CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
4 octobre 2010Autour des bébés

Des cosmétiques bio pour Bébé : une bonne idée ? Ajouter à mon portfolio
fonctionnalité réservé aux abonnés pro
voir nos formules d'abonnement

©Evgeny Govorov-Thinkstock-L'Observatoire des Cosmétiques

Pour lui, on ne veut que le meilleur. Et pour de plus en plus de mamans, le bio paraît la meilleure des solutions. Mais apporte-t-il toutes les garanties que doit présenter un cosmétique pour bébé ? Est-ce vraiment, toujours, ce qu’il y a de mieux pour lui ?

Temps de lecture : ~ 8 minutes

Le débat sur les “mallettes roses” distribuées par certaines maternités et qu’un collectif de scientifiques a dénoncées comme représentant un “cocktail toxique” en septembre 2008 avait suscité beaucoup d’émotions et de réactions, y compris de la part des autorités sanitaires.
Même s’il est un peu sorti de la Une de l’actualité aujourd’hui, il a eu l’intérêt de mettre en lumière les dangers que peuvent représenter certains produits cosmétiques pour les très jeunes enfants et de souligner l’importance de bien choisir ceux qu’on destine à son bébé. Mais sans toujours apporter de solutions claires ou simples à appliquer. Il suffit pourtant de quelques repères pour bien faire…

Des produits rien que pour lui

La peau d’un bébé est très spécifique, son organisme ne répond pas comme celui d’un adulte face à certains composés utilisés en cosmétique, ses besoins sont différents… et ses cosmétiques doivent répondre à des exigences bien particulières.

Respecter sa peau

La peau d’un bébé est un organe encore en cours de formation, pas tout à fait mature et plus fragile que celle d’un adulte. On estime que les enfants mettent environ 10 ans à acquérir l’intégralité de leurs défenses cutanées. Avant cela, et surtout durant les toutes premières années, leur peau s’assèche facilement et réagit plus fortement à toutes les substances irritantes. Elle est également mal armée pour se protéger des agressions extérieures et se montre ainsi particulièrement sensible aux ultraviolets du soleil.

Cela veut dire
• choisir des cosmétiques qui soutiennent l’équilibre hydrolipidique grâce à des actifs nourrissants (comme la traditionnelle huile d’amande douce),
• éviter les ingrédients irritants (tensioactifs dans les gels lavants comme le Sodium lauryl sulfate ou l’Ammonium lauryl sulfate, nombre de conservateurs…),
• protéger son bébé des expositions solaires, avec parasol, t-shirt, chapeau, lunettes…

Ne pas mettre sa santé en danger

La peau d’un bébé est également plus fine et perméable que celle d’un adulte, permettant aux ingrédients cosmétiques de pénétrer plus facilement dans l’organisme et dans des proportions relativement plus importantes, le rapport surface cutanée/poids étant 2 à 3 fois plus grand chez le bébé ! Et on sait que plus les enfants sont jeunes, plus certaines substances peuvent avoir des incidences particulièrement graves sur leur santé, parfois après plusieurs dizaines d’années !
Elle se montre également plus réceptive aux composés sensibilisants, pouvant déclencher des allergies susceptibles de perturber la santé de l’enfant et son confort au quotidien sa vie durant.

Cela veut dire
• éviter les composés potentiellement toxiques comme les perturbateurs endocriniens (certains parfums, filtres anti-UV synthétiques, conservateurs…),
• se méfier des cosmétiques contenant de fortes proportions d’alcool, qui peut atteindre les organes internes ou même être responsable de troubles de type éthylique chez un nouveau-né,
• limiter les substances sensibilisantes et allergisantes (beaucoup d’huiles essentielles, certains allergisants “alimentaires” comme les protéines de blé, le sésame ou l’arachide…).

En rester à l’indispensable

On le rappelle, un bébé n’a pas besoin de très nombreux cosmétiques pour être propre et sentir bon. Et moins il est en contact avec des substances différentes, moins il a de risques d’en rencontrer une à laquelle il est allergique ou réactif. Pour ses cosmétiques, mieux vaut peu, mais du bon. La couleur, l’odeur… ou le visuel du packaging ne doivent jamais être les premiers critères de choix : la neutralité est souvent signe de sécurité.

