lundi 29 septembre 2014Actus

Les parabènes

©L'Observatoire des Cosmétiques

Ils défraient la chronique depuis des années, et on les a accusés de tous les maux. S'il faut souligner qu'ils n'ont pas forcément fait la preuve de leur innocence dans tous les cas, il faut dire aussi que les parabènes ne méritaient peut-être tous pas tant de défiance et de médiatisation. Ce qui justifie qu'on s'arrête un peu sur leur cas.

Temps de lecture
~ 7 minutes

Les parabènes constituent en fait une famille d'ingrédients. Ils sont tous assez proches mais diffèrent par leurs structures chimiques (notamment par la longueur de leur chaîne alkyle), par leur spectre d'action comme par leurs effets indésirables potentiels. En clair, il n'y a pas UN parabène, mais bien DES parabènes, qui peuvent être utilisés seuls ou en mélange, pour potentialiser leur action et accroître leur efficacité.
Jusqu'en 2014, la cosmétique utilisait principalement six d'entre eux. Les voici, classés suivant la longueur croissante de leur chaîne alkyle, et tels qu'ils apparaissent sur l'étiquette dans la déclaration officielle de la composition d'un cosmétique (la liste des ingrédients ) : Methylparaben, Ethylparaben, Propylparaben, Isopropylparaben, Butylparaben, Isobutylparaben.

Une efficacité reconnue

Les parabènes sont des conservateurs (esters de l'acide parahydroxybenzoïque), très largement employés pour protéger les cosmétiques des proliférations bactériennes et microbiologiques. Du fait de leur large spectre d'activité sur les bactéries, moisissures, levures et champignons, ainsi que de leur complémentarité quand ils agissent en synergie (en cas de mélange de plusieurs d'entre eux), ils ont fait figure de must incontournables durant de nombreuses années. On estime qu'au plus fort de leur utilisation (il y a de cela encore deux ou trois ans), ils conservaient près …

Ce contenu n'est disponible que pour les abonnésPREMIUM, PRO, STARTUP et TPE

Vous êtes déjà abonné(e) ?Identifiez-vous

Découvrir nos abonnements

ActusAutres articles

996résultats