designer. She suggests floral arrangements based on moodboards, fabrics and colour schemes for the sets – with consideration for the plot and the mood of the characters. “If I’m doing something where the lady in the room is sad because she’s just broken up with her lover, I think, what flowers would make me feel sad like that?” Tobin says. “And I think dark colours – mauves, blues, dark melancholy reds – because although they can be sexy, put together with blue they can feel very morose.”

It is not all intuition: geographical and historical accuracy are important. When working on the 2016 film Allied, a Brad Pitt movie set partially in Morocco, Tobin had to study the country’s floral zones.

She is careful about which flowers would have been affordable, for example, to different social groups in Victorian England: lilies or tulips might have cost the equivalent of £100 each, making them affordable only to the very wealthy.

Over time, styles and availability have changed: for example, in the 1970s flowers were often arranged in a more triangular form.

One of the things about working in England is getting to know the country houses where films are frequently shot. When Tobin created the flowers for The Favourite, Hatfield House in Hertfordshire became a sumptuous, decadent period setting. The flowers appear increasingly sombre throughout the film. This year, Tobin returned to Hatfield for an entirely different project: a Jonas Brothers music video. “It was completely the opposite [of The Favourite], totally off the wall,” she said. She created a floral staircase with pink hydrangeas, transforming the mood of the house to a modern partyscape. There are some constants, though: Tobin has learnt where every mirror in Hatfield House is, and keeps a file on where flowers look best.

“It’s really about building botanical worlds,” says Gillian O’Brien, a longtime set designer who has worked on Game of Thrones and other projects.

In 2016, she moved full-time to flowers and plants by founding a collective called the Flower Laboratory, which creates flowers for art exhibitions and film. At its studio in New Barnet – a cottage in an artists’ community, hung with mosses and pressed plants, the back overtaken by a garden left wild – she describes the strange energy of floral arrangements on sets. Often, the carefully crafted botanical worlds are up for only a few hours. The flowers themselves have a limited lifespan. “You’re working with something that’s dying, though, so that has its own particular energy,” she says.

Tobin said she likes to think about how living flowers provide atmosphere on set, before their moment in the lights. Beyond setting the mood for a film, they can also set the mood for the actors and crew. Tobin always slips at least one good and strong-smelling flower – often a tuberose, with its heavy summer scent – into her arrangements, even if the rest are silk. “Through the course of the day, it makes everyone feel like they’re in a room full of fresh flowers,” she says.

++ Read more ++ -- See less --

09/06/2019 The Amazing Ways How L'Oréal Uses Artificial Intelligence To Drive Business Performance

You likely know Paris-based L’Oréal as a global cosmetics and beauty care company (the largest in the world), but you might not be aware of the company’s commitment to research, innovation, and technology. In fact, since 2012, L’Oréal operates its own technology incubator, a group that operates like a start-up but focused on where beauty and technology meet. Here’s an overview of the company’s incubator and some other ways they are using artificial intelligence such as with its AI-powered digital skin diagnostic.

L’Oréal’s Technology Incubator

L’Oréal’s first incubator lab was located in New Jersey, but it now also operates additional labs in San Francisco, Paris, and Tokyo that are focused on a small number of products – a mix of apps and wearables and objects to help cosmetics be connected and customized to meet the specific needs of each customer. The incubator partners with entrepreneurs and academia to develop the latest and greatest products by using technology.

Makeup Genius

In 2015, the incubator launched the Makeup Genius, a mobile app that allows customers to see hair color and makeup on their own face before they buy with the help of augmented reality. All customers need to do is upload an image of themselves or use their computer’s camera to try on cosmetics or different hair color. A live before and after comparison is available through the apps’ sliding feature.

Smart Hairbrush

Another product the incubator created through a partnership with smart technology maker Withings and Kérastase (L’Oréal’s luxury hair-care brand) is aimed at responding to those who want to reduce their bad-hair days. The brush uses a conductivity sensor, accelerometer, gyroscope, microphone and Bluetooth and Wi-Fi connections to gather technical insights, upload them to an algorithm that will be able to use the information to provide personalized product recommendations about the best way to care for the user’s hair.