Cela veut dire
• choisir des produits cosmétiques dont la liste des ingrédients est courte,
• éviter les produits parfumés, colorés ou très élaborés,
• en rester aux basiques indispensables : gel lavant, crème corporelle, lait ou lotion pour les petites toilettes, ça suffit !

Les (vrais) atouts du bio

Que garantit un label bio ? Un pourcentage d’ingrédients issus de l’agriculture biologique, une composition par ailleurs la plus naturelle possible, mais aussi l’éviction de toute une liste de matières premières parmi les plus nocives pour l’environnement et pour la santé. Et cet aspect est particulièrement intéressant quand il s’agit de choisir un produit pour bébé.

Pas de perturbateurs endocriniens

Ces substances peuvent affecter le système hormonal. Leur effet est particulièrement nuisible pendant la période embryonnaire et la petite enfance, et ils se révèlent d’autant plus dangereux qu’ils le sont à des doses très faibles. Le développement à venir des organes peut être perturbé, avec notamment pour conséquence des malformations ou dysfonctionnements de l’appareil sexuel, ou encore une diminution de la fertilité masculine.
Les perturbateurs endocriniens sont présents dans les cosmétiques par le biais de certains filtres anti-UV, des phtalates et muscs synthétiques, des parfums ou autres parabens : autant de substances interdites par les labels bio et qu’on est donc sûr de ne pas trouver dans un produit bio.

Pas d’ingrédients suspects de toxicité

La liste des ingrédients interdits en bio comprend aussi beaucoup d’autres composés qu’il est appréciable de pouvoir éviter à un bébé :
• les colorants synthétiques comme ceux de la famille des azoïques, souvent allergisants,
• de nombreux conservateurs, parmi les plus allergisants ou irritants pour la peau, ou les libérateurs de formaldéhyde au potentiel cancérogène,
• les dérivés de la pétrochimie, dont l’ingestion peut s’avérer nocive (attention aussi aux crèmes pour le buste en cas d’allaitement !)
• et tant d’autres encore !

Oui, un cosmétique bio offre donc des garanties réelles. Mais sont-elles suffisantes ?

Ce qu’il faut éviter (aussi) en bio

Même en cosmétique bio, on peut trouver des formules inadaptées et des ingrédients contre-indiqués pour un bébé. Et on n’a pas d’autre choix pour les éviter que de lire attentivement la composition de ses produits, la fameuse liste des ingrédients…

L’alcool

Utilisé en tant que solvant ou conservateur (pour remplacer les composés synthétiques interdits par les chartes bio), il n’en est pas moins asséchant cutané, potentiellement irritant et toxique.

Dans la liste des ingrédients
• Alcohol
• Alcohol denat.

Les huiles essentielles… et leurs allergènes

Les huiles essentielles, très utiles en cosmétique, peuvent remplacer les parfums synthétiques, compléter les systèmes conservateurs… Mais ce sont aussi des composés puissants (parfois trop pour un bébé) qui contiennent souvent des molécules aromatiques allergènes pouvant contribuer à sensibiliser les jeunes enfants. 26 d’entre elles sont pour cette raison soumises à une obligation de déclaration.

Dans la liste des ingrédients
• Les plus allergisants : Cinnamal, Farnesol, Isoeugenol
• Les plus fréquents : Limonene, Linalool, Citronellol, Eugenol…

Les irritants cutanés

Certains tensioactifs (les “faiseurs de mousse” des gels lavants) sont dotés d’un potentiel irritant assez fort, même s’ils sont d’origine naturelle. C’est le cas de l’Ammonium lauryl sulfate, qu’on trouve souvent dans les produits bio et qui a des caractéristiques très semblables à celles du Sodium lauryl sulfate.

Alors oui, pour un bébé, le bio peut constituer une alternative intéressante aux produits conventionnels. Mais ce n’est qu’un premier filtre de choix, pas toujours suffisant. À chacun d’aller plus loin, pour choisir… le meilleur du bio !

LW

Tous les articles (14)