jeudi 20 janvier 2011Commission européenne

Cosmétiques en emballages

©Ruslan Olinchuk/Thinkstock - L'Observatoire des Cosmétiques

C’est un shampooing qui ressemble à une mini-bouteille de lait… ou une recharge de crème qui se présente dans une petite gourde comme on en voit pour certaines compotes de fruits… C’est sympathique et ludique, parfois même écologique. Mais est-ce sans risque ? Ce n’est pas l’avis du CSSC (Comité scientifique pour la sécurité des consommateurs) européen qui vient d’ouvrir une consultation publique sur les risques pour la santé posés par les produits chimiques de consommation courante (entendez : principalement produits ménagers et cosmétiques) qui ressemblent à des denrées alimentaires ou qui présentent un attrait particulier pour les enfants.

Temps de lecture
~ 4 minutes

Cette consultation publique porte sur une opinion du CSSC en date du 14 décembre 2010 .

Le travail du comité d’experts a été basé sur un constat : "Les produits chimiques de consommation courante qui ressemblent à des denrées alimentaires ou qui présentent un attrait particulier pour les enfants, comme les gels douches, les shampooings, les laits corporels, les savons et savons liquides ou les liquides vaisselle se rencontrent quotidiennement sur le marché européen. Ces produits ressemblent à des denrées alimentaires ou sont particulièrement attractifs pour les enfants du fait de leur forme, de leur couleur, de leur apparence, de leur odeur, de leur consistance, de leur packaging ou de toute autre caractéristique. Ils peuvent ainsi conduire les consommateurs, et particulièrement les plus vulnérables d’entre eux comme les enfants ou les personnes âgées, à les manger. Mais du fait de leurs propriétés toxiques inhérentes provenant éventuellement d’autres de leurs caractéristiques (viscosité, potentiel moussant ou vomitif…), l’ingestion de ces produits peut représenter un risque pour la santé des consommateurs".

Un risque difficile à évaluer

Dans son opinion, le CSSC relève d’abord qu’il est difficile de déterminer précisément le risque que représentent ces produits, du fait des nombreux éléments à prendre en …

Ce contenu n'est disponible que pour les abonnésPREMIUM, PRO, STARTUP et TPE

Vous êtes déjà abonné(e) ?Identifiez-vous

Découvrir nos abonnements

Commission européenneAutres articles

311résultats