Technology in L’Oréal’s Production Facilities

Along with sensors, cameras, and lasers, IBM’s Watson IoT platform helps L’Oréal provide production facilities that are ready for the challenges and opportunities presented by Industry 4.0. Customers are demanding – they want the right formulations to address their specific concerns and accommodate personal preferences. Technology helps L’Oréal production facilities respond to these demands by being more responsive and agile.

Facebook Messenger Bot

As evidence of L’Oréal’s belief in conversational marketing, it partnered with Automat Technologies to launch a Facebook Messenger Bot to enable more personalized conversations with customers (that will ultimately drive sales). Artificial intelligence powers this bot, and by communicating with its customers in a conversational way, individuals will be more likely to open up about their personal preferences. Lubomira Rochet, the company’s chief digital officer, told Marketing Week that “I believe AI is as big a revolution as the internet itself.”

Streamline Recruiting and Hiring

Another way the cosmetics giant uses artificial intelligence is in recruiting and the hiring process. For about 15,000 openings a year, L’Oréal must process nearly a million applications and now uses AI in a variety of ways to free up their human employee’s time. So, Mya is a chatbot that saves significant time in the early stages of the recruiting process by handling questions from candidates and can check off important details such as availability and visa status. Then candidates encounter Seedlink, AI software that assesses their responses to open-ended interview questions. This tool has found candidates that might have been overlooked when just reviewing resumes. In one instance, the company’s recruiters believe they saved 200 hours of time to hire 80 interns out of a pool of 12,000 candidates.

AI-Powered Skin Diagnostic

After acquiring ModiFace, an AI/AR company that offers try-on simulations of beauty products with live video, L’Oréal had a new technology tool to offer customers – a skin diagnostic tool. Of the acquisition, Rochet said in a statement, “With the acquisition of ModiFace, we have started a second phase of L’Oréal’s digital transformation, focused on reinventing the beauty experience through technologies such as voice, AR and AI.”

Using deep learning, the tool uses ModiFace’s AR capabilities with L’Oréal’s photo database, skin aging expertise, and Skin Aging Atlases to provide women with a personalized product routine after they upload a selfie to the company’s website. After launching in Canada as Vichy SkinConsultAI at the beginning of 2019, it should be available worldwide later in the year.

It’s expected that L’Oréal will continue to leverage artificial intelligence and technology to its competitive advantage and hopes to remain on the cutting-edge of product personalization and how best to use technology to enhance the beauty industry.

++ Read more ++ -- See less --

09/05/2019 L'OREAL : Stéphane Rinderknech, prochain PDG ?

(AOF) - L’Oréal a annoncé mercredi soir la nomination de Stéphane Rinderknech, ancien responsable de la Chine, à la direction des Etats-Unis. Stéphane Rinderknech a rejoint L’Oréal en 2001 aux États-Unis au sein du Travel Retail. Il a ensuite occupé plusieurs postes de dirigeant en Asie pour la Division Luxe au Japon et en Corée, avant de rejoindre la Chine en 2011. Il y a dirigé successivement la Division Luxe, puis la Division Grand Public de L’Oréal Chine, avant d’être nommé directeur général de L’Oréal Chine en 2016. Dans ce rôle, il a rejoint le comité exécutif de L’Oréal en février 2018.

Dans une note publiée ce matin, Oddo BHF souligne qu’avec cette nomination L’Oréal se donne les moyens d’infléchir la tendance en Amérique du Nord dont la croissance organique est passé en territoire négatif au deuxième trimestre (-1,1% en comparable).

A plus long terme poursuit le broker, cette nomination permet de voir en Stéphane Rinderknech un candidat très crédible pour devenir CEO ; ce qui améliore la visibilité sur l’évolution de la gouvernance. Le mandat de Jean-Paul Agon (62 euros) vient en effet à échéance en 2022.

“A court terme, cette nomination de l’ancien responsable de la Chine - dont le track record est incroyable - laisse surtout entrevoir le défi que représente un redressement de l’Amérique du Nord (27% du chiffre d’affaires) qui est sur exposé à un marché du maquillage en berne”, détaille le bureau d’études.

Oddo BHF a maintenu sa recommandation Neutre et son objectif de cours de 223 euros sur le titre, jugeant le titre trop cher alors que l’inflexion aux Etats-Unis, prendra, selon lui, du temps.

