CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
18 mars 2019Ils font les cosmétiques

Philémon-1889 : la cosmétique masculine au bon goût vintage Ajouter à mon portfolio
fonctionnalité réservé aux abonnés pro
voir nos formules d'abonnement

Philémon

Depuis quelques années, un vent rétro souffle sur la cosmétique masculine. Le retour de la barbe façon “hipster” permet aux barbiers d’opérer un retour en force. Philémon-1889, jeune marque de cosmétiques pour messieurs, joue également sur cette vague “old school” en proposant des soins innovants pour épidermes poilus ou non. CosmeticOBS-L’Observatoire des Cosmétiques a rencontré Jean-Luc Courtial, son fondateur. Portrait.

Temps de lecture : ~ 5 minutes

“Je m’appelle Jean-Luc Courtial, j’ai atteint la soixantaine. Je me suis lancé dans l’entrepreunariat dans le secteur de la cosmétique depuis quatre ans, dont trois de commercialisation de notre gamme de cosmétiques”, explique le fondateur de la marque dès le début de l’entretien.
Initialement, Jean-Luc a passé 30 ans de sa vie dans l’univers scientifique de la biologie clinique, soit la majeure partie de sa carrière professionnelle.
Durant trois décennies, Jean-Luc Courtial aura occupé des fonctions marketing, techniques et commerciales pour le compte de grandes groupes leaders mondiaux du diagnostic in vitro.
Plus les années passent, et plus les responsabilités s’accumulent. Au plus fort de sa carrière, Jean-Luc Courtial a sous ses ordres une trentaine de personnes.

Si pour certains, ce parcours est synonyme de réussite, le principal intéressé commence à ressentir une certaine lassitude.
“J’ai eu une très belle carrière, c’est évident. Pourtant, dans les derniers temps, je passais le plus clair de mon temps derrière mon ordinateur à faire parler des chiffres. J’avais perdu ce qui m’animait le plus : le contact humain”, raconte Jean-Luc Courtial.

S’offrir une seconde jeunesse

À la faveur d’une rencontre avec un jeune étudiant en fin de cycle qui cherchait à créer une plateforme e-commerce de revente de cosmétiques, c’est le déclic.
L’entente entre les deux hommes est telle qu’ils décident de s’associer et de lancer leur propre marque cosmétique. “Il est certain que je suis sorti de ma zone de confort par rapport à mon statut initial. Mais quand l’occasion se présente, il faut savoir sortir du jeu et prendre des risques. J’ai décidé d’oser le changement et de repartir à zéro”, explique-t-il.
Pour lui, il n’est pas encore temps de penser à la retraite !

Poilu or not poilu…

Après avoir décidé de collaborer et de structurer une marque, il est temps pour les deux hommes de peaufiner leur projet.
Ils réalisent une étude de marché qui confirme que la cosmétique masculine est un secteur porteur . Ils s’embarquent dans cette voie avec assurance.

Conscients d’avoir une approche assez pragmatique de la beauté, à budget raisonné, ils décident d’élaborer une gamme minimaliste qui répond aux besoins du plus grand nombre d’hommes.
Problème, les hommes sont rangés dans deux catégories : les barbus et les rasés de près.
Dans quel camp faut-il se ranger ? Vers quelle cible faut-il se tourner ?
Jean-Luc Courtial refuse de segmenter ses produits et préfère plutôt se pencher sur l’élaboration d’une gamme fonctionnelle, accessible à tout homme, quel que soit son style, barbé ou non.
"L’idée originale est de proposer une gamme de soins rationnels et ultra qualitatifs pour tous les Hommes, avec un grand « H ». Nous avons formulés des produits qui combinent l’hydratation de la peau et le soin du poil de barbe ou de moustache. À l’heure où l’on trouve pléthore de produits bien spécifiques, mon associé et moi voulions des produits ‘tout en un’ s’adaptant au style de ces messieurs quel que soit leur style, à la différence des autres marques, indique-t-il.

Si le duo d’associés entend bien répondre aux problématiques des hommes d’aujourd’hui, c’est dans le passé qu’ils vont puiser l’inspiration nécessaire pour illustrer leur marque.
“J’ai la chance d’avoir une maison familiale. Le grenier recèle des trésors d’antan”, évoque Jean-Luc Courtial. “J’y ai retrouvé des accessoires de toilette (miroir barbier, savon à raser, blaireaux, coupe-choux) ayant appartenu à mon grand-père, Philémon, né en 1889. C’était un homme qui prenait soin de lui. Dès lors, avec mon associé, nous avons décidé d’interpréter son histoire, reflétant les valeurs humaines que l’on voulait insuffler à notre marque. Jeux de mots et compositions graphiques décalées, Philémon-1889 reflète une philosophie de vie décomplexée et assumée des Hommes en quête de bien-être et de distinction”.

Trois ans après la sortie de ses premiers produits, audacieux et ambitieux, Jean-Luc Courtial continue de faire grandir sa marque.
Seul capitaine à bord désormais, il souhaite étoffer sa gamme et renforcer la présence de Philémon-1889 sur les linéaires des parfumeries ainsi qu’à l’export pour lequel il est fort sollicité, Made In France oblige !
Son ambition est simple: faire revivre l’esprit de son grand-père dans les salles de bain des hommes d’aujourd’hui… et de demain !

JS

Tous les articles (69)