A Paris, L’Oréal abandonne 1,3% à 251,5 euros, accusant la plus forte baisse du CAC 40.

  • Groupe organisé en quatre branches générant 26,94 Mds€ de ventes : les produits grand public pour 47 % des ventes, les produits de luxe (33%), les produits professionnels (13 %) et la cosmétique active ;

  • Position internationale puissante, 32 marques mondiales réalisant un chiffre d’affaires supérieur à 500 millions d’euros, avec des revenus équilibrés entre l’Europe de l’Ouest (30 %), l’Amérique du nord (27 %), et les " nouveaux marchés " : Asie pour 27 % (position de leader avec 8,7 % des parts de marché) ;

  • Croissance annuelle moyenne supérieure à 5 % du marché mondial de la beauté, tirée par l’enrichissement des populations des pays émergents et leur vieillissement dans l’OCDE;

  • Stratégie fondée sur 5 piliers : R&D élevée de 1 MdE, l’innovation contribuant à 15 % des ventes annuelles, sortie de nouveaux produits (15 à 20 %par an), positionnement dans les produits " premium ", marques phares aux niveaux mondial et national, focus sur les plateformes digitales, le e-commerce apportant 12 % des revenus ;

  • Montée des positions dans le luxe avec les marques Lancôme, Yves-Saint-Laurent, Armani et Kiel’s ;

  • Investissements élevés en R&D, de près de 1 MdE, l’innovation contribuant à 15 % des ventes annuelles ;

  • Historique de croissance des ventes supérieure au marché depuis 10 ans ;

  • Politique d’acquisitions de petite taille mais à fort potentiel, développées par des investissements lourds en marketing ;

  • Structure financière exceptionnellement saine, d’où une distribution de près de 55 % du résultat -dividende de 3,85 € au titre de 2018- et des rachats d’actions importants.

  • Impact négatif de la cherté de l’euro contre le dollar, le real brésilien et le rouble ;

  • Activités américaines moins margées que dans le reste du monde et situation poussive en Europe ;

  • Croissance des ventes des divisions produits professionnels et grand public inférieure à celle des autres division ;

  • Risque de dégradation de l’image de la marque dans le dossier judiciaire Olaplex ;

  • Absence de guidances chiffrées dans les objectifs annuels ;

  • Valeur sanctionnée à tout ralentissement de la hausse des ventes;

  • Sensibilité boursière aux annonces du japonais Shiseido et de l’américain Estee Lauder.

Luxe et cosmétiques

Les spécialistes du secteur sont très confiants en constatant la très forte demande de la clientèle chinoise. Morgan Stanley estime que le marché chinois, qui a procuré à l’industrie du luxe 60% de sa croissance sur les quinze dernières années, devrait augmenter ses dépenses de 90% d’ici à 2025. Même optimisme du côté du cabinet de conseil Bain & Company. Parmi les facteurs de croissance se trouvent l’expansion rapide de la classe moyenne, qui devrait représenter les deux tiers des ménages chinois d’ici 2027 et la demande toujours soutenue des Millennials, particulièrement sensibles aux tendances innovantes telles que la convergence de la mode et du sport.

Une étude du Boston Consulting Group estime que, d’ici à 2024, les consommateurs chinois représenteront 40% des clients du luxe. Leur contribution à la croissance de ce marché est estimée à 70% pour les cinq prochaines années.

++ Read more ++ -- See less --

09/05/2019 Les Chinois Yidai et Dowell produiront dans l'Ain des cosmétiques made in France - Cosmétique

Made in France Les acteurs chinois de cosmétiques Yidai et Dowell inaugureront le 27 septembre à Blyes dans l’Ain une usine de produits hydratants pour la peau dans le Parc industriel de la plaine de l’Ain. 80 emplois seront créés. L’objectif de ce projet de 6 millions d’euros est d’obtenir des produits “made in France” pour le marché chinois essentiellement.

A Blyes (Ain), au cœur du Parc industriel de la plaine de l’Ain (Pipa), à 25 minutes de l’aéroport de Lyon (Rhône), les acteurs chinois de cosmétiques Yidai et Dowell doivent inaugurer le 27 septembre une usine de crèmes et de lotions pour la peau.

++ Read more ++ -- See less --

09/04/2019 Les anciens dirigeants de Sandro et Maje se lancent dans la beauté

Dans les boutiques de ce concept store se côtoient une quarantaine de marques de niche qui conjuguent ingrédients naturels ou bio.

Une beauté plus naturelle et efficace, mais aussi experte, c’est le concept de la jeune enseigne Oh My Cream. Dans ses boutiques, une quarantaine de marques de niche, conçues dans le Vermont ou la Forêt autrichienne, conjuguent ingrédients naturels ou bio. Ces labels, Tata Harper, REN Skincare ou Susanne Kaufman, affichent en plus une démarche éthique. Des valeurs dans l’air du temps. " Nous voulons en faire le futur Sephora du luxe accessible ", résume Emmanuel Pradère, président et cofondateur de Experienced Capital, avec Frédéric Biousse et Elie Kouby.

Oh My Cream (8 millions d’euros de chiffre d’affaires) est la dernière " prise " de ce fonds sectoriel, lancé en 2016 par les anciens dirigeants de Sandro et Maje (SMCP). C’est aussi la première prise de participation, à hauteur de 41 %, réalisée à l’occasion de sa seconde levée de fonds de 70 millions d’euros mi-juillet. D’ici à fin 2019, ce montant atteindra 150 millions, avec l’entrée de " family office " et d’investisseurs institutionnels.

" Notre modèle a fait ses preuves. Le luxe accessible prend des parts de marché dans la mode, mais aussi les cosmétiques, la déco ou les loisirs, poursuit le dirigeant. Grâce à notre soutien opérationnel, des marques émergentes ont vu leur croissance accélérer. " Une équipe de 8 experts travaille aux côtés de chacune pour les aider dans la transition numérique ou la gestion des stocks…

En trois ans, Experienced Capital a investi 78 millions d’euros, avec dix marques en portefeuille, dont un tiers né sur Internet. Elles sont en majorité dans la mode - Sessun, Soeur, Le Slip Français - mais aussi dans l’optique, avec les lunettes Jimmy Fairly, ou le mobilier avec NV Gallery, un site de ventes en ligne de mobilier. " Depuis 2016, nos marques ont multiplié leur chiffre d’affaires entre 3 à 6 fois, et leur Ebitda par 14, reprend Emmanuel Pradère. Nous avons partagé avec elles notre expérience et nos erreurs. "

Ces pépites ont ouvert 180 magasins en France et commencent leur aventure internationale. " A nombre de points de vente comparable, leur croissance sur le premier semestre 2019 a été en moyenne de 14 % “, précise le président. Balibaris s’installe ce mois-ci à Londres, comme Sessun. D’autres ont des projets en Espagne, en Italie et en Asie.” Chacune peut atteindre 100 millions de chiffre d’affaires ", estime-t-il.

Avec cette seconde levée de fonds, Experienced Capital veut se diversifier vers la bijouterie, les accessoires ou l’alimentaire pour un ticket d’entrée entre 10 et 30 millions d’euros. " Au départ, 90 % des dossiers que nous recevions venaient de la mode. Aujourd’hui, ce n’est plus que 15 %, poursuit Emmanuel Pradère. Nous cherchons une marque de café, de thé ou de chocolat incarné par son fondateur avec du potentiel. "

Trouver une " pépite “, c’est le credo du fond. Ce dernier a démontré son flair depuis 2016, avec 550 dossiers étudiés pour” éviter les feux de paille ". Une première marque étrangère, L : A Bruket, dont les produits de soins sont issus de la tradition suédoise des spas, a intégré le fond en avril. D’autres pourraient suivre.

Avec Oh My Cream, les anciens de Sandro et Maje parient sur un nouveau modèle de distribution, en phase avec les attentes des Millennials. En 2013, sa fondatrice, Juliette Levy, trouvait l’offre de la distribution " trop uniformisée ". Difficile d’y trouver ces jeunes labels déjà partagés sur les réseaux sociaux. D’où son idée de ce concept store avec des marques pointues du monde entier. Oh My Cream a déjà 10 magasins, à Paris, Lyon ou Bordeaux. Après 13 millions de ventes attendues en 2019 (dont 50 % sur Internet), l’ambition est d’aller vers 50 millions dans les trois à quatre ans. Une croissance portée par un marché de la beauté que bousculent les jeunes générations en quête de produits plus responsables et de conseils personnalisés.

++ Read more ++ -- See less --

09/03/2019 C'est officiel, "tous les Français" sont contaminés aux bisphénols, phtalates ou parabènes

Nous sommes tous imprégnés de ces “polluants du quotidien” que sont les bisphénols (A, F et S), phtalates, parabènes, éthers de glycol, retardateurs de flamme bromés et composés perfluorés, dont certains sont des perturbateurs endocriniens (susceptibles de modifier le système hormonal et d’être à l’origine de diverses maladies) et/ou des cancérigènes, avérés ou suspectés. C’est la conclusion sans appel d’une étude inédite menée par Santé Publique France et publiée mardi.

Pour la première fois, grâce notamment à des prélèvements biologiques (urines, sérum et cheveux), l’agence nationale a mesuré la présence de ces polluants dans l’organisme, auprès d’un large échantillon représentatif de la population composé de 1 104 enfants et 2 503 adultes. Ils sont présents dans le corps de “tous les Français”, soit “de l’ensemble des adultes et des enfants”, à des niveaux comparables à ceux d’autres études menées à l’étranger, notamment aux Etats-Unis et au Canada (à l’exception des retardateurs de flamme bromés, des bisphénols S et F et des parabènes, pour lesquels les niveaux sont inférieurs en France).

Mais les plus imprégnés sont les enfants. Pour l’expliquer, Santé Publique France émet plusieurs hypothèses. Parmi elles, “des contacts cutanés et de type”main bouche" plus fréquents pour des produits du quotidien (jouets, peintures…), des expositions plus importantes liées par exemple à une exposition accrue aux poussières domestiques ou à un poids corporel plus faible par rapport à leurs apports alimentaires, comparativement aux adultes".

L’établissement public a cherché à identifier les sources d’exposition à ces polluants. Il observe qu’elles sont “différentes selon les substances” et que “l’alimentation n’apparaît pas comme une source d’exposition exclusive”. Utiliser des produits cosmétiques et de soins pour le corps ou des produits ménagers “augmente les niveaux d’imprégnation des parabènes et des éthers de glycol”. Alors que les effets sur la santé des expositions à de faibles concentrations en parabènes “ne sont pas connus”, admet l’étude, les éthers, eux, “sont suspectés d’entraîner des effets toxiques sur la reproduction et le développement chez l’homme (diminution de la fertilité masculine, augmentation du risque d’avortements spontanés, malformations fœtales) et une hémato-toxicité”.

Par ailleurs, la fréquence de l’aération du logement “a une influence sur les niveaux d’imprégnation des perfluorés et des retardateurs de flamme bromés : plus le logement est aéré, plus les niveaux d’imprégnation sont bas”. L’imprégnation par les bisphénols S et F, utilisés comme alternatives au bisphénol A (interdit en France dans tous les contenants alimentaires depuis 2015) pour fabriquer équipements électroniques, emballages alimentaires, papiers thermiques, peintures ou vernis, mais suspectés de jouer comme ce dernier un rôle de perturbateur endocrinien, augmentait chez les enfants “avec l’achat de poissons pré-emballés et le fait d’aérer moins régulièrement son logement”.

L’étude de Santé Publique France doit être complétée ultérieurement par deux autres volets portant sur l’exposition aux métaux et aux pesticides. Mais ces premiers résultats “confortent la nécessité de continuer à agir pour limiter l’exposition aux substances chimiques”, affirme un communiqué de presse conjoint des ministres de l’Ecologie, Elisabeth Borne, et de la Santé, Agnès Buzyn. Ces dernières présentaient mardi la deuxième “stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens” (SNPE). Celle-ci vise à “réduire l’exposition de la population aux perturbateurs endocriniens et la contamination de l’environnement par des actions de recherche et d’expertise, d’information du public, de formation des professionnels et un meilleur encadrement réglementaire”.

Concrètement, “dès 2020”, une liste de perturbateurs endocriniens “sera publiée et partagée avec nos partenaires européens”, promet le gouvernement. La France demandera aussi à la Commission européenne de “réviser les règlements qui s’appliquent aux objets du quotidien, notamment aux cosmétiques et aux jouets, afin de prendre en compte les perturbateurs endocriniens”. Parce que les femmes enceintes et les enfants sont des populations particulièrement vulnérables, Santé Publique France lance dès mardi le site internet “Agir pour bébé”, donnant des conseils pratiques pour limiter leur exposition aux produits chimiques, dont les perturbateurs endocriniens. Les professionnels de santé et de la petite enfance, ou encore les agents des collectivités territoriales, seront, eux, “formés aux bonnes pratiques pour limiter l’exposition aux perturbateurs”.

“Il faut que les ambitions de la deuxième stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens et du nouveau plan national santé environnement soient revues à la hausse pour faire de la disparition rapide des substances pointées par ces rapports de Santé Publique France de notre environnement une priorité de santé publique absolue, réagit l’ONG Générations futures. Qui demande la”mise en œuvre d’un plan d’urgence pour protéger les populations de ces polluants dangereux“. Le Réseau Environnement Santé (RES) estime, lui, que les 50 actions prévues par la SNPE”sont dans l’ensemble pertinentes“. Mais il regrette que leur financement ne soit”toujours pas précisé" et demande une enveloppe équivalente à celle “du plan cancer (1,5 milliard sur cinq ans)”.

L’association souligne que “le risque sanitaire lié aux perturbateurs endocriniens est clairement établi”, grâce à des “milliers d’études expérimentales ainsi que de nombreuses études chez l’humain”. Ils sont par exemple “la cause majeure de la baisse de la qualité du sperme. A Paris, en cinquante ans, l’homme de 30 ans a perdu deux spermatozoïdes sur trois”. D’autres études récentes “montrent un lien entre contamination maternelle pendant la grossesse et hyperactivité, obésité, asthme, trouble du langage chez l’enfant plusieurs années plus tard”.

++ Read more ++ -- See less --

09/03/2019 LVMH, plus forte baisse du CAC 40 à la clôture - Mardi 3 septembre 2019

Le secteur du luxe souffre aujourd’hui sur la place de Paris, à l’image de LVMH et Kering (-1,69%). Les valeurs ont été pénalisées par un climat lourd d’inquiétudes concernant les tensions commerciales sino-américaines et l’agitation politique à Hong Kong.

  • Leader mondial du luxe, notamment dans le champagne, le cognac et la maroquinerie, l’un des leaders mondiaux dans la mode, les parfums et les cosmétiques et numéro trois dans la joaillerie et l’horlogerie ;

  • Positions concurrentielles très solides avec 70 maisons de luxe (Louis Vuitton, leader mondial incontesté, au taux de croissance et à la rentabilité exceptionnels, Moët Hennessy, Dior, Céline, Givenchy, Guerlain, Kenzo, Bulgari, TagHeuer…) ;

  • Positions géographiques solides avec des revenus de 46,8 Mds€ répartis entre la France pour 10 %, le reste de l’Europe pour 19 %, les Etats-Unis pour 24 %, le Japon pour 7 % et le reste de l’Asie pour 29 % ;

  • Répartition des activités entre la mode & maroquinerie pour 39 % et les vins & spiritueux pour 11 % -les 2 métiers historiques du groupe-, la distribution sélective pour 28 %, les parfums et cosmétiques pour 13 % et le reste pour les montres & joaillerie ;

  • Contrôle étroit des canaux de distribution avec un réseau mondial de près de 4 600 magasins, dont Miami Cruise, Sephora et Le Bon Marché ;

  • Situation financière très saine avec un cash flow de 5,5 Mds€, un ratio d’endettement ramené à16 % d’où la générosité envers les actionnaires -dividende de 6 € au titre de 2018, versé en deux fois.

LVMH - Les points à surveiller

  • Impact négatif de la parité euro contre les autres monnaies, compensé par les hausses de prix ;

  • Forte concurrence dans les marchés de la joaillerie et des montres ;

  • Déséquilibre des rentabilités entre branches, la maroquinerie apportant plus de 60 % des bénéfices du groupe avec une marge opérationnelle de près de 32 % ;

  • Risques d’impact négatif de la guerre commerciale sino-américaine sur la croissance des revenus futurs ;

  • Corrélation de l’activité aux flux touristiques et forte saisonnalité des ventes traditionnellement élevées en fin d’année ;

  • Distribution avec service d’acompte ;

  • Sensibilité boursière aux déclarations des autres dirigeants du luxe ;

  • Evolution des activités Mode & Maroquinerie et Vins & Spiritueux qui assurent les 3/4 de la rentabilité opérationnelle ;

  • Après le rachat de l’américain Belmond, pour 2,6 Mds$, attente d’autres opérations dans l’hôtellerie de luxe, nouvel axe de diversification ;

  • Pour 2019, " dans un contexte incertain “, objectif de” renforcement des positions de leader " ;

  • Capital verrouillé par le groupe familial Arnault (46,8 % du capital, directement et indirectement et les 2/3 des droits de vote).

Luxe et cosmétiques

Les spécialistes du secteur sont très confiants en constatant la très forte demande de la clientèle chinoise. Morgan Stanley estime que le marché chinois, qui a procuré à l’industrie du luxe 60% de sa croissance sur les quinze dernières années, devrait augmenter ses dépenses de 90% d’ici à 2025. Même optimisme du côté du cabinet de conseil Bain & Company. Parmi les facteurs de croissance se trouvent l’expansion rapide de la classe moyenne, qui devrait représenter les deux tiers des ménages chinois d’ici 2027 et la demande toujours soutenue des Millennials, particulièrement sensibles aux tendances innovantes telles que la convergence de la mode et du sport.

Une étude du Boston Consulting Group estime que, d’ici à 2024, les consommateurs chinois représenteront 40% des clients du luxe. Leur contribution à la croissance de ce marché est estimée à 70% pour les cinq prochaines années.

++ Read more ++ -- See less --

09/03/2019 Des substances polluantes présentes chez tous les Français

PARIS (Reuters) - Des substances polluantes, dont certaines sont cancérigènes ou classées parmi les perturbateurs endocriniens, sont présentes dans l’organisme de tous les Français, à des niveaux particulièrement élevés chez les enfants, selon une vaste enquête publiée mardi.

Dans son étude, une première de ce genre en France, Santé Publique France s’est intéressé à six familles de produits aux effets sanitaires encore mal connus - les bisphénols, les phtalates, les éthers de glycols, les retardateurs de flamme dits bromés et les composés perfluorés.

“Ces polluants sont présents dans l’organisme de l’ensemble des adultes et des enfants”, écrit dans un communiqué l’organisme public, rattaché au ministère de la Santé.

Les substances décelées sont pour certaines des perturbateurs endocriniens - c’est le cas du bisphénol A mais aussi des bisphénols F et S selon certaines études scientifiques - ou des cancérigènes avérés ou suspectés, souligne Santé Publique France, qui a mené son enquête sur un échantillon de 2.503 adultes et 1.104 enfants.

Ces derniers affichent des “niveaux d’imprégnation” plus élevés que la moyenne, peut-être en raison de leur tendance à porter des objets à la bouche ou de leur poids plus faible par rapport à leurs apports alimentaires quotidiens.

L’alimentation n’est pas la source unique d’exposition aux polluants du quotidien, toujours selon Santé Publique France, qui cite également l’utilisation de produits cosmétiques contenant des parabènes et des éthers de glycol.

L’aération des logements permet en outre de limiter l’exposition aux perfluorés et aux retardateurs de flamme bromés.

“L’idée n’est pas de faire peur à la population parce que, en réalité, on ne connaît pas la signification d’un certain nombre de ces toxiques aux seuils auxquels ils sont trouvés”, a déclaré à des journalistes la ministre de la Santé, Agnès Buzyn.

Selon elle, l’étude “marque en fait un vrai tournant dans les politiques publiques” puisqu’elle offre des données solides et permet de mesurer l’impact des mesures prises en la matière.

La publication de ces travaux coïncide avec la signature, mardi, de la deuxième stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens, qui remplace une première version rédigée en 2014.

Ce plan a pour but, entre autres, d’établir une liste de perturbateurs endocriniens, ces substances chimiques omniprésentes dans la vie de tous les jours, de mieux informer le grand public sur les risques potentiels, et d’accélérer la recherche sur ces sujets.

L’étude dévoilée mardi sera suivie, précise Santé Publique France, de deux autres volets, concernant cette fois l’exposition des Français au pesticides et aux métaux lourds.

++ Read more ++ -- See less --

09/03/2019 Finalist interviews: popular packaging talks Globe Soap and sustainability strategies

× Expand

The countdown is on for the live Sustainability Awards 2019 ceremony, where we will unveil the worthy winners of the most prestigious sustainability competition for packaging innovation.

In anticipation, we explore the 25 standout solutions that made it to the finals, handpicked by our independent, expert judging panel.

The winners in each category and overall 2019 Sustainability Awards winner will be announced at FachPack, Nuremberg, Germany on 25th September. Join us from 16:30 at FachPack’s PackBox Forum for sustainability discussion, networking, drinks and the big reveal.

Our second finalist interview is Germany’s popular packaging with its Globe Soap solution - a container for soaps, shower gels and shampoos which, among other things, uses self-acting gravity as a closure.

Congratulations on being selected as a Sustainability Awards 2019 finalist! Could you please introduce your successful initiative?

Whether it’s packaging for drugstores, cosmetics or personal care: what’s good to our skin and body is usually not good for the environment and packed in way too much material.

Even with manufacturers and brands that promote their natural ingredients, the packaging is usually made from plastics made from fossil fuels - without any regard for sustainability.

With ‘Globe Soap’ we have developed an ecological packaging for soaps, shower gels & shampoos that uses a minimum of material - material that is also produced from 100 per cent all-natural, renewable sources. A thin foil tube made of compostable cellulose foil is hung by a sisal band, a wooden ball serves with its self-acting gravity as a closure.

The content is always fully visible, the hanging ensures complete emptying, which avoids unnecessary waste. The content is taken out intuitively - with only one hand and perfectly doseable by pushing the wooden ball slightly up - so the desired amount of soap runs directly on the hand.

Both players from the packaging industry and cosmetics manufacturers are showing serious interest in Globe Soap, but the step to a major roll-out is not quite done yet although it’s on its way.

What are the environmental challenges in packaging that your entry addresses, and how well is the market responding to them so far?

Consumers usually have flat-rate opinions in mind when it comes to which materials - e.g. paper - are eco-balanced, which are not always correct. And on the other hand they condemn others - e.g. plastic - hastily, just because they can not identify which plastics are environmentally responsible and which are not.

That’s why sustainability in packaging is as much a challenge of communication as it is for engineers and chemists. Because the best sustainable packaging does not benefit the environment if it is not understood, accepted, bought and optimally disposed of again by the consumer.

‘Sustainable packaging’ is a contentious concept, which means different things to different people, and anyone working in packaging understands that it’s easy to make things worse according to one environmental metric while making improvements according to another. In your opinion should there be a hierarchy among our sustainability goals?

For us, the first priority for sustainable packaging is not just finding the best material and functionality but also to tell clearly and simply why this packaging is sustainable and how to deal with it. This starts with the task that the consumer must clearly recognise and understand the benefits of the packaging and how it should be disposed of in order to actually close the circle.

The second goal should be to not use materials made out of fossil fuel anymore.

And third, create packaging with as little use of material as possible - by identifying unnecessary volumes, minimising the material used and / or multiple functionalities, as well as optimised designs.

Clearly, sustainability in packaging needs to be achieved by many stakeholders acting together, not by someone with a silver bullet. Thinking about the wider picture, what areas of innovation or action would you like to see across the value chain in the coming years to meet the demands of nature and society?

Sustainability in packaging has become a major topic. A lot of manufacturers and brands have sustainability on their agenda but are still far away far from actual, ecological action. Their goal is to be considered by consumers as ‘ecologically OK’ with the least possible effort and at the lowest possible cost. Therefore, much is invested in PR and ‘flagship projects’ and still far too little in quantity-relevant, mass-suitable innovations.

A real improvement in the global eco-balance can only be achieved when we think and act broadly. Every stakeholder must be honest enough to convey to consumers that ecological solutions are often more complex and initially more expensive than conventional ones. But also have the confidence that they will be rewarded for this attitude and honesty, too.

++ Read more ++ -- See less --

RSS Feed

News briefs are also available as RSS feed, to be consumed in your favorite feed reader

Public RSS feed link :
cosmeticobs.com/en/feeds/briefs/rss.xml


Archives